Economie
horlogerie

Pourquoi une telle file chez Swatch? «On est là pour l'argent»

La file devant la boutique Swatch, à Lausanne.
La boutique Swatch, à la Rue de Bourg, à Lausanne, a fait le plein.Image: watson

Pourquoi une telle file pour une montre? «On est là pour l'argent»

A chaque fois que Swatch annonce une nouvelle collaboration, les gens s'agglutinent devant les boutiques du monde entier. Pour la mise en vente de Moonswatch Snoopy, on est allé à la rencontre des courageux, devant la boutique lausannoise.
29.03.2024, 22:4830.03.2024, 07:15
Suivez-moi
Plus de «Economie»

A Lausanne, une foule s'étire dans la rue de Bourg et dans la Rue du Lion d'or, ce mardi matin. De quoi intriguer les badauds:

«Mais pourquoi ces gens font-ils la queue?»
Une passante

La raison? Le nouveau modèle Moonswatch, tamponné du visage de Snoopy. En 2022, le succès planétaire de la collaboration entre Swatch et Omega avait conquis le monde de l'horlogerie. Deux ans plus tard, le groupe biennois remet une pièce dans la machine.

Et ce mardi 26 mars, les fans ont mordu à l'hameçon. Il y avait foule devant la boutique lausannoise; plus d'une centaine de personnes se sont massées, équipées de tabouret pliable et de thermos de café pour passer le temps. On y entend plusieurs discussions, on tend l'oreille, on échange avec un étudiant espagnol de l'EPFL, on rencontre d'autres personnes qui ont pris congé au boulot pour acheter cette montre.

«Il y a une vraie synergie et parfois, à force d'attendre, on fait connaissance et on garde contact»
Un homme patient

On croise le chemin de Gauthier, dans les dix premiers de la longue file: «J'habite à Lyon. Je suis parti hier, à 19h, après le boulot, et je suis arrivé sur place à 21h40», nous rétorque le jeune homme, caché derrière sa paire de lunettes aux verres fumés.

Un sacré trajet qui représente, selon ses dires, un chapitre dans son existence:

«Je ne vais pas la revendre, je vais la garder. Ce sont des montres (réd: les collections spéciales de Swatch) qui me tiennent à cœur, elles représentent des moments de ma vie, même si c'est une montre à moins de 300 francs»
Gauthier, dans la file pour acheter une Moonswatch Snoopy.

A ses côtés, d'autres sont assis, un gobelet du McDonalds à la main. On rencontre un groupe de jeunes. «Ça fait depuis minuit qu'on attend là, devant la boutique», confie Davide. C'est la première fois qu'ils viennent pour acheter une montre et se greffer dans une file. Pourquoi faire ça et venir acheter une montre qui est annoncée en production illimitée? «Pour l'argent», rétorque-t-il du tac au tac.

«On essaie de la revendre directement dans la file; il n'y aura pas assez de montres pour tout le monde. Après, si on n’arrive pas, on tente de les revendre dans les magasins et sur internet. En deux jours, c'est parti.»
Un groupe de 5 potes dans la file.

En discutant du prix (la montre vaut 285 francs), le groupe a déjà une idée sur le prix de revente: «1500 francs», nous lance l'un des membres du groupe. Sur eBay, les prix varient entre 517 francs à 732 francs au moment où nous écrivons ces lignes.

En pôle position dans la file, on échange avec un couple, les premiers à avoir installé leur tabouret devant la porte de la boutique lausannoise. Anna et Michael sont arrivés à 20h, la veille. «C'est la deuxième fois que j'entame une file d'attente dans la nuit, mais c'est ma dixième pour cette collection. J'ai la collection complète des Moonswatch. Je suis un collectionneur», cadre Michael, avec un grand sourire.

«Elles se revendent facilement»

A force d'écumer la file, on rencontre Zac, un étudiant au gymnase de Pully: «Je suis arrivé à 7h30 sur les lieux».

«Ça fait depuis deux ans que je fais ça. Je les achète et ensuite je les revends. Dans les deux semaines qui suivent la mise en vente, j'arrive à revendre les modèles sur des groupes de revendeurs et de fans de montres. Après, sur Anibis et Facebook Marketplace, elles s'écoulent facilement.»

Le sympathique étudiant aux cheveux hirsutes - qui a séché les cours pour pouvoir être présent - assure que la revente d'un tel modèle est «généralement multipliée par deux».

La boutique Swatch a été prise d'assaut lors de la présentation de la nouvelle Moonswatch.
Image: watson

Alors que Zac nous explique les rudiments du métier, la foule commence à s'exciter. L'heure fatidique approche. Un employé du magasin Swatch remonte la file, un sac poubelle à la main, pour récolter les déchets qui peuvent joncher les pavés de la Rue de Bourg.

Ensuite, c'est au tour des agents de sécurité de quadriller la file pour éviter le moindre débordement. Aucune impatience, rien, pas la moindre prise de bec. Les personnes présentes sont disciplinées et tout ce petit monde semble content d'être là. On voit un homme scruter la file pour compter les grappes d'individus devant lui.

«Je pense qu'on va réussir à l'avoir»

On tente d'engager une rapide conversation avec un agent de sécurité, mais impossible de lui arracher une parole. On insiste: «Vous craignez des débordements?» Nous aurons un simple sourire et un hochement de tête en guise de réponse.

Une fois les portes ouvertes, les acheteurs sont triés deux par deux. Swatch a tout prévu et la chorégraphie est maîtrisée. Les gens s'exécutent, dans le calme. Les premiers ressortent avec le précieux sésame, sous les hourras de la foule. On y croise Michael, avec son sac et sa montre à l'intérieur:

«Je suis heureux, je peux dormir en paix, maintenant»
Immersion dans le plus grand bunker d'or privé de Suisse
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Voici ce qui se cache derrière la chute des prix du Bordeaux
Les grands crus de la région viticole de Bordeaux sont connus pour leurs tarifs parfois exorbitants. Aujourd'hui, les prix dégringolent – en Suisse, d'environ 30%. Le Bordeaux devient-il bon marché?

Bonne nouvelle pour les amateurs de vin: le secteur du vin de Bordeaux baisse fortement ses prix. Les «primeurs» de la dernière récolte coûtent actuellement presque un tiers de moins que l'année précédente. Dans la Revue du Vin de France, un négociant a estimé que «les prix devraient baisser de 15 à 35% par rapport à 2022». L'association des vins de Bordeaux CIVB arrive à des chiffres similaires.

L’article