DE | FR

La messagerie Telegram lève près d'un milliard de francs

Image: Shutterstock
La populaire messagerie cryptée Telegram a émis plus d'un milliard de dollars (933 millions de francs) d'obligations pour financer sa croissance.
23.03.2021, 18:53

Les fondateurs de l'application Telegram, réputée pour son niveau élevé de cryptage, viennent de décrocher un milliard de dollars pour développer leur entreprise.

L'un des deux co-fondateurs, Pavel Dourov, a déclaré que l'investissement, émis sous forme d'obligations, avaient été obtenu auprès «de certains des investisseurs les plus importants et les plus compétents à travers le monde».

Une obligation, c'est quoi?

Une obligation est un prêt accordé à une entreprise par un investisseur. En émettant une obligation, une entreprise emprunte de l'argent aux investisseurs qui, en retour, reçoivent des intérêts sur l'argent qu'ils ont prêté. Les entreprises émettent souvent des obligations pour financer de nouveaux projets ou des dépenses courantes.

Il précise également que ces ressources vont permettre d'appuyer la «stratégie de monétisation» de l'entreprise annoncée en décembre dernier. La messagerie avait indiqué qu'elle allait lancer des services payants à partir de 2021 pour financer sa croissance, après l'échec d'une levée de fonds et d'un projet de monnaie virtuelle.

L'annonce survient alors que le nombre de nouveaux utilisateurs de Telegram connaît une hausse continue depuis plusieurs mois. A la mi-janvier, l'application russe avait annoncé le gain de 25 millions d'utilisateurs en quelques jours, dépassant les 500 millions au total. Cette augmentation significative donnait suite à l'annonce, par l'application concurrente WhatsApp, d'un plus grand partage de données avec sa maison mère Facebook. (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment Poutine essaie d'envoyer l'or russe en Suisse malgré les sanctions
Poutine et ses oligarques contrôlent les mines d'or russes. Ils cherchent désormais de nouveaux circuits par lesquels l'or pourrait à nouveau parvenir en Suisse malgré les sanctions.

La Suisse et la Russie sont liées par un marché de plusieurs milliards de dollars: le commerce de l'or. La Russie, troisième producteur mondial, fournit la matière première. La Suisse, qui abrite quatre raffineries de pointe, fait fondre le métal précieux et le transforme en lingots, en pièces de monnaie ou en bracelets de montre. L'or arrive parfois en Suisse déjà sous forme de métal précieux et est négocié entre les banques.

L’article