ensoleillé, brumeux
DE | FR
Economie
International

Royaume-Uni: La fin du chômage partiel laisse présager une crise massive

Image

Fin du chômage partiel: Une «crise massive» guette le Royaume-Uni

Le dispositif gouvernemental de chômage partiel, qui a soutenu l'emploi au Royaume-Uni pendant la pandémie, s'achève ce jeudi. Une fin abrupte qui laisse craindre une hausse massive du chômage.
30.09.2021, 09:4001.10.2021, 17:36

Il a permis d'affronter la pandémie, d'éviter des hausses catastrophiques du chômage et il s'achève définitivement ce jeudi. Lui, c'est le programme de chômage partiel britannique.

Le dispositif en chiffres

Prévu pour aider les travailleurs les plus jeunes à amortir le choc de la pandémie, particulièrement nombreux dans la distribution ou l'hôtellerie-restauration, le programme de chômage partiel britannique concerne aujourd'hui davantage des salariés plus âgés.

Quelques chiffres pour comprendre l'ampleur de ce programme:

  • 70 milliards: Le coût (en livres) au gouvernement britannique pour le financer.
  • 12 millions: Le nombre d'emplois concernés par cette aide.
  • 80%: La portion de salaire financée, soit 2500 livres par mois (3138,65 francs).
  • 1 million: Le nombre de personnes encore totalement dépendantes du dispositif cet été.

Une fin lourde de conséquences

La fin du programme ne sera donc pas sans conséquence: au premier rang desquelles la suppression de nombreux emplois. Un constat confirmé par le centre de réflexion Institute for Fiscal Studies (IFS).

Qui plus est, cette augmentation du nombre de chômeurs se produirait en même temps que la baisse des minimas sociaux, constate Daniel Tomlinson, économiste du centre de réflexion Resolution Foundation.

Le taux de chômage se situait à 4,6% en juillet. Fin 2020, il atteignait un sommet à 5,2%. Avant la pandémie, il se maintenait un peu en dessous de 4%.

(C'est ce qui s'appelle les «montagnes russes»)

GIF animéJouer au GIF

Les principaux concernés:

270 000 personnes sont touchées. Parmi elles:

  • Des salariés dans la construction ou la production manufacturière, sont «particulièrement à risque».
  • Les plus de 60 ans qui «ont du mal à retrouver du travail» et risquent de quitter définitivement la population.
  • Les Londoniens, également particulièrement exposés: à elle seule, la capitale concentre 19% des bénéficiaires du chômage partiel.

Parmi ces personnes, la moitié vit dans un foyer où seul un adulte travaille. Elles pourraient donc se retrouver en situation très précaire.

Un malheur n'arrive jamais seul

A la fin de ce soutien financier et à la baisse des minimas sociaux s'ajoute encore une hausse des prix de l'énergie de 12% au 1er octobre. Cela pourrait aggraver les risques de voir les plus vulnérables basculer dans l'extrême pauvreté.

Cette conjonction de facteurs risque même de créer une «crise massive» qui verra le nombre de sans-abris augmenter dans le pays, selon le magazine The Big Issue, dont les recettes sont destinées à aider les personnes pauvres ou sans domicile fixe.

Des emplois à prendre?

Toutefois, certains économistes relativisent la «catastrophe» à venir. Paul Dates de Capital Economics estime que la fin du chômage partiel:

«Ne sera pas un grand problème pour l'économie britannique, car le PIB a rebondi à un niveau suffisamment élevé [pour soutenir l'emploi]»

Selon lui, après une hausse du chômage en octobre, il pourrait bien connaître une nouvelle baisse au mois de novembre. L'arrêt du dispositif «pourrait également aider à améliorer une partie des pénuries de main d'œuvre» auxquelles fait face le pays en ce moment.

Les manques importants de travailleurs dans certains secteurs freinent la reprise au Royaume-Uni. Il a perdu de l'élan avec une hausse du produit intérieur brut (PIB) de seulement 0,1% en juillet.

Chiffre record: Le pays dénombre plus d'un million d'emplois vacants.

Bien, mais...

L'arrivée de nouveaux chômeurs sur le marché du travail ne résoudrait pas les pénuries de main d'œuvre, selon les organisations professionnelles britanniques. Et ce, même si les secteurs qui manquent de bras proposent des augmentations de salaire.

Pourquoi? Les salariés voulant se reconvertir auraient avant tout besoin de temps.

Le cas des chauffeurs

Exemple emblématique: les chauffeurs de poids lourds. Il en manquerait 100 000 dans le pays, en raison notamment de la pandémie et du Brexit. Conséquences? Des problèmes d'approvisionnement de plus en plus critiques dans tous les secteurs de l'économie britannique.

Mais pour les nouveaux prétendants aux postes, «la conduite d'un camion est un travail qualifié (...) et il n'y a tout simplement pas assez de capacité de tests de conduite pour augmenter rapidement le nombre de chauffeurs», résume Susannah Streeter, analyste de Hargreaves Lansdown.

Pour résoudre le problème, le gouvernement conservateur s'est finalement résolu samedi à amender sa politique d'immigration post-Brexit et accordera jusqu'à 10 500 visas de travail. Toutefois, pour une durée de trois mois, et seulement pour les chauffeurs routiers ou le secteur de la volaille (dont on vous expliquait en détails le pourquoi du comment), où le manque de bras était le plus criant. (mbr/ats)

Décidément, on ne peut qu'être de tout cœur avec les Britanniques...

Britney Spears

1 / 12
Britney Spears
source: keystone / keystone
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les Bouffistas: sandwich spécial Bénichon

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les pénuries ont freiné la vente d'armes à travers le monde
Néanmoins, les entreprises américaines dominent toujours le marché mondial de la production d'armes, représentant plus de la moitié des ventes globales

La vente d'armes et de services destinés au secteur militaire a continué d'augmenter en 2021, révèle un rapport du SIPRI publié lundi. Elle a toutefois été affectée par des problèmes d'approvisionnement liés à la pandémie de Covid-19.

L’article