DE | FR
Bild

shutterstock

Mais pourquoi le Royaume-Uni n'a-t-il plus de poulet?

La chaîne de restauration Nando’s a dû fermer des restaurants, et KFC fait face à des problèmes.



Ces derniers jours, deux chaînes de restauration spécialisées dans le poulet ont tiré la sonnette d'alarme au Royaume-Uni face à la pénurie: Nando’s, connue pour son poulet rôti Peri-Peri et KFC pour son poulet frit. La première a même dû fermer une cinquantaine de ses restaurants sur les 400 qu'elle possède en terres britanniques.

Qu'est-ce qui explique cette pénurie?

Selon l’Association britannique des volailles, 16% des emplois du secteur ne sont actuellement pas pourvus. Le journal Le Monde rapporte que deux éléments ont provoqué la désorganisation du secteur alimentaire au Royaume-Uni et, par conséquent, le déficit de viande de volaille:

Et maintenant?

La production hebdomadaire de poulets a baissé de 5% à 10%, et la production de dindes à Noël devrait être en recul de 20%.

La bonne nouvelle pour les fans de poulet? Depuis lundi, les vaccinés n’ont plus besoin de s’isoler, ce qui devrait résoudre le problème de manque de main d'œuvre.

En Suisse aussi, le Covid a un impact sur les assiettes 👇

(jah)

Et si le poulet ne vous tente pas, à Neuchâtel, on met des steaks de foie gras dans les sandwichs

Plus d'analyses en lien avec le Covid

La tension monte autour de la vaccination. La paix sociale est-elle en péril?

Link zum Artikel

Quand est-ce que le Conseil fédéral rendra son pouvoir?

Link zum Artikel

Accentué par la crise, un élan libertaire parcourt la Suisse

Link zum Artikel

Les scientifiques rêvent-ils de prendre le pouvoir?

Link zum Artikel

Plutôt mourir (ou aller en prison) que d'arrêter de manger de la viande!

Une enquête britannique révèle que deux tiers des hommes sont prêts à sacrifier entre 5 et 10 ans de leur espérance de vie plutôt que de tutoyer le végétarisme.

Selon une nouvelle enquête britannique dévoilée par The Mirror, les deux tiers des hommes en Grande-Bretagne préfèrent mourir cinq à dix ans plus tôt que de faire leurs adieux à la viande. La bidoche, un truc de mâles? En tout cas, plus d'un homme sur dix considère que freiner la consommation de produits carnés les rendrait moins masculins.

L'enquête réalisée auprès de 2000 personnes et menée dans le cadre de la campagne caritative «No Meat May» a révélé que les femmes considéraient …

Lire l’article
Link zum Artikel