DE | FR
Les prix à la pompe ne cessent d'augmenter depuis le début de l'année.
Les prix à la pompe ne cessent d'augmenter depuis le début de l'année.Image: Shutterstock
Analyse

Comment les vaccins Covid font grimper le prix de l'essence

Depuis le début de l'année, le prix du carburant est en hausse de près de 20 centimes. En cause, un nouvel impôt sur l'essence mais aussi l'accélération de la campagne de vaccination. Explications.
12.03.2021, 05:5912.03.2021, 11:08
Suivez-moi

Aïe, ça fait mal! Depuis le début de l'année, le prix de l'essence en Suisse a augmenté de près de 20 centimes par litre. Passer à la pompe en ce moment peut donc vite s'avérer douloureux pour notre porte-monnaie. Surtout que les tarifs du carburant avaient chuté au moment du premier semi-confinement avant de se stabiliser à un niveau particulièrement bas – parfois même en dessous de 1 franc 40 par litre – durant l'année 2020.

Mais la récréation est finie. Les prix ont repris l'ascenseur (dépassant même par endroits 1 franc 70) et le coupable est tout désigné: le vaccin contre le Covid:

«Avec les programmes de vaccination contre le Covid-19, l’espoir augmente de voir la pandémie être de mieux en mieux maîtrisée dans les mois à venir. C'est pourquoi le Fonds monétaire international a revu à la hausse ses perspectives pour l'économie mondiale. Il prévoit une croissance économique réelle de 5,5% pour l'année en cours. Cet optimisme se reflète sur le prix du pétrole.»
Frédéric Papp, expert financier chez Comparis

Le pétrole, ça rapporte

«Le prix du pétrole a fortement augmenté, ce qui a entraîné une hausse des prix des produits que sont l'essence et le diesel», confirme Laurent Pignot, responsable communication du TCS. Au rang des explications, il met notamment en avant les prévisions des bourses mondiales qui prédisent que le succès des campagnes de vaccination entraînera une normalisation de la demande de pétrole dans les mois à venir.

Le graphique sourit mais nous pas forcément...

Car le pétrole est une matière première que nous utilisons quotidiennement mais aussi un actif financier sur lequel certains spéculent, comme le rappelle Sergio Rossi, professeur d'économie à l'Université de Fribourg. Pariant que l'économie va retrouver des couleurs grâce à la vaccination, de grands acteurs financiers investissent donc dans le pétrole, espérant gagner de l'argent sur le moyen terme.

«Certains spéculent et, au final, c'est nous, les utilisateurs d'essence, qui en payons le prix»
Sergio Rossi, professeur d'économie

Conséquence de cette demande accrue, le prix du baril de Brent* a franchi la barre des 70 dollars (65 francs) en début de semaine, un seuil qui n'avait plus été atteint depuis près de deux ans. «Il suffit d'une annonce comme l'accélération des campagnes de vaccination pour faire rebondir le marché. Les acteurs financiers surréagissent à leurs émotions. Quand le moral est à la baisse, ils vendent, ce qui fait baisser les prix. À l'inverse, quand le moral est à la hausse, ils cherchent à racheter et les prix augmentent», explique Sergio Rossi.

Plus de 1 franc 80 le litre

Le prix de l'essence est encore loin de son record. En 2012, le carburant Sans plomb 95 s'était affiché, en moyenne, à 1 franc 81 par litre.

A noter que d'autres facteurs influencent également le prix du pétrole brut, notamment les tensions géopolitiques au Moyen-Orient, région représentant plus de la moitié des réserves connues dans le monde.

Les taxes pèsent lourd et ce n'est peut-être pas fini

Au niveau helvétique, Sergio Rossi souligne le rôle joué par la hausse de 3,7 centimes de l'impôt sur l'essence entrée en vigueur le 1er janvier dernier.

De son côté, Avenergy Suisse met également en avant le poids des taxes – désormais environ 85 cts par litre au total – dans le prix à la pompe. L'organisation, qui représente les intérêts des importateurs de combustibles et carburants liquides, pointe, entre autres, la votation du 13 juin prochain concernant la nouvelle loi sur le CO2. «Si elle est acceptée, les prix des carburants pourraient augmenter de 10 à 12 centimes par litre. Ce serait une grande charge pour l'économie et pour la population.»

* Le baril de Brent est l'une des trois mesures de référence dans le domaine du pétrole. Notamment utilisée en Europe, elle porte le nom d'un gisement en mer du Nord exploité depuis les années 70.

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
La Suisse parmi les pays «les plus complices» de l'évasion fiscale
C'est ce que soutient un rapport publié par une ONG britannique. La Suisse serait le deuxième pays le plus complice de l'évasion fiscale dans le monde, après les Etats-Unis et devant Singapour.

Les Etats-Unis ont pris la tête d'un classement des pays «les plus complices» de l'évasion fiscale dans le monde, juste devant la Suisse. Washington obtient «la pire note jamais enregistrée» dans un baromètre de l'opacité financière publié par une l'ONG britannique.

L’article