DE | FR

Les banques suisses se méfient de tous les Russes, même ceux sans lien avec Poutine

Depuis l'entrée en vigueur des sanctions occidentales en réponse à la guerre en Ukraine, le secteur bancaire suisse marche sur des œufs avec ses clients russes ou entretenant des liens avec des intérêts russes. Nombre d'entreprises et de personnes aucunement liées au Kremlin se plaignent d'en avoir fait les frais.
24.04.2022, 07:5825.04.2022, 18:08
Alain Bucher et Federico rapini / awp

Le 28 février, le Conseil fédéral a décidé de reprendre les sanctions prononcées par l'Union Européenne (UE) contre la Russie en réaction à l'invasion de l'Ukraine. Le gel d'avoirs, l'interdiction d'octroi de prêts, l'obligation de refuser des dépôts de plus de 100 000 francs figurent notamment dans le catalogue des mesures frappant les personnes morales ou physiques ayant un lien avec les autorités russes, selon le site du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco).

Visiblement soucieuses d'éviter tout risque réputationnel causé par la guerre en Ukraine, certaines banques semblent avoir opté pour un excès de prudence, selon les informations recueillies par AWP.

Des entreprises ont été touchées

Guy Mettan, président de la Chambre de commerce Suisse-Russie & CEI, dont les activités en lien avec la Russie ont été suspendues le 3 mars, confie:

«Je connais le cas d'une entreprise qui du jour au lendemain a vu ses comptes bloqués par UBS sans la moindre justification et qui s'est retrouvée dans l'impossibilité de payer ses fournisseurs suisses»

Le député genevois évoque également une société d'investissement «destinée au financement de jeunes pousses locales» portée par un ressortissant russe et se trouvant en «phase finale d'acceptation», ou encore celui d'un citoyen russe installé en Suisse depuis plus de dix ans, dont les relations bancaires ont été gelées, alors que ces personnes «ne sont bien entendu pas visées par des sanctions».

Contactée par AWP, la banque aux trois clés a rappelé avoir renoncé à la réalisation de nouvelles affaires avec des résidents russes, tout en prêtant main-forte à ses «autres clients russes» pour réduire le risque de leur portefeuille. L'établissement assure travailler «avec soin et application afin de se conformer à toutes les exigences requises, en particulier les sanctions, et afin de faire face à leurs conséquences potentielles».

Y a-t-il un mot d'ordre?

L'Association suisse des banquiers (ASB) reste sur la réserve, se limitant à rappeler que le secteur respecte «les lois et les réglementations en vigueur» et indique appliquer:

«Les sanctions prononcées par les instances suisses, internationales et supranationales»

La faîtière n'a pas adressé de recommandations particulières à ses membres et n'est pas en mesure de fournir des commentaires sur l'évolution des relations d'affaires des banques suisses avec les clients russes depuis début mars.

Des comptes ont été bloqués préventivement

Plusieurs témoignages recueillis sous couvert d'anonymat par AWP auprès de la communauté russe domiciliée en Suisse font également état de comptes bloqués et d'avoirs temporairement inaccessibles, sans la moindre information préalable. Les personnes concernées ont dû prendre contact avec leurs établissements bancaires – en l'occurrence Postfinance et Banque Migros – qui leur ont demandé de prouver leur résidence en Suisse.

Banque systémique au même titre qu'UBS, Postfinance résilie toutes les relations avec des clients se trouvant sur territoire russe pour «des raisons de politique commerciale». Le bras financier de la Poste précise:

«Les ressortissants russes domiciliés en Suisse peuvent garder leur compte, si la personne titulaire du compte ne fait pas l'objet de sanctions et les clients nous fournissent un titre de séjour valide»

Banque Migros assure appliquer intégralement les sanctions liées à la guerre en Ukraine. «La nature et l'étendue des mesures correspondantes découlent des dispositions en la matière», note la filiale bancaire du géant orange. Détail piquant, une cliente qui a vu son compte bloqué de façon préventive par l'établissement, détentrice d'un passeport russe, héberge elle-même trois réfugiés.

Une autre cliente rapporte la suspension d'un compte pendant environ 24 heures, apparemment en raison de la nationalité biélorusse de son mari. Selon elle, c'est la seconde citoyenneté suisse «qui nous a sauvés».

Pour sa part, la Fédération romande des consommateurs (FRC) indique ne pas avoir pris position sur «la garantie de services concernant les clients russes», rappelant que ses membres bénéficient d'une protection juridique et de conseils.

Vladimir Poutine s'accroche à la table: «Je vous ordonne d'annuler»

Plus d'articles sur la guerre en Ukraine?

Le monde court à la famine et c'est à cause de la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Pour les Russes, Boutcha était un moyen de montrer qui est le plus fort»

Link zum Artikel

Sanctions contre les Russes: Parmelin accusé de laxisme

Link zum Artikel

«On ne s’en sort pas indemne», le reporter RTS à Boutcha raconte son travail

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Mercedes vient de battre Tesla sur son propre terrain
Mercedes-Benz commercialise dès la mi-mai, en Allemagne, une voiture avec autopilote. Le constructeur devance Tesla.

Regarder un film quand ça bouchonne sur l'autoroute: c'est que va permettre le système «Drive pilot» de Mercedes-Benz commercialisé à partir de la mi-mai en Allemagne, devançant Tesla sur le créneau compétitif de la conduite autonome dite de «niveau 3».

L’article