DE | FR
Génocide du Rwanda: la France reconnaît ses torts, et ne s'excuse pas. watson

Image: keystone

Génocide du Rwanda: la France reconnaît ses torts mais ne s'excuse pas

Les victimes du génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda attendaient des excuses de la France. Jeudi, Emmanuel Macron a assumé la responsabilité de son pays tout en affirmant que celui-ci n'avait «pas été complice» du massacre.



«En me tenant, avec humilité et respect, à vos côtés, je viens reconnaître nos responsabilités». Reconnaître et non s'excuser. Telle a été la position du président français durant son allocution lors de sa première visite au Rwanda, après avoir visité le mémorial où reposent les restes de plus de 250 000 victimes du génocide, sur une colline de Kigali.

Emmanuel Macron n'a pas présenté d'«excuses», comme le réclamaient certains responsables rwandais et français, mais il a déclaré espérer que ceux qui «ont traversé la nuit» du génocide des Tutsi puissent «nous faire le don de nous pardonner».

Des conséquences «dramatiques»

Egide Nkuranga, le président de la principale organisation de rescapés, s'est exprimé devant une centaine de personnes jeudi. Il a notamment regretté que le président français n'ait «pas présenté clairement des excuses au nom de l'Etat français» ni «même demandé pardon».

Selon lui, la France a fait «trop longtemps prévaloir le silence sur l'examen de la vérité». En 2010, Nicolas Sarkozy, le seul président à s'être rendu à Kigali depuis le génocide, avait déjà reconnu de «graves erreurs» et «une forme d'aveuglement» des autorités françaises ayant eu des conséquences «absolument dramatiques».

Mais pour Emmanuel Macron, la France n'a cependant «pas été complice» des génocidaires, ce qu'avait également conclu le rapport d'historiens dirigé par Vincent Duclert remis en mars dernier.

«Les tueurs qui hantaient les marais, les collines, les églises n'avaient pas le visage de la France. Cependant, au lendemain, alors que des responsables français avaient eu la lucidité et le courage de le qualifier de génocide, la France n'a pas su en tirer les conséquences appropriées»

Vincent Duclert, historien et inspecteur général de l'Éducation nationale français

Un possible retour d'alliance

La question du rôle de la France avant, pendant et après le génocide des Tutsi du Rwanda, qui a fait plus de 800 000 morts entre avril et juillet 1994 selon l'ONU, a été un sujet brûlant pendant des années, conduisant même à une rupture des relations diplomatiques entre Paris et Kigali entre 2006 et 2009.

Le fossé s'est cependant comblé depuis le début du quinquennat de Macron avec une série d'initiatives françaises pour sortir de l'impasse. Dont le rapport de Vincent Duclert, qui a conclu aux «responsabilités lourdes et accablantes» de la France et à l'«aveuglement» du président socialiste de l'époque François Mitterrand et de son entourage face à la dérive raciste et génocidaire du gouvernement hutu que soutenait alors Paris.

Le président rwandais Paul Kagame a déclaré pouvoir «s'accommoder» de ces conclusions, confirmées ensuite par le rapport d'un cabinet d'avocats demandé par Kigali. Pour concrétiser cette normalisation, Emmanuel Macron et Kagame pourraient annoncer le retour d'un ambassadeur français à Kigali, où le poste est vacant depuis 2015. (ats/mndl)

Un autre événement de l'histoire fait débat en Asie👇

Voici les bureaux les plus improbables

1 / 20
Les bureaux les plus improbables
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Marie n'aime pas les chiens, et vous?🤣

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Présidentielle 2022

Voici les jeunes Français qui voteront pour Marine Le Pen

La candidate du Rassemblement national drague férocement les millenials, des études la donnent favorite chez les 25-34 ans et la gauche n'a (pour l'instant) aucune alternative fiable à offrir. Macron leur fait honte. Portrait de la génération Le Pen.

En 1985, la «jeunesse emmerde le Front national». Aujourd'hui, ce n'est plus le Front, mais le Rassemblement national, le groupe de punk Bérurier Noir a rangé son hymne contre l'extrême-droite et les études donnent Marine Le Pen favorite chez les 25-34 ans. Cette tendance est en hausse de 6% par rapport à 2017. Tout ça, à moins d’un an de la Présidentielle. La jeunesse française roule-t-elle vraiment de plus en plus à droite?

«On ne peut pas le dire comme ça, non. Il faut surtout …

Lire l’article
Link zum Artikel