larges éclaircies
DE | FR
International
Afrique

Ousmane Sonko, l’étincelle qui enflamme le Sénégal

Ousmane Sonko, l’étincelle qui enflamme le Sénégal

Ousmane Sonko, principal opposant au pouvoir, a été inculpé dans une affaire de viols présumés. Relâché sous contrôle judiciaire, hier, son arrestation a provoqué les heurts les plus graves qu’a connus le pays depuis des années. En ligne de mir: les élections présidentielles de 2024.
09.03.2021, 06:0809.03.2021, 06:27
Plus de «International»

C'est une étincelle qui a mis le feu aux poudres au Sénégal, et elle porte un nom: Ousmane Sonko. Pneus brûlés, magasins pillés, autoroutes bloquées… Depuis l’arrestation de l'ancien candidat à la présidentielle – principal opposant politique du président Macky Sall –, le mercredi 3 mars, manifestations et émeutes se sont multipliées à Dakar et dans plusieurs villes du pays. Au total, quatre personnes sont mortes.

La raison de son arrestation? Au départ, tout commence par des accusations de «viols et menaces de mort» à son encontre. Selon une employée d'un salon de massage, Ousmane Sonko, client habituel, aurait exigé des «faveurs sexuelles» et l'aurait menacée avec des armes.

«La révolution est déjà lancée, rien ni personne ne pourra l’arrêter. Il faut garder cette mobilisation, il faut qu’elle soit beaucoup plus importante même, mais il faut surtout qu’elle soit pacifique»
Ousmane Sonko, après sa libération, le 8 mars.

Ousmane Sonko, personnalité au profil «antisystème et anti-élite», réfute les accusations à son encontre. Il dénonce un complot destiné à l’écarter de la course à la présidentielle de 2024.

Relâché le 8 mars, grâce à la pression de la rue, il est placé sous contrôle judiciaire. «Il entend bien politiser cette affaire pour ne pas laisser prospérer le débat sur l’accusation de viol qui n’arrange pas son image», avance un politologue sénégalais dans Lequotidien.

Le président Macky Sall appelle au calme

Sonko, qui s’est exprimé devant la presse, lundi en fin de journée, a demandé aux Sénégalais de renforcer leur «mobilisation», tout en réclamant que la «révolution», selon lui, en cours soit «pacifique». Il assure que Macky Sall n’est plus «légitime à diriger le Sénégal».

Le président Macky Sall, jusqu’à présent silencieux, a appelé, lundi soir, ses concitoyens au «calme et à la sérénité» dans une allocution retransmise à la télévision. Il a appelé à laisser la justice «suivre son cours en toute indépendance» et annoncé un «allègement» du couvre-feu en vigueur dans deux régions, dont Dakar. (ga/afp)

Scènes de guérillas au Sénégal

1 / 7
Scènes de guérillas au Sénégal
Un manifestant tient un drapeau sénégalais alors qu'il s'agenouille devant une voiture en feu lors de manifestations contre l'arrestation du chef de l'opposition et ancien candidat à la présidentielle Ousmane Sonko, au Sénégal, le lundi 8 mars 2021.
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Son of a bitch»: Biden s'emporte contre Poutine, le Kremlin réagit
Le président américain Joe Biden a qualifié son homologue russe Vladimir Poutine de «salopard cinglé» pendant une rencontre à San Francisco avec des donateurs du parti démocrate.

Par le passé, Joe Biden avait déjà traité le président russe de «boucher» et de «criminel de guerre».

L’article