International
Analyse

Pourquoi tout le monde parle de l'Inde en ce moment

Image
image: Shutterstock
Analyse

Pourquoi tout le monde parle de l'Inde en ce moment

L'Inde devrait remplacer la Chine comme nouveau marché du futur et devenir un partenaire stratégique de l'Occident en Asie. Espoir ou illusion?
14.05.2023, 16:2614.05.2023, 17:55
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Suivez-moi
Plus de «International»

Des intellectuels en parlent. Des journaux internationaux comme la NZZ et le «Financial Times» en parlent: l'Inde est, comme disent les Américains, «the next big thing». Les économistes espèrent que cet empire géant donnera le prochain coup de pouce à l'économie mondiale. Pendant ce temps, les politiques rêvent d'avoir trouvé un nouveau partenaire contre la Chine dans la lutte des superpuissances. Qu'est-ce qui justifie ces ambitions démesurées?

Rappelons d'abord les faits.

Technologie et population

Tout d’abord, l'Inde possède une école supérieure de renommée mondiale, l'Indian Institute of Technology. Il n'est donc pas surprenant que le sous-continent possède non seulement des entreprises leaders dans le domaine de l'informatique, mais que l'on trouve également des Indiens à la tête de géants de la technologie comme Alphabet, Microsoft et IBM. De plus, la relève ne manque pas non plus. En effet, avec plus de 1,4 milliard d'habitants, l'Inde vient de détrôner la Chine en tant que pays le plus peuplé du monde et, contrairement à son rival, elle n'est pas menacée de vieillissement: 40% de la population a moins de 25 ans.

A crowd walks in a market area outside Dadar station in Mumbai, India, Friday, March 17, 2023. India will soon eclipse China to become the world's most populous country, and its economy is among  ...
Le marché de Mumbai. L'Inde vient de devenir le pays le plus peuplé du monde.photo: keystone

L'économie indienne est en plein essor. L'année dernière, le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de plus de 9% selon les données officielles. Le Fonds monétaire international (FMI) s'attend à ce que l'économie indienne continue à croître de plus de 6% du PIB dans les années à venir, ce qui en fait la croissance la plus forte au monde.

L'Inde a connu de longues années de «taux de croissance hindou»

Une expression utilisée à l'époque pour se moquer de l'état lamentable de l'économie du sous-continent. Mais ce n’est aujourd’hui plus d'actualité.

Sur le plan politique également, l'Inde semble évoluer dans la bonne direction du point de vue occidental. Par crainte de l'ennemi juré chinois, le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi se tourne de plus en plus vers les Etats-Unis et est accueilli à bras ouverts par le président américain Joe Biden. Les liens de l'Inde avec le Quad (Quadrilateral Security Dialogue) — une alliance militaire dont font également partie l'Australie, le Japon et les Etats-Unis — viennent d'être renforcés.

L'Inde semble jouer de plus en plus le rôle qu'avait autrefois la France sous la présidence de Charles de Gaulle: un partenaire certes laborieux, mais finalement fiable de l'Occident.

Ou peut-être pas. En effet, il y a de sérieux doutes sur le miracle économique indien et sur son prétendu amour retrouvé pour l'Occident. Les voici:

Pas de miracle économique

Ashoka Mody est un économiste qui a grandi en Inde et qui enseigne aujourd'hui en tant que professeur à l'université de Princeton aux Etats-Unis. Il a récemment publié le livre «India is Broken». Dans une interview accordée à la NZZ, il justifie ce titre comme suit:

«Au cours des 75 dernières années, nous n'avons pas réussi à créer suffisamment d'emplois. Selon mes calculs, l'Inde aura besoin d'environ 200 millions d'emplois au cours des dix prochaines années. Nous n'y parviendrons pas, c'est pourquoi le modèle économique a fondamentalement échoué.»

Mody ne veut pas non plus admettre le boom économique actuel. Selon l'économiste, la croissance économique fulgurante de l'année dernière n'est qu'une réaction à l'effondrement de Covid et n'est donc pas durable. Selon lui, la raison en est le système scolaire misérable du sous-continent. En effet, l'Inde dispose peut-être d'une école technique supérieure de classe mondiale, mais l'école primaire est dans un état déplorable. Lors de l'étude Pisa de 2009, l'Inde s'est classée à l'avant-dernière place.

«La qualité de l'enseignement est toujours aussi misérable»
Ashoka Mody, économiste

«Le plus gros problème, ce sont les enseignants. Le système est de plus en plus corrompu.»

Mody estime donc que la comparaison avec la Chine est totalement erronée, d'autant plus que l'Empire du Milieu dispose d'une excellente école primaire. «Ce sont deux pays totalement différents», affirme Mody.

«Le progrès matériel de la Chine repose sur le fait qu'elle a réussi à améliorer massivement les biens publics. S'il n'y a pas de progrès dans l'éducation, il n'y a pas non plus de croissance économique durable. C'est ce que l'élite politique indienne néglige.»

Partenaire de l'Occident vraiment?

Ashley Tellis détruit également les illusions géopolitiques de l'Inde dans le magazine «Foreign Affairs». Il travaille au Carnegie Endowment for International Peace.

Par peur de la Chine, l'Inde peut certes se rapprocher de l'Occident, selon Tellis. Mais «les attentes de Washington à l'égard de l'Inde sont totalement inappropriées. La faiblesse relative de l'Inde face à la Chine et sa proximité physique avec l'Empire du Milieu feront en sorte que New Delhi n'interviendra jamais dans un conflit entre les Etats-Unis et Pékin».

En d'autres termes: l'Inde ne s'intéresserait actuellement à un rapprochement avec l'Occident que par égoïsme. A long terme, New Delhi poursuit un tout autre objectif. Elle veut devenir la première puissance des pays émergents du Sud. C'est pourquoi l'Inde refuse également de condamner la guerre de la Russie contre l'Ukraine.

Toujours dans «Foreign Affairs», Nirupama Rao, ministre indien des Affaires étrangères entre 2009 et 2011, qualifie l'indignation des Etats-Unis et de l'Europe face à la guerre d'agression de la Russie de «myope et hypocrite» et souligne que son pays n'a pas l'intention de soutenir les sanctions de l'Occident contre la Russie.

Indian Prime Minister Narendra Modi waves to the crowd during a road show to campaign for his Bharatiya Janata Party (BJP) ahead of the elections in Bengaluru, India, Sunday, May 7, 2023. The election ...
Le Premier ministre indien Narendra Modi.photo: keystone

Il estime également que l'espoir de voir l'Inde devenir un allié militaire contre la Chine est erroné.

«Les politiciens américains ne devraient pas se faire d'illusions sur l'engagement de l'Inde dans le Quad»
Nirupama Rao, ministre indien des Affaires étrangères entre 2009 et 2011

«New Delhi ne jouera pas le rôle de partenaire de Washington contre Pékin. L'Inde joue sur les deux tableaux dans le conflit sino-américain. Elle participe à la fois au Quad, dominé par les Etats-Unis, et à l'Organisation de coopération de Shanghai, dirigée par Pékin.»

L'Inde ne se laissera donc pas entraîner dans une coalition dirigée par l'Occident contre la Chine et la Russie. Malgré son hostilité envers Pékin, New Delhi poursuit le même objectif géopolitique que Pékin: elle rêve d'un monde multipolaire avec l'Inde comme leader des pays émergents du Sud. Toutefois, on ne sait pas encore si elle disposera un jour de la puissance économique nécessaire pour y parvenir.

(Traduit et adapté par Pauline Langel)

La Kumbh Mela a eu lieu en Inde, malgré le Covid
1 / 16
La Kumbh Mela a eu lieu en Inde, malgré le Covid
Des «saints hommes», ou naga sadhu, avec les autres pèlerins font le plongeon sacré, dans le Gange, pendant le Kumbh Mela à Haridwar en Inde, le 14 avril 2021.
partager sur Facebookpartager sur X
En Inde, 130 morts après l'effondrement d'un pont suspendu
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Bardella lisse son programme en vue des législatives
Crédité à 33% dans le dernier sondage, Jordan Bardella s'emploie depuis plusieurs jours à dissiper les doutes sur son programme. Pas question de quitter le commandement intégré de l'Otan, ou de mettre fin au soutien de Paris à l'Ukraine.

A onze jours des législatives, le président du RN Jordan Bardella a voulu rassurer mercredi sur sa politique étrangère, en affirmant ne pas vouloir «remettre en cause les engagements» de la France à l'international en matière de défense.

L’article