DE | FR
FILE - In this April 3, 2019, file photo, former Georgia gubernatorial candidate Stacey Abrams speaks during the National Action Network Convention in New York. Abrams, whose voting rights work helped make Georgia into a swing state, exhorted Congress on Thursday, Feb. 25, 2021, to reject

Stacey Abrams se bat pour le droit de vote des Noirs. Image: sda

Analyse

Voilà comment les républicains veulent à nouveau opprimer les Noirs

Aux États-Unis, le droit de vote est la question politique qui fait débat. Dans les états conservateurs, les «Votings Rights» devraient à nouveau être restreints pour la population noire.



Le centre de Justice indépendant Brennen a récemment annoncé que plus de 250 nouveaux projets de loi sur le droit de vote ont été proposés dans 43 états différents. Maintenant que le projet d’aide au Corona a franchi les derniers obstacles et que les chèques ont été envoyés, les «Voting Rights» ont pris la place de numéro 1 des sujets politiques. Mais de quoi s’agit-il exactement?

Lors des dernières élections, les républicains ont non seulement perdu leur pouvoir à la Maison Blanche, mais ils ont aussi dû accepter leur nouvelle situation minoritaire dans la Chambre des représentants et au Sénat. Bien que cette défaite se soit avérée très légère, elle a tout de même fait très mal.

Le «Big Lie» de Donald Trump – le mensonge qui prétend que les élections ont été truquées par les démocrates – continue de persuader la majorité des républicains. A présent, le Grand Old Party (GOP) veut agir dans la mesure de s’assurer que cela ne leur arrivera pas une deuxième fois.

FILE - In this Sunday Feb. 28, 2021, file photo President Donald Trump speaks at the Conservative Political Action Conference (CPAC) in Orlando, Fla. New York prosecutors are asking new questions about Trump's Seven Springs estate in Mount Kisco, N.Y., trying to determine whether the value of the century-old mansion was improperly inflated to reduce his taxes. (AP Photo/John Raoux, File)
Donald Trump

Donald Trump s’accroche fermement à son mensonge, le fameux Big Lie. Image: sda

Agir, selon les républicains, c’est mettre en place un projet qui rendrait le droit de vote des Noirs beaucoup plus contraignant. En effet, leurs votes sont comme une assurance-vie pour les démocrates. Aux dernières élections, seulement 10% de la population noire a voté pour Trump. Le GOP pourrait se révéler être très vicieux en mettant en place des astuces qui empêcheraient les Noirs de voter.

Ces astuces fonctionneraient mieux sur les plus pauvres, c’est-à-dire en majorité sur les Noirs. «Être pauvre prend beaucoup de temps», note Charles Blow, chroniqueur au New York Times. «Les choses que les personnes aisées considèrent comme allant de soi – faire les courses, par exemple, ou prendre un rendez-vous chez le médecin – demandent beaucoup de temps et d'énergie quand on est pauvre. Restreindre la capacité de vote signifierait que les personnes les plus démunies seraient en majorité concernées». Réduire cette capacité est exactement l’objectif de la plupart des lois que les républicains veulent faire passer dans les législatures des États «rouges», c’est-à-dire où ils sont majoritaires à la Chambre.

En Géorgie, l’exemple de «souls to the polls» (des âmes aux urnes) est typique. A l’aide de nouvelles lois, les républicains veulent interdire le vote le dimanche. Les Noirs, se trouvant en situation de précarité seront les plus touchés. En effet, lors de périodes électorales, un service de bus est organisé par les paroisses dans le but de les emmener aux bureaux de vote après la messe du dimanche.

Aida Castillo places a sticker on her blouse indicating that she had voted during the early voting period, Saturday, Oct. 20, 2012, in Las Vegas. In the heavily-Hispanic neighborhoods of Las Vegas, unemployment is high and home values are down. But President Barack Obama's immigration stand has locked in support from a fast-growing demographic group that has been trending sharply Democratic in the wake of increasingly hard-line Republican positions on immigration. Part of the reason is his executive order that allows people brought into the country illegally as children to avoid deportation if they graduate high school or join the military. The president's campaign is counting on Hispanics providing the margin of victory not just in Nevada, but in other swing states such as Colorado, Iowa, Virginia and North Carolina. (AP Photo/Julie Jacobson)

Image: AP

Si ce service est supprimé, ils devront aller voter le jour officiel – toujours un mardi de novembre et donc un jour ouvrable – et attendre de longues heures, souvent dans le froid et sous la pluie. Le but de cette loi, disons perverse, serait également d’interdire la distribution de collations et d’eau aux électeurs qui attendent.

Non seulement le vote anticipé devrait être restreint, mais aussi le vote par correspondance. De plus, des mesures de contrainte seront peut-être introduites, comme la présentation d'une carte d'identité, que de nombreux Noirs, en situation précaire ne possèdent même pas. Ou par exemple, introduire une correspondance supplémentaire des signatures.

Le fait que la Géorgie soit en tête de ce jeu diabolique n'est pas un hasard. Jusqu'à présent, cet État a toujours été «rouge». Cependant, lors de la dernière élection, Joe Biden a battu Trump, et les deux sièges du Sénat appartiennent à présent aux démocrates.

Le GOP a en fait reçu la monnaie de sa pièce concernant son comportement lors des primaires de 2018. Avec l’oppression à l’encontre des voix noires, le gouverneur Brian Kemp avait pu battre de justesse son adversaire, la démocrate Stacey Abrams.

epa08382821 People prepare their vehicles before participating in a car parade protest against Georgia Governor Brian Kemp's order allowing for the reopening of certain businesses during the Coronavirus COVID-19 pandemic in Atlanta, Georgia, USA, 24 April 2020. Kemp's order allows for salons, gyms, tattoo parlors and similar shops to open today. The spread and containment efforts of the coronavirus COVID-19 pandemic has caused disruptions to daily life across the globe. EPA/ERIK S. LESSER

Mobilisation réussie pour les deux sénateurs démocrates en Géorgie Image: EPA

Mais attention, Stacey Abrams n’est pas une femme qui se laisse faire. Suite à cette oppression, la démocrate avait organisé un mouvement de contestation, un réseau de militants qui avait pour but de démontrer aux yeux de tous, les pratiques malsaines des républicains et leur pire défaite morale de mémoire d’homme. La tentative du GOP d'éloigner les Noirs des urnes a une longue et triste tradition. Après la guerre civile, l'esclavage a non seulement été interdit, mais les Noirs ont également obtenu le droit de vote. Mais ce droit leur a été immédiatement retiré, surtout dans les États du Sud, avec les lois dites Jim Crow.

Par conséquent, ces lois ont fait des États-Unis un état d’Apartheid. Les Noirs étaient privés du droit de vote, mais ils devaient aussi s'asseoir sur des sièges à part dans les transports publics, n'étaient pas autorisés à utiliser les toilettes des Blancs et devaient envoyer leurs enfants dans des écoles séparées.

Il a fallu attendre Martin Luther King et le mouvement des droits civiques dans les années 1960 pour renverser cet Apartheid de facto. En 1965, le président Lyndon Johnson signe le Voting Rights Act, une loi qui rend aux Noirs leur droit de vote sans restriction.

Cependant, un arrêt de la Cour Suprême de 2013 a partiellement affaibli ce droit. La jurisprudence a renforcé les droits individuels des États face à Washington. Cela a permis aux républicains de reprendre leur guerre d’usure contre le droit de vote des Noirs dans les États qu’ils contrôlent. Quant aux démocrates, ils veulent éviter ce scénario à tout prix. La Chambre des représentants a déjà adopté un projet de loi qui restreint l'autonomie des États et renforce le droit de vote. Un deuxième projet de loi devrait suivre prochainement.

epa09084148 Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) holds a news conference in the U.S. Capitol Visitors Center in Washington, DC, USA, 19 March 2021. Pelosi answered reporters' questions and spoke about the American Rescue Plan Act's enhancements to the Affordable Care Act.  EPA/CHIP SOMODEVILLA / POOL

Nancy Pelosi a fait passer le nouveau projet de loi électoral à la Chambre des représentants. Image: sda

Nancy Pelosi et Chuck Schumer, les deux leaders de la majorité au Congrès, sont déterminés à faire passer ce projet de loi par la Chambre. Pour Pelosi, «c’est un tout» et pour Schumer, «l'échec n'est pas une option». Afin d’éviter l'échec, Schumer doit d'abord résoudre le problème du «filibuster». Ce dernier correspond à une obstruction parlementaire, qui exige qu'un projet de loi ne puisse être adopté au Sénat qu'avec 60 voix. Actuellement, les républicains et les démocrates disposent chacun de 50 voix. Cependant, le problème pourrait être résolu par la vice-présidente démocrate Kamala Harris.

Il est très peu probable que l'un ou l'autre des partis obtienne une majorité de 60 voix dans un avenir proche. Il est encore moins probable que 10 républicains votent avec les démocrates. Le chef de la minorité, Mitch McConnell, a également fait savoir qu'il avait l'intention de défendre le filibuster. Les démocrates doivent donc trouver un moyen de contourner le filibuster et les prédictions ne sont pas mauvaises. Le président Biden – longtemps partisan de cette procédure – se dit désormais favorable à ce que les règles soient modifiées. Joe Manchin, un sénateur démocrate réfléchi et également défenseur du filibuster, a laissé entendre qu'il était ouvert à la discussion.

L'attaque éhontée des républicains contre le droit de vote des Noirs renforce la pression en faveur de la réforme, voire de l'abolition, du filibuster. Les contradictions deviennent tout simplement trop évidentes. Comment les républicains peuvent-ils se battre au nom de la minorité pour restreindre les droits de ces mêmes minorités?

Cet article a été traduit de l'allemand. Cliquez ICI pour accéder à l'article original.

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

Le président turc humilie la présidente européenne

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Trop fortes, les joueuses trans font peur au rugby

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

L'attaque d'Atlanta révèle le racisme anti-asiatique

Une agression sanglante contre des salons de massage survenue juste après la parution d'une étude sur le racisme anti-asiatique a mobilisé cette communauté.

Robert Aaron Long, 21 ans, a «assumé » avoir ouvert le feu dans trois salons de massage oriental de la région d'Atlanta, lors d'une attaque qui a fait huit morts et choqué la population d'origine asiatique. Le tireur présumé a pourtant affirmé avoir agi «sans mobile raciste».

Mercredi, de premières informations commençaient à émerger sur Robert Aaron Long, le décrivant comme un homme introverti, passionné par les armes et chrétien très religieux. Selon les enquêteurs, il souhaitait …

Lire l’article
Link zum Artikel