ciel couvert
DE | FR
International
armes

Ukraine: le Carl Gustav peut détruire des tanks

Cette arme détruit des tanks et le cerveau des tireurs ukrainiens

FILE - Ukrainian servicemen study a Sweden shoulder-launched weapon system Carl Gustaf M4 during a training session on the near Kharkiv, Ukraine, April 7, 2022. An interminable and unwinnable war in E ...
Des militaires ukrainiens étudient le système d'armement suédois Carl Gustaf M4 lors d'une séance d'entraînement près de Kharkiv, en Ukraine, le 7 avril 2022.Image: AP
Notamment utilisée par Kiev, l'arme «Carl Gustav» tire des projectiles pouvant atteindre les 800 km/h, peut détruire des chars et est utilisée depuis des décennies. Mais elle présente un risque élevé pour le soldat qui le manipule.
03.12.2023, 18:5704.12.2023, 08:27
Clara Lipkowski / t-online
Plus de «International»
Un article de
t-online

L'arme repose sur l'épaule, à quelques centimètres de la tête. Lorsqu'un soldat tire un missile à partir du tube de lancement du «Carl Gustav», celui-ci s'élance à une vitesse pouvant atteindre 800 kilomètres par heure. Il peut détruire des chars, percer des bâtiments et a une portée allant jusqu'à 1000 mètres. Et elle est utilisée dans le monde entier. Problème: l'arme déclenche une onde de choc si massive, envoyée directement au cerveau par la tête, qu'elle provoque des dégâts considérables.

👉 Suivez en direct la guerre contre l'Ukraine 👈

Des lésions cérébrales dues au tir du Carl Gustav ont déjà été démontrées. Des soldats ont subi des commotions cérébrales, des problèmes de mémoire, des temps de réaction réduits et une moins bonne coordination que d'habitude. Pour les troupes qui doivent être réactives au combat, cela peut être dévastateur.

Le New York Times vient de publier une enquête sur les dangers que représente cette utilisation et indique que malgré cela, l'arme portable est largement utilisée – depuis des décennies. Elle fait partie intégrante de nombreuses armées, à savoir celles des Etats-Unis, de l'Allemagne, du Canada, du Royaume-Uni et de l'Autriche.

En effet, ce système d'armes est considéré comme particulièrement efficace. Il est comparativement léger et son utilisation est flexible. Le fabricant suédois Saab fait valoir qu'il confère un avantage tactique aux fantassins: il aide à neutraliser les chars et les troupes ennemies, à éliminer les obstacles et à combattre les ennemis dans les bâtiments.

En Ukraine aussi, on tire avec le Carl Gustav

L'année dernière, l'armée ukrainienne a reçu le Carl Gustav, et selon certaines informations, le Canada, entre autres, l'a envoyé avec ses munitions. Le magazine Focus fait état d'une livraison d'au moins 5000 pièces l'année dernière, sans préciser le pays d'origine. Au combat, l'arme aurait ensuite neutralisé des chars russes près de Kharkiv, dans le sud du pays.

Malgré les risques connus depuis longtemps, le Carl Gustav est un moyen de défense très demandé. En 2018, le chercheur militaire américain et ancien ranger de l'armée Paul Scharre a présenté un rapport sur les lésions cérébrales causées par l'arme - rien n'a été fait, a déclaré Scharre au New York Times, «c'est extrêmement frustrant». Le ministère américain de la Défense est au courant du problème et a financé les recherches de Scharre.

Une arme néfaste pour l'utilisateur

Les ondes cérébrales ainsi que les modifications de l'hémogramme des soldats ont été étudiées pendant trois ans, directement et les jours qui ont suivi le tir de l'arme. Des capteurs placés sur les casques et les gilets de protection ont montré que le lance-roquettes Carl Gustav M3 avait un effet explosif souvent deux fois plus élevé que la limite supérieure recommandée. Conséquence: le cerveau est violemment secoué. Il peut certes se remettre d'un tel traumatisme de courte durée, mais si celui-ci se reproduit, il peut laisser de graves séquelles.

Le chercheur principal de l'étude américaine, Michael Roy, met donc en garde contre le fait que les soldats peuvent être sensiblement affectés dans leurs performances sur le terrain.

«Nous constatons que c'est le cas. Si vous ne pouvez pas vous souvenir de choses lors d'une mission et que votre équilibre est perturbé, cela peut être un vrai problème»
Michael Roy au New York Times

Un soldat se plaint que «quelque chose ne va pas dans sa tête»

Le sujet a également été débattu au Congrès américain. Des vétérans se sont plaints du fait que le problème était connu de tous, mais que rien n'était fait pour y remédier. Le père d'un soldat qui a servi pendant dix ans, entre autres en Afghanistan, a raconté au journal américain que son fils ne pouvait plus dormir, avait des crises de panique, des maux de tête et des problèmes de mémoire suite à son usage du Carl Gustav. Il se plaignait que «quelque chose n'allait pas dans sa tête», a déclaré le père. Le soldat est devenu alcoolique après son retour et il s'est suicidé en 2017.

Un soldat américain avec un Carl Gustav
Un soldat américain avec un Carl Gustav.

Le Pentagone a réagi aux études et aux accusations en soulignant qu'il était en train d'examiner les effets de l'arme. De même, une étude avec des appareils de mesure portatifs sur les soldats devait fournir plus d'informations. Mais c'est aussi tombé à l'eau et rien n'a apparemment été fait jusqu'à aujourd'hui. Tout au plus, les soldats auxiliaires auraient été invités à se tenir plus éloignés de la personne qui manipule l'arme au moment du tir. Dans sa publication, Paul Scharre écrit que l'armée n'a pas donné suite aux conseils des chercheurs d'utiliser des casques plus modernes et une protection spéciale du visage qui pourraient réduire les ondes de choc.

Alors que les autorités compétentes ne semblent pas agir, d'autres études ont montré que les soldats exposés à de telles ondes de choc provoquées par des explosions développaient plus souvent des troubles anxieux, des dépressions et des migraines. De plus, le risque de développer des troubles psychiatriques augmentait. Selon le New York Times, les soldats et les marins exposés aux ondes de choc de l'artillerie lourde en Syrie et en Irak sont rentrés chez eux avec des problèmes psychiques et physiques mettant leur vie en danger.

La production des armes se poursuit malgré tout: le 22 novembre, le fabricant Saab annonce sur son site Internet qu'il a reçu une commande pour ce système d'armes portable. Il n'a pas révélé le nom du client, mais seulement ceci: la valeur de la commande s'élève à environ 1,3 milliard de couronnes suédoises (environ 109 millions de francs suisses). «Les livraisons sont prévues entre 2024 et 2025.»

(Traduit et adapté par Chiara Lecca)

20 profils Tinder très directs pour être sûr de matcher
1 / 22
20 profils Tinder très directs pour être sûr de matcher
partager sur Facebookpartager sur X
L'Ukraine a développé une «cape d'invisibilité» pour ses soldats
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Des réunions BDSM «de dépravés» embarrassent Poutine
Sous le blase Blue Velvet, 200 adeptes de soirées sexuelles utilisent une salle funéraire de l'armée russe à Ekaterinbourg, pour «se déshabiller, boire, se droguer, se filmer et danser». Impliqué, le vice-président de la Chambre des officiers a été contraint de quitter ses fonctions et les plaintes pleuvent.

Les apôtres de Vladimir Poutine manquent d'adjectifs pour qualifier ce qu'ils viennent de découvrir sur leur écran d'ordinateur. «Inacceptable!», «irrespectueux!», «dégradant!» «blasphématoire!», «sordide!» sont les termes les plus régulièrement dégainés, depuis que des photos et des vidéos de soirées BDSM batifolent sur les réseaux sociaux. Si la teneur de ses soirées font déjà tressaillir la prude Russie, l'écrin particulier qui a accueilli «une quinzaine» de ces bastringues sexuelles scandalisent en plus haut lieu.

L’article