DE | FR
Bild

Image: Shutterstock

4 raisons pour lesquelles presque personne n'est vacciné en Asie

A ce jour, environ 1,5 milliard de doses du vaccin Covid-19 ont été distribuées dans le monde. La majorité des personnes vaccinées vivent en Europe et aux États-Unis. En Asie, cependant, la vaccination ne progresse pas et le nombre de cas augmente également.



13,7% de la population Suisse a reçu les deux doses, et 13,2% a au moins reçu une dose du vaccin. Selon l'université Johns Hopkins, un peu moins de 4,5% de la population mondiale est totalement vaccinée, et le même nombre aurait reçu une seule dose.

La moyenne est plus élevée dans les pays d'Amérique du Nord (23% de vaccins complets) et d'Europe (12% de vaccins complets). En plus de l'Afrique et l'Océanie, l'Asie a également un très faible taux de vaccination - alors que près de la moitié de la population mondiale vit sur ce continent. À la mi-mai, seulement 1,9% de la population asiatique est entièrement vaccinée.

Si on s'intéresse de plus près au taux de vaccination des pays asiatiques, seule la Chine se situe au-dessus de la moyenne mondiale. Le Japon, la Corée du Sud, les Philippines et le Vietnam ont uniquement reçu quelques doses par habitant.

Mais même en Chine, le taux est plus faible qu'en Suisse. Bien que le gouvernement tente de l'augmenter en mettant en place des mesures d'initiative, vacciner 40% de la population d'ici la fin juin semble irréaliste.

Selon les prévisions de l'Economist Intelligence Unit britannique établies en début de l'année, l'Europe et les États-Unis devraient avoir terminé avec la vaccination d'ici la fin de l'année. Cela prendra plus de temps en Afrique et en Asie. Dans certains pays, les experts estiment que la vaccination ne sera pas terminée avant 2023.

Malgré le nombre de personnes vaccinées, il se pourrait que le nombre de personnes infectées augmente de manière importante dans les semaines à venir, car dans certains pays d'Asie, les chiffres grimpent de manière importante.

Par exemple, le Vietnam, la Thaïlande et Taïwan connaissent actuellement des vagues d'infection avec un nombre record de cas. Au Japon également, le nombre de cas n'a cessé d'augmenter depuis le mois de mars, alors que les Jeux olympiques d'été auront lieu dans trois mois.

L'Inde a également connu une croissance exponentielle et a connu des jours difficiles. Entre-temps, la tendance semble s'être brisée et les chiffres sont au moins à nouveau orientés à la baisse.

Les raisons du faible taux de vaccination en Asie:

Prudence, mère de sureté

Comparativement avec l'Europe, de nombreux pays asiatiques ont survécu à la pandémie avec un nombre faible de décès. Grâce à des mesures rigoureuses, ils ont pu maintenir le nombre de cas à un faible niveau. C'est pour cela qu'ils prennent leur temps avec la vaccination et veulent observer les effets du vaccin sur le long terme.

Par exemple, le Premier ministre Sud-Coréen Chung Sye-kyun, a déclaré que la vaccination avait été délibérément retardée jusqu'à la fin du mois de février afin de recueillir d'abord les données d'autres pays. Il a rejeté l'idée qu'ils n'étaient pas actifs pendant les campagnes de vaccination - à un journaliste de la BBC, il a déclaré: «Vous savez que les Coréens sont les maîtres en matière de vitesse.»

Selon les responsables gouvernementaux, Singapour, le Cambodge et le Vietnam souhaitaient également attendre un peu, mais ils semblent toutefois convaincus de l'efficacité du vaccin - la Corée du Sud vise à atteindre une immunité collective d'ici l'automne.

Soit dit en passant, des arguments similaires en faveur d'un début tardif de la vaccination ont été avancés en Australie et en Nouvelle-Zélande.

La vaccination n'est pas la solution habituelle

De nombreux pays asiatiques ont déjà connu plusieurs pandémies. Par exemple, de nombreux Chinois se souviennent encore de la pandémie de SRAS de 2003, qui s'est propagée dans le monde entier et a fait plus de 800 victimes.

Des règles d'hygiène strictes et des restrictions ont permis de maîtriser les pandémies passées. Par exemple, il n'existe toujours pas de vaccin contre le SRAS. Pour de nombreux Asiatiques, la vaccination n'est donc pas la clé évidente du succès dans la lutte contre une pandémie.

Un grand scepticisme à l'égard de la vaccination

Le Japon, qui s'apprête à accueillir le plus grand événement sportif du monde cet été, est très sceptique à l'égard de la vaccination. Depuis plusieurs décennies, les Japonais ont l'un des taux d'approbation de la vaccination les plus bas du monde.

En Chine règne un certain scepticisme à l'égard de la vaccination. À la mi-avril, le principal responsable chinois pour la gestion de pandémie a enflammé les sceptiques en déclarant que les vaccins existants (principalement Sinopharm et Sinovac) n'offraient qu'un faible niveau de protection et qu'il fallait envisager de mélanger différents vaccins pour obtenir une protection plus élevée. Suite aux réactions de cette déclaration, il a déclaré que «ses commentaires avaient été complètement mal interprétés» - mais une partie du mal avait déjà été fait.

Aux Philippines, de nombreuses personnes ne veulent pas se faire vacciner. Notamment, à cause du fait qu’une partie de la crise sanitaire est liée au vaccin Dengvaxia, qui a été introduit en 2016 pour protéger contre la dengue. Deux ans plus tard, il a été soudainement retiré du marché après le décès de certains enfants vaccinés. Depuis lors, la population ne fait plus vraiment confiance au gouvernement philippin et aux vaccins approuvés – ce qui explique que les Philippines ont subi une épidémie ravageuse de rougeole en 2019.

Les avantages financiers

L'argent peut également être une raison de retarder la vaccination: le ministre sud-coréen de la santé, Park Neung-hoo, a annoncé en novembre que, compte tenu du faible nombre de cas, il était possible d'attendre pour acheter des doses de vaccin à un prix raisonnable.

La Kumbh Mela a eu lieu en Inde, malgré le Covid

1 / 16
La Kumbh Mela a eu lieu en Inde, malgré le Covid
source: sda / idrees mohammed
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Le maire de New York offre des frites aux vaccinés

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Humeur

Voilà tout juste un an que «les prochaines semaines seront décisives»

Le 16 mars 2020, la Suisse entrait en «situation extraordinaire». Un cataclysme. Et le début d’un interminable combat contre le Covid-19. Voici une carte de voeux un peu particulière pour un anniversaire un peu (trop) particulier.

Qu'il compte sur la task force. Sur l'immunité collective. Sur la quarantaine, le semi-confinement, le bon sens, les cantons, les vaccins. Et sur ses doigts pour le nombre de cas. Un an que grâce à un effort collectif, nous pourrons sortir de cette crise. Un an qu’Alain Berset comprend nos angoisses et nos frustrations. Un an que les conférences pressent. Un an que les chiffres sont mauvais. Que les chiffres sont encourageants. Qu’on va vers le mieux, mais que le pire est à venir. Que …

Lire l’article
Link zum Artikel