International
Asie

La première ville flottante du monde à Busan ressemblera à ça

La première ville flottante du monde ressemblera à ça

Des architectes danois ont dévoilé les images de la première ville flottante du monde, qui se situera en Asie. Le projet, devant être construit à partir de 2023, compte répondre à un problème «existentiel».
02.05.2022, 20:2303.05.2022, 06:25
Plus de «International»

C'est un projet aussi fou que nécessaire. Le 26 avril, la société de développement danoise Oceanix a dévoilé le prototype de ce qui constituera la première ville flottante du monde. Le projet lancé fin 2021 avec le soutien de l'Organisation des Nations Unies (ONU) élira domicile à Busan, en Corée du Sud. Il devrait voir naître ses premiers logements en 2025.

Le 26 avril dernier, la société de développement danoise Oceanix a dévoilé le prototype de la première ville flottante du monde. Le projet lancé fin 2021 avec le soutien de l'Organisation des Nat ...
Maquette de la ville flottante de Busan.Image: oceanix

Dès 2023, le terrain de 15,5 hectares de surface devrait être construit en trois parties reliées par des ponts, soit une zone dédiée à la recherche, une autre à des lieux publics et une dernière aux habitations. Lesquels logements pourraient accueillir entre 12 000 et 100 000 personnes.

Le 26 avril dernier, la société de développement danoise Oceanix a dévoilé le prototype de la première ville flottante du monde. Le projet lancé fin 2021 avec le soutien de l'Organisation des Nat ...
Le terrain de 15,5 hectares de surface devrait être construit en trois parties reliées par des pontsImage: oceanix

Si l'idée peut surprendre, il semble qu'elle soit surtout motivée par une volonté de répondre aux récents défis climatiques, comme l'expliquent les concepteurs sur leur site internet:

«Nous ouvrons la voie à une nouvelle industrie afin de répondre aux besoins de l'humanité en matière d'abris, d'énergie, de déchets, d'eau et de nourriture tout en régénérant les écosystèmes marins»
Oceanix

Lutter contre «une menace existentielle»

Les villes flottantes pourraient être un moyen d’atténuer les effets de la montée des eaux, causée par le réchauffement climatique. Ce problème a notamment été soulevé dans le dernier rapport du GIEC en février. Les experts présentaient cette élévation du niveau de la mer comme «une menace existentielle pour les infrastructures côtières d’électricité et de transport».

Depuis 1880, le niveau moyen de la mer à l’échelle mondiale a augmenté d'une vingtaine de centimètres, a observé Climate.gov, le portail scientifique et d’information sur le changement climatique géré par l'administration nationale océanique et atmosphérique. Si l'on se fie aux graphiques présentés, un tiers de cette montée des eaux s’est produit au cours des 25 dernières années.

200 millions de dollars

En ce sens, la ville flottante de Busan devrait produire l'intégralité de son électricité à l'aide de panneaux solaires, dont une partie se trouvera sur les toits et l'autre flottera sur la mer. Fonctionnant à partir d'une économie zéro déchet, seuls les véhicules électriques seraient autorisés à y circuler.

La construction de la ville pourrait coûter environ 200 millions de dollars. Un montant conséquent, qui se révèle, d'après Amina Mohammed, secrétaire générale adjointe de l'ONU, être une nécessité: «Nous ne pouvons pas résoudre les problèmes d'aujourd'hui avec les outils d'hier [...] Nous devons construire des villes en sachant qu'elles seront en première ligne des risques liés au climat, de l'élévation du niveau de la mer aux tempêtes.» (mndl)

Un requin blanc attaque un bateau familial
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Dès son premier jour, le nouveau président taïwanais tacle la Chine
Le nouveau président de Taïwan, Lai Ching-te, a prêté serment ce lundi. Il a appelé la Chine à «cesser ses intimidations politiques et militaires».

Dans son discours d'investiture au palais présidentiel de Taipei, Lai Ching-te n'a pas hésité à évoquer de façon directe la menace de guerre après des années de pressions de la part de la Chine pour que Taïwan passe sous son contrôle.

L’article