DE | FR

Le variant vietnamien expliqué en 3 points

Bild

Image: Shutterstock

Après l'anglais, le brésilien, le sud-africain, le suisse et l'indien, un nouveau variant a été découvert au Vietnam. Faut-il s'inquiéter? Est-il plus dangereux? Voici ce que l'on sait actuellement.



Souche hybride

Ce nouveau variant est un hybride des mutations anglaises et indiennes, ont précisé les autorités du pays asiatique. Bien que le mot «hybride» puisse faire penser à toute sorte de diablerie génétique, le nouveau-né vietnamien n'est pas le résultat d'un croisement entre ses deux prédécesseurs, explique Forbes.

Cela signifie plutôt qu'il combine les particularités des variants anglais et indien. Concrètement, il présente une modification au niveau de la protéine de spicule qui ressemble à celle des mutations découvertes en Inde et au Royaume-Uni.

Plus transmissible

Tout comme ses deux prédécesseurs, la souche vietnamienne est probablement plus transmissible que la version originale du coronavirus.

La caractéristique principale de ce virus est qu'il se transmet rapidement dans l'air, a expliqué le ministre de la Santé vietnamien. La concentration de virus dans la gorge et la salive augmente rapidement, et il se répand très vite dans l'environnement proche.

Est-ce dangereux?

Pas forcément. Depuis que le Covid-19 a été identifié en janvier 2020, des milliers de mutations ont été détectées, rappelle la BBC. C'est ce que font les virus.

De plus, retrouver des virus combinant des mutations déjà observées sur d'autres variants est assez commun, rassure de son côté Futura Santé. En mars, on en dénombrait déjà une quinzaine.

Attendue par les scientifiques, l'apparition des hybrides ne suscite pas d'inquiétude particulière pour le moment. Car, en général, ils ne confèrent aucun avantage au virus, contrairement aux mutations, qui sont issues d'un processus de sélection naturelle.

Dans le cas présent, le variant vietnamien n'est donc probablement pas une sorte de «super-variant» anglais. Ce n'est pas une raison pour ne pas rester vigilant, au moins jusqu'à la publication de ses caractéristiques, prévue dans les prochains jours. (asi)

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 13
Une année de Covid-19, retour en images
source: sda / alessandro crinari
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur la gestion du Covid-19:

Chaque habitant pourrait bientôt se faire dépister du Covid en Suisse

Link zum Artikel

Se faire vacciner? Les Suisses Romands préfèrent laisser ça aux Alémaniques

Link zum Artikel

Les effets secondaires des vaccins restent limités en Suisse

Link zum Artikel

Pfizer teste son vaccin chez les jeunes enfants

Link zum Artikel

Des minorités chinoises victimes de prélèvements forcés d'organes

L'ONU affirme que des prisonniers issus de minorités ethniques, linguistiques et religieuses, seraient soumis à des prélèvements forcés d'organes en Chine.

Des rapporteurs spéciaux, ainsi que des experts du groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire, indiquent que des prélèvements d'organes ont lieu en Chine. Ceux-ci visent principalement des Ouïghours, des Tibétains, des musulmans et des chrétiens, détenus dans l'Empire du Milieu.

La Chine est régulièrement accusée par des membres de la secte Falun Gong, interdite dans ce pays asiatique, de se livrer à des prélèvements d'organes forcés sur ses adeptes emprisonnés. Pékin a …

Lire l’article
Link zum Artikel