International
Australie

Australie: un ver de serpents retrouvé dans un cerveau humain

Elle a vécu deux ans avec un ver vivant dans son cerveau

This undated photo supplied by Canberra Health Services, shows a parasite in a specimen jar at a Canberra hospital in Australia. A neurosurgeon investigating a patient's mystery neurological symp ...
Le fameux parasite qui a vécu sa meilleure vie dans le cerveau d'une Australienne.Keystone
Les chercheurs pensent que l'infection s'est produite suite à la cueillette des fruits d'un arbuste probablement contaminé par des larves présentes dans des excréments de serpents.
30.08.2023, 04:3930.08.2023, 06:16
Plus de «International»

Un ver rond qui parasite généralement les serpents a été découvert pour la première fois sur un être humain. Il a été extrait «vivant et se tortillant» du cerveau d'une Australienne lors d'une intervention chirurgicale, ont annoncé mardi des médecins australiens.

Les médecins ont découvert une «lésion atypique», grâce à un examen IRM, dans la partie frontale du cerveau de l'Australienne, âgée de 64 ans, qui souffrait de pertes de mémoire.

La femme, qui avait été traitée pour une pneumonie mais ne s'était pas complètement rétablie, a été admise à l'hôpital en janvier 2021 après trois semaines de douleurs abdominales et de diarrhée, qui ont évolué vers une toux sèche et des sueurs nocturnes, selon les résultats publiés dans la revue Emerging Infectious Diseases.

Elle a été réadmise à l'hôpital trois semaines plus tard, son état ne s'étant pas amélioré, et a subi divers traitements jusqu'à ce que des scanners cérébraux révèlent une lésion et qu'une biopsie ouverte soit pratiquée en juin 2022.

Parasite des kangourous et des pythons

L'examen a révélé la présence d'un Ophidascaris robertsi, un ver rond de huit centimètres qui, selon les chercheurs, est un parasite des kangourous et des pythons, en Australie. Il parasite des animaux dans d'autres régions du monde, mais il n'avait encore jamais été détecté sur un être humain.

Le ver, dont la «structure en forme de fil» est apparue sur les scanners cérébraux, a ensuite été identifié grâce à des tests ADN:

«Il s'agit du tout premier cas humain d'Ophidascaris décrit dans le monde»
Le docteur Sanjaya Senanayake, spécialiste des maladies infectieuses

Premier cas dans le cerveau d'un mammifère

«À notre connaissance, c'est également le premier cas impliquant le cerveau d'une espèce de mammifère, humaine ou autre», a-t-il précisé.

«Il n'est jamais facile ni souhaitable d'être le premier à être malade de quoi que ce soit au monde. Je ne saurais trop exprimer notre admiration pour cette femme, qui a fait preuve de patience et de courage tout au long de ce processus.»
Dr Senanayake

Selon le médecin, il est «probable que d'autres cas soient identifiés à l'avenir». (ats/jch)

Il joue 9 heures de saxophone tout en se faisant opérer du cerveau
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
William est-il un «trou du cul»? Les langues se délient
Sous le vernis du mari attentionné, père de famille dévoué et parfait héritier du trône, le prince de Galles cache une personnalité complexe, difficile à cerner. Au point d'être un immonde salaud? Décryptage.

«Ce type, je le sens pas.» Le marmonnement d'un proche, à chaque fois que nous posons le sujet du prince William sur la table. Le plus souvent, à l'heure de l'apéro. Un sentiment diffus, personnel et parfaitement subjectif, auquel j'ai toujours, dans ma modeste expertise d'observatrice de la famille royale, opposé un démenti rigoureux.

L’article