International
Canicule

Climat: la canicule a déjà fait 100 morts en 2023 au Mexique

La canicule a fait 100 morts en un mois au Mexique

epa10716125 A woman holds an umbrella to protect herself from the sun due to the high temperatures, in Monterrey, Nuevo Leon state, Mexico, 28 June 2023. The heat wave that hit Mexico has caused 36 de ...
Une femme tient un parapluie pour se protéger du soleil à Monterrey, la 2e plus grande ville du Mexique.Keystone
A cette époque de l'année, les températures moyennes oscillent entre 30 et 45 degrés à travers tout le pays.
30.06.2023, 05:2230.06.2023, 14:44
Plus de «International»

Cent quatre personnes sont mortes au Mexique entre le 12 et le 25 juin en raison d'une vague de chaleur extrême qui a frappé le nord désertique et la capitale, a indiqué le gouvernement. La température est montée jusqu'à 49 degrés celsius à certains endroits.

Le plus grand nombre de victimes (64) a été enregistré dans l'Etat industriel du Nuevo Leon, à la frontière avec le Texas, a indiqué le secrétariat de la santé dans un rapport daté de mercredi.

Une température record de 49 degrés a été enregistrée dans l'État du Sonora (nord-ouest). Les coups de chaud et la déshydratation sont à l'origine de la plupart des décès.

Une nouvelle vague de chaleur pourrait toucher le pays aux 127 millions d'habitants à partir du 1er juillet. (sda/ats/afp)

Des naufragés sauvés de justesse des requins
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Faut-il craindre la «guerre civile» en France?
Jusqu'ici plutôt un thème de la droite identitaire, le spectre de la guerre civile est aujourd'hui agité par ceux qui invoquent le République comme rempart face au Rassemblement national dans des élections législatives décrites à haut risque.

Plus personne n’écarte les risques d’émeutes et d’affrontements en France si le Rassemblement national devait accéder au pouvoir au terme du deuxième tour des élections législatives anticipées, le 7 juillet. De là à ce que ces heurts redoutés dégénèrent en possible guerre civile, il y a un pas que franchissent des observateurs pourtant peu suspects de vouloir le pire.

L’article