DE | FR

La situation s'envenime entre l'UE et Pékin autour des Ouïghours

Bild

Les Européens et les Chinois se sanctionnent les uns les autres depuis lundi, autour de la persécution des musulmans Ouïghours dans la région du Xinjiang.



Les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont approuvé l'inscription de quatre dirigeants et d'une entité de la région chinoise du Xinjiang sur la liste des sanctions pour les violation des droits de l'homme créée en décembre 2020.

Les sanctions européennes consistent en une interdiction de se rendre dans l'UE et un gel des avoirs détenus dans l'Union européenne.

Le Royaume-Uni et le Canada ont adopté les mêmes mesures que l'UE. Les Etats-Unis ont sanctionné deux des quatre responsables chinois identifiés par les Européens.

L'ambassadeur chinois en Suisse est remonté contre le Conseil fédéral

Il reproche à Berne de s'immiscer dans des affaires internes à la Chine. «Malheureusement, dans ce document, la Suisse porte des accusations et des attaques infondées sur le système politique, la politique des minorités et la situation des droits humains en Chine», a déclaré lundi l'ambassadeur chinois Wang Shihting dans l'émission «Rendez-vous am Mittag» de la radio SRF.

Vendredi dernier, le Conseil fédéral a présenté sa stratégie Suisse-Chine 2021-2024, dans laquelle il constate notamment que les tendances autoritaires se sont accrues en Chine ces dernières années, tout comme la répression des dissidents et la persécution des minorités.

Riposte chinoise

Pékin a répliqué en sanctionnant dix personnalités européennes, dont plusieurs élus du Parlement européen, accusés «de porter gravement atteinte à la souveraineté et aux intérêts de la Chine et de propager des mensonges et de la désinformation».

Les Européens et leurs familles seront interdits de séjour en Chine, à Hong Kong et Macao.

Réactions en chaîne:

(ats/ade)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

Le président turc humilie la présidente européenne

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Les cas Covid explosent et des millions d'Indiens continuent la fête

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Après H&M, Nike dans le viseur de la Chine

Après H&M, Nike subit les foudres de la Chine après le boycott du coton du Xinjiang, sur fond d'allégations de «travail forcé» des Ouïghours.

La Chine, de plus en plus offensive face aux accusations de violation des droits de sa minorité ouïghoure, a pris des mesures de rétorsion contre le géant américain Nike un jour après celui du prêt-à-porter suédois H&M. Les deux entreprises avaient décidé, l'an dernier, d'arrêter d'utiliser du coton en provenance du Xinjiang, province peuplée d'Ouïghours. Des ambassadeurs de la marque Nike dans l'Empire du Milieu ont coupé leurs liens avec l'équipementier sportif américain jeudi.

Les produits …

Lire l’article
Link zum Artikel