DE | FR

La situation s'envenime entre l'UE et Pékin autour des Ouïghours

Les Européens et les Chinois se sanctionnent les uns les autres depuis lundi, autour de la persécution des musulmans Ouïghours dans la région du Xinjiang.
22.03.2021, 18:0523.03.2021, 15:14

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont approuvé l'inscription de quatre dirigeants et d'une entité de la région chinoise du Xinjiang sur la liste des sanctions pour les violation des droits de l'homme créée en décembre 2020.

Les sanctions européennes consistent en une interdiction de se rendre dans l'UE et un gel des avoirs détenus dans l'Union européenne.

Le Royaume-Uni et le Canada ont adopté les mêmes mesures que l'UE. Les Etats-Unis ont sanctionné deux des quatre responsables chinois identifiés par les Européens.

L'ambassadeur chinois en Suisse est remonté contre le Conseil fédéral
Il reproche à Berne de s'immiscer dans des affaires internes à la Chine. «Malheureusement, dans ce document, la Suisse porte des accusations et des attaques infondées sur le système politique, la politique des minorités et la situation des droits humains en Chine», a déclaré lundi l'ambassadeur chinois Wang Shihting dans l'émission «Rendez-vous am Mittag» de la radio SRF.

Vendredi dernier, le Conseil fédéral a présenté sa stratégie Suisse-Chine 2021-2024, dans laquelle il constate notamment que les tendances autoritaires se sont accrues en Chine ces dernières années, tout comme la répression des dissidents et la persécution des minorités.

Riposte chinoise

Pékin a répliqué en sanctionnant dix personnalités européennes, dont plusieurs élus du Parlement européen, accusés «de porter gravement atteinte à la souveraineté et aux intérêts de la Chine et de propager des mensonges et de la désinformation».

Les Européens et leurs familles seront interdits de séjour en Chine, à Hong Kong et Macao.

Réactions en chaîne:

  • «C'est terrible. Ca fait froid dans le dos de constater qu'un régime dictatorial peut s'en prendre ainsi à un parlement et à sa famille», a déclaré à l'AFP l'une des personnalités sanctionnées, le député belge Samuel Cogolati. «Ces intimidations, ces menaces, ne nous arrêteront pas, bien au contraire! Elles renforcent notre détermination à lutter pour la démocratie à Hong Kong, au Tibet ou au Xinjiang où on voit que les camps de concentration se développent pour enfermer les Ouïghours», a-t-il affirmé.
  • L'eurodéputé français Raphaël Glucksmann (Renew-libéral), qui s'est engagé dans la défense des Ouïghours, s'est pour sa part déclaré flatté par la décision des autorités chinoises. «J'apprends que je suis visé par les sanctions chinoises, banni du territoire chinois (ainsi que toute ma famille!) et interdit de tout contact avec les institutions officielles et entreprises chinoises pour ma défense du peuple Ouïghour: c'est ma légion d'honneur», a-t-il affirmé dans un message sur son compte twitter.
  • «L'escalade de la réponse de la Chine aux sanctions en matière de droits de l'homme imposées par l'UE est ridicule. La Chine parvient à monter les quatre principaux groupes politiques du Parlement européen contre elle en une seule action», a commenté un autre sanctionné, l'eurodéputé allemand Vert Reinhard Butikofer. «Pékin ne peut pas sérieusement croire qu'elle se fait une faveur. C'est comme le dit le proverbe chinois: la pierre qu'ils ont soulevée leur retombera sur les pieds», a-t-il averti.

(ats/ade)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Procès Depp-Heard: «Il ne m'a jamais frappé ou poussé dans un escalier»
Comme annoncé, le procès pour diffamation a recommencé par le témoignage de Kate Moss ce mercredi. Elle a démenti toutes les rumeurs de violences dont elle a fait l'objet à l'époque.

Nous vous le disions, Kate Moss était attendue, ce mercredi, pour un témoignage vidéo lors du procès pour diffamation qui oppose Johnny Depp et son ex-femme, Amber Heard. C'est chose faite.

L’article