larges éclaircies
DE | FR
International
Chine

Zéro-Covid en Chine: les manifestants font plier le pouvoir

epa10334251 Police check mourners during a vigil for the victims of China
La police contrôle des personnes en deuil lors d'une veillée pour les victimes de la politique chinoise du zéro Covid.Image: sda

Pékin cède face aux manifestants en colère (mais ne l'admettra jamais)

En Chine, une «nouvelle étape» de la pandémie a commencé. Les premières villes lèvent les mesures strictes prises contre le Covid. Tout doit désormais aller très vite. Une réaction directe aux protestations, même si le gouvernement ne l'admettra jamais.
02.12.2022, 06:0802.12.2022, 06:44
Fabian Kretschmer, Pékin / ch media
Plus de «International»

«Notre lutte contre la pandémie se trouve dans une nouvelle phase et implique de nouvelles mesures», c'est ainsi que Sun Chunlan, vice-premier ministre de Chine, a conclu sa déclaration mercredi. Elle, qui est à l'origine des nombreux confinements dans le pays, a justifié sa décision par le fait que «la variante Omicron est devenue moins pathogène, davantage de personnes sont vaccinées et nous avons plus d'expérience dans la gestion de la prévention du virus». Un changement de cap pour le moins inattendu.

Et en effet, il ne s'agit pas seulement de rhétorique politique. Les mesures n'ont pas tardé à suivre. Guangzhou et Chongqing, deux métropoles de plus d'un million d'habitants, ont officiellement adapté leur politique Covid. De nombreux confinements ont été levés, les tests à l'échelle de la ville ont été suspendus, les écoles ont rouvert – et ce malgré un nombre d'infections toujours élevé pour la Chine.

Les mesures revues à la baisse dans la capitale

Même à Pékin, où les mesures sont toujours suivies de manière particulièrement méticuleuse, des assouplissements se font jour. Dans le district de Chaoyang, il y a désormais des quartiers résidentiels avec des cas avérés de Covid qui ne sont plus complètement fermés comme c'était le cas il y a peu. Et de plus en plus de magasins ont également ouvert à nouveau leurs portes. Ce sont de petits pas, mais ils semblent irrévocables et marquent le début d'une nouvelle ère.

Dans les médias aussi, le discours a changé en quelques heures seulement. Jeudi, autant dans les médias que sur les réseaux sociaux, tous ont affirmé que la variante Omicron ne représentait pas une menace sérieuse pour la majorité des personnes vaccinées. «Vivre avec le virus»? Une première pour la Chine, qui a toujours fait le maximum pour éviter une telle situation.

Le nombre d'infections au Covid-19 recensées a récemment diminué pour s'élever à près de 36 000 cas dans l'ensemble du pays.

Focus sur la campagne de vaccination

Parallèlement, et pour la première fois depuis longtemps, l'accent est à nouveau mis sur la campagne nationale de vaccination. Cette dernière avait été quasiment stoppée dans le sillage des tests de masse et des mesures de quarantaine. C'est surtout dans la population âgée que l'on veut faire avancer l'immunisation, car seuls 40% des personnes de plus de 80 ans ont jusqu'à présent reçu une dose de rappel.

Reste à savoir si cette proportion pourra être sensiblement augmentée car. En Chine, le scepticisme vis-à-vis de la vaccination est très répandu chez les plus âgés.

Pékin a cédé, mais ne le dira jamais

Et même si le gouvernement ne l'admettra jamais, il s'agit sans aucun doute d'une réaction directe aux récentes protestations. Elle vise à apaiser la colère du public contre le lockdown.

En revanche, les revendications politiques de certains manifestants continuent d'être réprimées par une intimidation résolue: de plus en plus de participants aux manifestations signalent qu'ils ont reçu des appels de la sécurité publique.

Covid en Chine: scènes de panique dans un Ikea après un cas contact
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Après 50 ans de crimes impunis, un gang de retraités a été arrêté à Rome
Un gang de trois malfrats retraités a été arrêté à Rome pour avoir volé plusieurs établissements au cours des dernières décennies. Malgré leurs méfaits, les trois voleurs ont gagné la sympathie de la population et des forces de l'ordre.

Italo D., 71 ans, surnommé «il tedesco» (l'Allemand) a des problèmes de prostate depuis plusieurs années et souffre de diabète lié à l'âge. Des problèmes de santé qui ne l'ont pas empêché de continuer à exercer son activité professionnelle: c'est un voleur. En effet, même à la retraite, il a continué à commettre des vols, avec une préférence pour les bureaux de poste.

L’article