DE | FR
Image: Shutterstock

Greenpeace et Extinction Rebellion dénoncent un accord anti-écolo

450 ONG appellent les gouvernements européens à abandonner l'accord entre l'UE et le Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay, Paraguay) qui détruisent la planète.
16.03.2021, 07:58

L'accord en question vise à créer un marché de quelques millions de consommateurs entre les 27 pays de l'UE et les quatre pays du Mercosur. Mais pour ces nombreuses associations, ce pacte ne ferait qu'«aggraver la destruction et l'effondrement de la biodiversité en Amazonie, au Cerrado et au Gran Chaco», en Amérique du sud.

Les inquiétudes des ONG sur cet accord:

  • La destruction des moyens de subsistance de très nombreux paysans et petites exploitations familiales en Europe et en Amérique du Sud.
  • L'aggravation de la dépendance des économies sud-américaines aux exportations à bas prix de matières premières.
  • L'expansion de l'élevage intensif et des monocultures dépendantes de pesticides et de produits chimiques.

Le processus pour finaliser cet accord s'est ralenti depuis la multiplication des incendies dans l'Amazonie. La France et l'Allemagne déplorent le manque d'engagement du Brésil à défendre l'environnement.

Pour débloquer la situation, l'UE a proposé des engagements en matière de développement durable, notamment la réduction de la déforestation de l'Amazonie. Mais Paris exige «des garanties tangibles» des quatre pays concernés «sur l'environnement et les normes sanitaires», et non une simple déclaration. (ats/jch)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Cette photo de moi a été utilisée pour répandre des mensonges sur la guerre»
La photo de Marianna Vyshemirsky, enceinte et fuyant une maternité bombardée, est devenue l'une des images les plus connues de la guerre. Mais Marianna n'a pas seulement reçu des encouragements, elle a également été la cible de message de haine – et ce, des deux camps

La photo a été prise après une attaque aérienne russe à Marioupol. Elle a circulé en ligne, mais a aussi fait la une des journaux et a été le centre des discussions au Conseil de sécurité de l'ONU. Néanmoins, après avoir survécu à cette attaque, Marianna a dû faire face à un autre genre d'attaque. Celle de la désinformation et de la haine, dirigée contre elle et sa famille.

L’article