DE | FR

Sauver la planète grâce à la tech? «Une chimère» dit une climatologue

Penser pouvoir réduire les émissions de CO2 grâce à des solutions techniques c'est se faire des illusions, estime une climatologue de l'EPFZ.



«Quiconque pense que nous pouvons continuer à réduire les émissions de CO2 lentement et espérer ensuite une aide technique fait fausse route», a déclaré la climatologue de l'EPFZ Sonia Seneviratne dans un entretien diffusé mardi par le Tages-Anzeiger.

A lire aussi: «Il faut arrêter de considérer l'atmosphère comme une décharge»

Les nouvelles données sur le sujet sont claires, ajoute la professeur de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), auteure de plusieurs rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

Accélération des changements climatiques

Penser pouvoir réduire les émissions de CO2 grâce à la technologie est une chimère, avertit la climatologue de l'EPFZ Sonia Seneviratne. Le 6e rapport du GIEC, présenté lundi, montre que le changement climatique s'est accéléré ces dernières années.

Les quantités de CO2 pouvant actuellement être extraites de l'atmosphère grâce à la reforestation ou à des méthodes techniques sont trop limitées pour faire la différence, explique-t-elle.

«Nous devons simplement réduire aussi rapidement et autant que possible les émissions afin de dépendre le moins possible de ces solutions techniques»

Les émissions devraient déjà chuter durant les deux prochaines années, selon elle.

Nécessité d'agir vite

Des changements dans les extrêmes climatiques sont désormais observés dans toutes les régions du monde, note la professeure. Pour atteindre l'objectif du scénario le plus optimiste, limitant à 1.6 degré Celsius le réchauffement climatique, il faut agir vite, ajoute-t-elle.

«Les émissions de CO2 doivent diminuer de 50% d'ici à 2030, puis être à zéro le plus rapidement possible, de préférence avant 2050».

Si les émissions se poursuivent au rythme actuel, le réchauffement pourrait atteindre 1.5 degré avant même le prochain rapport du GIEC, prévient l'experte. «La question de savoir si les émissions de CO2 peuvent être réduites drastiquement est une question de société». Mais, poursuit-elle, l'urgence climatique en politique n'est pas la même partout, pas même en Suisse. (sda/ats)

Grève internationale du climat à Neuchâtel

1 / 5
Grève internationale du climat à Neuchâtel
source: grève du climat neuchâtel / grã¨ve du climat neuchã¢tel
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Protéger la planète, ça rapporte.

Plus d'articles sur le climat

Manifester? «C'est notre seul moyen d'être pris au sérieux»

Link zum Artikel

15 militants d'Extinction Rebellion devant les juges à Neuchâtel

Link zum Artikel

Des scientifiques suisses prônent la désobéissance civile

Link zum Artikel

Il y a 40% de chance qu'il fasse plus chaud d'1,5°C dans 5 ans

Link zum Artikel

L'huile de cuisson, carburant des avions de demain

Air France-KLM a réalisé un premier vol long-courrier avec du carburant fabriqué par Total à partir d'huile de cuisson usagée.

L’aviation du futur sera-t-elle moins polluante? Ce mardi 18 mai à 15h40, pour la première fois, Air France a fait décoller de l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle son premier vol long-courrier réalisé avec un carburant à base d’huiles de cuisson usagées.

Une première en trois points: c’est le premier vol long-courrier durable pour Air France, c’est le premier alimenté par du biocarburant produit en France et c’est le premier au départ de Roissy-Charles de Gaulle.

Jean-Baptiste Djebbari, le …

Lire l’article
Link zum Artikel