DE | FR

Sauver la planète grâce à la tech? «Une chimère» dit une climatologue

Penser pouvoir réduire les émissions de CO2 grâce à des solutions techniques c'est se faire des illusions, estime une climatologue de l'EPFZ.
10.08.2021, 07:3810.08.2021, 15:12

«Quiconque pense que nous pouvons continuer à réduire les émissions de CO2 lentement et espérer ensuite une aide technique fait fausse route», a déclaré la climatologue de l'EPFZ Sonia Seneviratne dans un entretien diffusé mardi par le Tages-Anzeiger.

A lire aussi: «Il faut arrêter de considérer l'atmosphère comme une décharge»

Les nouvelles données sur le sujet sont claires, ajoute la professeur de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), auteure de plusieurs rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

Accélération des changements climatiques

Penser pouvoir réduire les émissions de CO2 grâce à la technologie est une chimère, avertit la climatologue de l'EPFZ Sonia Seneviratne. Le 6e rapport du GIEC, présenté lundi, montre que le changement climatique s'est accéléré ces dernières années.

Les quantités de CO2 pouvant actuellement être extraites de l'atmosphère grâce à la reforestation ou à des méthodes techniques sont trop limitées pour faire la différence, explique-t-elle.

«Nous devons simplement réduire aussi rapidement et autant que possible les émissions afin de dépendre le moins possible de ces solutions techniques»

Les émissions devraient déjà chuter durant les deux prochaines années, selon elle.

Nécessité d'agir vite

Des changements dans les extrêmes climatiques sont désormais observés dans toutes les régions du monde, note la professeure. Pour atteindre l'objectif du scénario le plus optimiste, limitant à 1.6 degré Celsius le réchauffement climatique, il faut agir vite, ajoute-t-elle.

«Les émissions de CO2 doivent diminuer de 50% d'ici à 2030, puis être à zéro le plus rapidement possible, de préférence avant 2050».

Si les émissions se poursuivent au rythme actuel, le réchauffement pourrait atteindre 1.5 degré avant même le prochain rapport du GIEC, prévient l'experte. «La question de savoir si les émissions de CO2 peuvent être réduites drastiquement est une question de société». Mais, poursuit-elle, l'urgence climatique en politique n'est pas la même partout, pas même en Suisse. (sda/ats)

Grève internationale du climat à Neuchâtel

1 / 5
Grève internationale du climat à Neuchâtel
source: grève du climat neuchâtel / grã¨ve du climat neuchã¢tel
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Protéger la planète, ça rapporte.

Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Tremble Poutine! Wali le sniper-star est de retour avec ses flingues
On l'appelle le «sniper aux 40 morts par jour». Après avoir passé quelques mois en Ukraine, risqué la mort (et même été déclaré mort par le Kremlin), le Canadien est de retour au front. Dans quel but?

C'est le guerrier solitaire le plus connu au monde depuis le début de l'agression de Poutine. Wali, à la fois tireur d'élite professionnel et people des tranchées, avait fait beaucoup parler de lui au moment de rejoindre pour la première fois l'Ukraine pour filer un coup de main à l'armée de Zelensky. Aujourd'hui, le Canadien qui se fait appeler le «sniper aux 40 morts par jour» est de retour sur le champ de bataille, après une petite pause méritée, en famille, de l'autre côté de l'Atlantique.

L’article