stratus fréquent-1°
DE | FR
International
COP26

Climat: Le lancement de la COP26 résumé en 11 punchlines

Le lancement de la COP26 résumé en 11 punchlines

Les dirigeants se sont exprimés sur le réchauffement climatique à l'aube de la COP 26
Les dirigeants se sont exprimés sur le réchauffement climatique à l'aube de la COP 26shutterstock
La COP26 qui réunit plus de 120 chefs d'Etat pour lutter contre le réchauffement climatique a débuté ce lundi 1er novembre. On vous propose une fine sélection des citations les plus... dramatiques.
01.11.2021, 09:3401.11.2021, 12:07

Les puissants de ce monde ne partent pas gonflés à bloc pour affronter ces deux semaines de discussions capitales, c'est peu dire. Certains d'entre eux sortent tout juste d'une réunion du G20 à Rome... et elle a laissé comme un petit goût de déception.

«Nous avons fait des progrès au G20 (...), mais ce n'est pas assez»
Boris Johnson, Premier ministre britannique

Le secrétaire général de l'ONU était aussi mi-figue mi-raisin:

«Je salue l'engagement renouvelé du G20 en faveur de solutions au niveau mondial, mais je quitte Rome avec des espoirs déçus – même s'ils ne sont pas enterrés»
Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU

Certains préfèrent voir le verre à moitié vide:

«Tout ce que nous avons vu (au G20), c'était des demi-mesures plus que des actions concrètes»
Friederike Röder, vice-présidente de Global Citizen

Quand d'autres le voient à moitié plein:

«Il y a eu des résultats tangibles, mais je suis déçu que la Chine et la Russie ne se soient pas montrées au sommet»
Joe Biden, président des Etats-Unis

Il y a toujours ces éternels optimistes:

«La réunion du G20 constitue un bon signal avant Glasgow»
Angela Merkel, chancelière allemande

Et des pessimistes qui envisagent que le spectacle sera raté:

«Si le G20 était une répétition générale pour la COP26, alors les leaders mondiaux ont raté leur réplique»
Jennifer Morgan, directrice exécutive de Greenpeace International

Certains veulent agir aussi vite que possible, mais aussi prudemment que nécessaire:

«Nous devons avoir en tête que ce n'est que le début. (...) Nous allons pas à pas»
Mario Draghi, Premier ministre italien

Et histoire de rajouter un petit coup de pression à nos politiques...

«Les leaders mondiaux peuvent faire le succès ou enterrer l'espoir de garder l'objectif de à +1.5°C à portée. Glasgow sera le dernier et le meilleur espoir»
Alok Sharma, président de la COP26

Après, il serait bon qu'ils se mettent d'accord sur qui doit agir...

«La menace du climat demande des actions mondiales plus ambitieuses (...). Tout le monde doit faire plus»
Kristalina Georgieva, patronne du FMI

De toute façon, y'a pas le choix!

«L'humanité est face à des choix difficiles, mais clairs»
Patricia Espinosa, responsable climat de l'ONU

Et vous êtes prévenu...

«Si Glasgow échoue, tout échoue»
Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU

Et pour ceux qui n'avaient rien suivi, voici le menu de la COP26

Federer a son propre tram à Bâle

1 / 11
Federer a son propre tram à Bâle
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

C'est quoi la COP26?

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les Suédois ont vexé Erdogan
En publiant des caricatures du président turc Erdogan, certains médias veulent défendre la liberté d'expression. En réaction, la Turquie bloque l'accès des Suédois à l'Otan.

C'est le journal finlandais Iltalehti qui a commencé par publier une caricature de Recep Tayyip Erdogan. Le président turc y apparaît nu et hurle avec rage «130, 200 terroristes». Pour finir, il se transforme en chien et jappe «500 terroristes».

L’article