DE | FR

La Corée du Nord tire encore, deux missiles tombent en mer du Japon

Les infos diffusées sur le marché de l'électronique de Yongsan à Séoul mercredi.
Les infos diffusées sur le marché de l'électronique de Yongsan à Séoul mercredi.Image: sda
La Corée du Nord a lancé jeudi matin deux missiles dans la mer du Japon. Selon Tokyo, il s'agissait de missiles balistiques, dont le tir constitue une violation de résolutions de l'ONU.
25.03.2021, 02:3625.03.2021, 07:11

Une deuxième provocation du pays ermite, en moins d'une semaine: La Corée du Nord a lancé jeudi matin deux matins dans la mer du Japon. Dimanche, le pays lançait deux missiles peu après une visite à Séoul du secrétaire d'Etat américain Antony Blinken et du secrétaire à la défense Lloyd Austin. Il s'agissait du premier lancement de missiles nord-coréens depuis l'arrivée à la Maison-Blanche du président Joe Biden.

Le tir de jeudi a d'abord été annoncé à Séoul, où l'état-major interarmes sud-coréen a déclaré que deux «projectiles non identifiés» avaient été lancés dans la mer du Japon. L'état-major a indiqué que le tir avait eu lieu depuis la province de Hamgyong du Sud, située dans le centre-est de la Corée du Nord. Les missiles ont parcouru une trajectoire de 450 kilomètres et ont atteint une attitude maximale de 60 kilomètres. L'état-major sud-coréen n'a pas spécifié de quel type d'engin il s'agissait. La Maison Bleue, le palais présidentiel sud-coréen, a annoncé une réunion imminente du conseil de sécurité nationale.

«Missiles balistiques»

Au Japon, autre allié régional des Etats-Unis, le premier ministre Yoshihide Suga a été catégorique: «La Corée du Nord a lancé deux missiles balistiques». Le dernier tir de missile balistique de la Corée du Nord remontait à il y a près d'un an, le 29 mars 2020, a-t-il ajouté.

«Cela menace la paix et la sécurité de notre pays et de la région. C'est aussi une violation de la résolution de l'ONU», a déclaré le chef du gouvernement japonais. Plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies interdisent à Pyongyang la poursuite de ses programmes nucléaire et de missiles balistiques.

Mais la Corée du Nord, bien que frappée par de multiples sanctions internationales, a rapidement développé ces dernières années ses capacités militaires sous la direction de son dirigeant Kim Jong-un. Elle a procédé à plusieurs essais nucléaires et testé avec succès des missiles balistiques capables d'atteindre les Etats-Unis.

Les résolutions de l'ONU interdisent à la Corée du Nord de développer des missiles balistiques. Mais Pyongyang a, néanmoins, rapidement développé ses capacités dans ce domaine sous la direction de son dirigeant Kim Jong-un. L'arsenal de la dictature comprend désormais des missiles capables d'atteindre l'ensemble du territoire continental des Etats-Unis.

«Le lancement de jeudi signale le début d'une pression de Pyongyang sur Washington pour des discussions sur le nucléaire»
Yoo Ho-yeol, professeur émérite d'études nord-coréennes à l'université de Corée

Des responsables américains ont déclaré que le gouvernement Biden avait tenté depuis son arrivée d'entrer en contact avec Pyongyang par plusieurs canaux, mais qu'il n'avait pas obtenu de réponse. (ats)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Juan Carlos Iᵉʳ au pays, une visite qui fait grincer des dents
En exil depuis 2020 après des accusations de malversations, l'ex-roi est arrivé jeudi en Espagne. Un retour de quelques jours qui suscite beaucoup de critiques.

L'avion de l'ex-monarque Juan Carlos Ier, un jet privé parti d'Abou Dhabi, a atterri peu après 19h à Vigo, en Galice, dans le nord-ouest de l'Espagne. Il a été accueilli à son arrivée par sa fille aînée, l'infante Elena. Il s'est ensuite rendu à Sanxenxo, où il assistera ce week-end à une régate à laquelle participera le «Bribon», voilier avec lequel il a été champion du monde en 2017. Il fera ensuite le déplacement lundi à Madrid pour voir notamment son fils, le roi Felipe VI, et son épouse Letizia, avant de repartir le jour même à Abou Dhabi. L'ancien roi compte désormais «revenir régulièrement en Espagne pour voir sa famille et ses amis».

L’article