International
Corée du Nord

Le premier ministre japonais veut rencontrer Kim Jong-un

Une rencontre entre Kim Jong-un et Fumio Kishida est jugée peu probable.
Une rencontre entre Kim Jong-un et Fumio Kishida est jugée peu probable.Keystone

Le premier ministre japonais veut rencontrer Kim Jong-un, selon sa soeur

Le premier ministre japonais Fumio Kishida a demandé la tenue d'un sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a affirmé lundi l'influente soeur de ce dernier. Elle a cependant jugé cette rencontre peu probable sans un changement de politique du côté de Tokyo.
25.03.2024, 07:13
Plus de «International»

«M. Kishida a récemment fait part de son souhait de rencontrer le président de la commission des affaires d'Etat de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) le plus tôt possible», a déclaré Kim Yo-jong dans un communiqué publié par l'agence de presse officielle KCNA.

Le premier ministre nippon, qui a précisé qu'il n'était pas au courant de ce communiqué, a déclaré devant le Parlement qu'il est «important d'avoir des discussions au sommet avec Pyongyang pour résoudre des contentieux».

Les relations entre les deux pays sont tendues en raison de plusieurs problèmes, de l'occupation japonaise de la péninsule de Corée entre 1910 et 1945 au lancement par Pyongyang de missiles au-dessus du territoire nippon, en passant par l'affaire des enlèvements.

13 otages japonais

Pyongyang a admis en 2002 l'enlèvement de 13 Japonais dans les années 1970 et 1980 pour former ses espions à la langue et la culture japonaises. Un mois après ces aveux, cinq ont été autorisés à rentrer au Japon.

Malgré ce conflit historique, M. Kishida a affirmé vouloir changer la relation entre Tokyo et le pays reclus et exprimé l'an dernier son voeu de rencontrer Kim Jong-un «sans conditions», assurant lors d'un discours à l'ONU que le Japon était déterminé à résoudre tous les différends, dont celui des enlèvements.

En février, Kim Yo-jong, qui est une des personnalités du régime qui s'exprime le plus, a laissé entendre qu'il était possible que le premier ministre japonais soit invité à visiter la Corée du Nord.

C'est «la décision politique du Japon qui importe le plus pour ouvrir une nouvelle ère dans les relations entre la Corée du Nord et le Japon», a-t-elle cependant prévenu lundi, appelant Tokyo à ne pas «interférer avec l'exercice de nos droits souverains».

Les enlèvements restent une blessure profonde au Japon et des questions persistent: Tokyo compte au moins 17 kidnappés et soupçonne des dizaines d'autres disparitions d'être le fait des services nord-coréens. Des analystes estiment que ce sujet pourrait entraver les progrès vers un sommet Kim-Kishida. (ats)

Ce clip de propagande nord-coréen vaut tous les nanars du monde.
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le Hezbollah veut venger la mort de l'un de ses chefs
Alors que les espoirs de trêve s'amenuisent dans la bande de Gaza, la situation s'aggrave à la frontière avec le Liban. Comment Israël réagit-il aux tirs de roquettes du Hezbollah?

Pour la première fois depuis le 7 octobre, le Hezbollah a tiré des roquettes sur la ville de Tibériade, au nord d'Israël. De là, il y a environ 50 kilomètres jusqu'à la frontière entre le Liban et Israël. Il est rare que des projectiles du Hezbollah pénètrent aussi profondément en territoire israélien. Mais il y a quelques jours seulement, un drone de la milice chiite a presque atteint la ville voisine de Nazareth. L'attaque la plus profonde en Israël jusqu'à présent. La milice étend ses attaques – et pas seulement d'un point de vue géographique.

L’article