DE | FR
keystone

Les gens qui se remettent du Covid sont-ils immunisés à vie?

Jusqu'à présent, on ignorait combien de temps le corps continuait à produire des anticorps, après qu'une personne a été infectée par le Covid. De nouvelles études suggèrent que les gens infectés pourraient être protégés toute leur vie.

Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
03.06.2021, 12:0003.06.2021, 14:10
christiane braunsdorf / t-online

En cas d'infection par le coronavirus, le système immunitaire humain forme des anticorps afin d'empêcher les virus de pénétrer dans les cellules et donc d'empêcher une nouvelle infection. Pendant longtemps, on a craint que cette protection immunitaire ne s'affaiblisse à nouveau rapidement. En effet, les observations ont montré que le nombre d'anticorps chutait fortement dans les premiers mois suivant l'infection.

La concentration d'anticorps diminue

Une étude, publiée dans la revue Nature, donne de l'espoir. Des chercheurs de la faculté de médecine de l'université Washington, à Saint-Louis, ont examiné 77 personnes qui avaient été infectées par le coronavirus il y a environ un an et qui n'ont présenté qu'une évolution légère de la maladie.

On leur a prélevé du sang, un mois seulement après l'infection, puis trois autres fois, à un intervalle de trois mois. Les résultats ont montré que les taux d'anticorps chutaient comme prévu au cours des quatre premiers mois suivant l'infection. Toutefois, ce processus s'est ralenti au cours des mois suivants.

L'un des auteurs de l'étude, le professeur de pathologie, d'immunologie et de microbiologie moléculaire Ali Ellebedy, a déclaré:

«Les données ont été mal interprétées. Il est normal que les taux d'anticorps diminuent après une infection aiguë, mais ils ne tombent pas à zéro, ils restent à un plateau»

Recherche dans la moelle osseuse

En outre, les chercheurs ont comparé des échantillons de moelle osseuse des participants à l'étude avec des échantillons de personnes n'ayant jamais eu d'infection par le Covid.

Chez 18 sujets, la moelle osseuse a été examinée sept à huit mois après l'infection, et cinq ont donné un autre échantillon près d'un an plus tard. Dans quinze échantillons analysés, les scientifiques ont trouvé des plasmocytes spécifiques de l'antigène qui peuvent produire des anticorps contre le Covid en cas de besoin.

«Ils sont dans un état dormant», explique Ellebedy. «Ils le sont depuis que l'infection a disparu et ils continuent à le faire indéfiniment.» Il est donc moins probable que ces personnes soient réinfectées par le coronavirus, du moins si elles ont eu une évolution bénigne de la maladie, ce qui est le seul cas étudié ici.

Ali Ellebedy est certain que ces cellules immunitaires vont vivre:

«Et produire des anticorps pour le reste de la vie de ces personnes. C'est une preuve solide d'une immunité durable»

La recherche sera étendue

Les résultats des recherches pourraient éventuellement être appliqués aux personnes présentant une évolution asymptomatique de la maladie. Les patients qui souffraient de symptômes graves de la maladie pourraient – selon les auteurs de l'étude – avoir une protection à long terme moindre.

L'inflammation qui fait rage dans l'organisme joue un rôle particulièrement important dans la maladie grave de Covid.

«Trop d'inflammation dans le corps peut entraîner des réponses immunitaires défectueuses»
Jackson Turner, pathologiste et immunologiste

L'étude va maintenant être répétée chez les personnes atteintes d'une maladie modérée ou grave. Et la question de savoir si les personnes vaccinées développent une protection similaire doit également être clarifiée.

L'effet infection et vaccin améliore la réponse

L'immunité à long terme est encore meilleure chez les personnes qui ont été vaccinées en plus d'avoir survécu à une infection. À l'université Rockefeller de New York, une équipe dirigée par l'immunologiste Michel Nussenzweig a examiné les cellules dites «à mémoire B». Elles sont formées par l'organisme en réponse à une infection et sont renforcées par une vaccination.

Le sang de personnes ayant déjà reçu leur première vaccination par ARNm a été analysé. On a découvert que les anticorps neutralisants (qui empêchent l'infection) restaient au même niveau jusqu'à douze mois.

Bonne protection contre les variants

De plus, les cellules B à mémoire semblent avoir changé. Et les anticorps qu'elles produisent aussi. Ils ont été capables de neutraliser correctement de nombreuses variantes du virus. Les participants à l'étude qui n'avaient pas encore été vaccinés avaient beaucoup moins d'anticorps. D'autre part, ils étaient également beaucoup moins bien protégés contre les mutants. Michel Nussenzweig explique dans le New York Times:

«Les personnes qui ont été infectées et vaccinées disposent d'un grand nombre d'anticorps parce qu'elles continuent à développer leurs anticorps. Je m'attends à ce qu'ils soient maintenus pendant une longue période.»

La combinaison semble entraîner une bonne réponse immunitaire au virus, ce qui explique que ces personnes n'auront probablement plus besoin de rappels.

Adapté de l'allemand par jah, la version originale ici.

Manif à Genève contre la loi Covid

1 / 7
Manif à Genève contre la Loi Covid
source: watson
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Trump est resté silencieux pendant les six heures de son audition
L'ex-président américain devait être entendu dans le cadre d'une enquête au civil sur des soupçons de fraudes financières au sein de son groupe familial.

Donald Trump est reparti mercredi sans dire un mot après six heures d'audition chez la procureure générale de l'Etat de New York.

L’article