DE | FR

L'Europe accusée de lenteur sur les vaccins se prépare à un week-end sous pression

A medical worker prepares to tend to a patient affected with the COVID-19 in the Amiens Picardie hospital Tuesday, March 30, 2021 in Amiens, 160 km (100 miles) north of Paris. France is now facing a deadly new surge of the virus that is overwhelming many hospitals, as critics accuse the government of ignoring warning signs and favoring political concerns over public health. (AP Photo/Francois Mori)

En France, la situation reste compliquée sur le front du Covid. Image: sda

L'Organisation mondiale de la Santé a critiqué l'Europe pour sa lenteur dans la vaccination, alors que la région est face a une hausse des cas.



L'Europe, confrontée à un regain de la pandémie de coronavirus, entame un week-end pascal sous pression. Le continent connait une vaccination toujours à la traîne par rapport aux Etats-Unis, qui approcheront bientôt la barre des 100 millions d'Américains ayant reçu une dose.

Jeudi, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait pourfendu la lenteur de la vaccination en Europe, un retard qu'elle a qualifié d'«inacceptable».

«La situation régionale est la plus inquiétante que nous ayons observée depuis plusieurs mois»

Hans Kluge, le directeur pour l'Europe de l'Organisation mondiale de la santé

Dans cette zone, qui inclut une cinquantaine de pays, dont la Russie et des Etats d'Asie centrale, le nombre des nouveaux décès causés par le Covid-19 a dépassé les 24 000, la semaine passée, et se rapproche «rapidement» du million, selon l'OMS.

Le résumé, pays par pays

Les Etats-Unis progressent à grands pas

En moyenne, d'après la base de données de l'AFP, 0.31% de la population de la zone Europe/Russie et pays d'Asie centrale reçoit une dose chaque jour. Si ce rythme est près de deux fois plus élevé que celui du reste du monde (0.18%), il est nettement moins élevé que celui de la zone Etats-Unis/Canada (0.82%), championne dans ce domaine.

Confirmant la spectaculaire montée en puissance de la campagne de vaccination américaine, le président Joe Biden a en effet promis que 90% des adultes seraient éligibles au vaccin d'ici le 19 avril et a annoncé l'objectif de 200 millions d'injections au centième jour de son entrée en fonction. L'objectif du président démocrate est que les Américains puissent se rassembler «en petits groupes» pour célébrer la fête nationale du 4 juillet.

Au Japon la situation se tend

Au Japon, où le gouvernement devrait annoncer, jeudi, de nouvelles restrictions régionales, notamment à Osaka, où les autorités ont demandé à ce que la flamme olympique évite cette métropole pour limiter les contaminations. En effet, les Jeux Olympiques de Tokyo, retardés d'un an, en raison de la pandémie, doivent se dérouler du 23 juillet au 8 août prochains.

Pour suivre toutes les infos sur le Covid en Suisse et dans le monde:

Marre du Covid? Détendez-vous avec ces images de surf en Valais

1 / 8
Surf en Valais
source: keystone / jean-christophe bott
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Comment le vaccin Astrazeneca divise l'Europe

Soupçonné de provoquer des caillots sanguins, le vaccin Astrazeneca est boudé par toujours plus de pays en Europe. Cap sur les camps en présence.

Plusieurs pays scandinaves ont décidé jeudi à l'unisson de suspendre l'utilisation du vaccin Astrazeneca. Vendredi, la Bulgarie leur a emboîté le pas. Puis l'Irlande dimanche.

Et pourtant, d'autres pays d'Europe ont décidé de maintenir son utilisation coûte que coûte. Mais pourquoi donc ce vaccin divise autant en Europe? Qui est pour, qui est contre? Tour d'horizon.

Le Danemark est le premier pays à avoir ouvert le bal. Il a été suivi par ses voisins l'Islande et la Norvège. Puis, par la …

Lire l’article
Link zum Artikel