DE | FR

«Oui, je veux le Covid!»: un site web met en vente le virus

Un site néerlandais propose des paquets de virus. Le but? S'infecter et avoir le statut de «guéri» dans son certificat Covid.
19.11.2021, 19:17
Lars Wienand / t-online
Un article de
t-online
«Se faire infecter une fois pour 33,50 euros. En cas d'échec, essayer une nouvelle fois à un prix plus avantageux»

Voici l'option qui était proposée par un site web néerlandais. A l'aide du slogan «oui, je veux le Covid», l'hébergeur mettait en vente plusieurs kits pour attraper le virus. Assurant notamment que ce dernier n'avait «pas plus de trois mois» et qu'il contenant donc les toutes dernières mutations et variantes 👇.

«Oui, je veux le Corona» : un site néerlandais proposait soi-disant une livraison de virus à s'enfiler soi-même.
«Oui, je veux le Corona» : un site néerlandais proposait soi-disant une livraison de virus à s'enfiler soi-même.bild: screenshot

Une preuve pour un test Covid positif

Alertée par l'affaire, l'autorité néerlandaise de contrôle sanitaire IGJ a lancé un avertissement au public: «ne vous infectez pas délibérément!» La directrice de l'IGJ, Marina Eckenhausen, a déclaré:

«Alors que tout le monde dans le secteur de la santé travaille dur pour aider à la fois les patients atteints du Covid et tous les autres malades, savoir que certaines organisations cherchent à activement propager le virus est effrayant et révoltant».

L'autorité a indiqué que des analyses plus poussées concernant ce site web étaient en cours. Elle n'a pas précisé ce qu'il en adviendrait.

>>> Les dernières informations Covid en Suisse et dans le monde

Les autorités sanitaires néerlandaises ayant été informées, l'hébergeur a fermé le site ce jeudi midi. Il n'a répondu à aucune question.

Scandale dans le pays

On ne sait pas si le site Internet, désormais inaccessible, proposait une offre sérieuse ou n'était qu'une blague. Reste qu'il était tout à fait possible de payer pour passer une commande. Plus encore, l'initiative était adressée à «tous ceux qui cherchent une solution sûre pour être infectés par le coronavirus». Le but étant plus précisément d'obtenir une preuve officielle de guérison après un test positif. Après commande, le site insistait sur la nécessitait de rester à la maison «en cas de symptômes».

Ce n'est pas le seul pays où ce genre d'initiative a vu le jour. Aux Pays-Bas, des rapports ont fait état, ces derniers jours, de prétendues soirées de baisers au cours desquelles des jeunes pouvaient réciproquement s'infecter. Un coup bas, pour la célèbre virologue néerlandaise Marion Koopmans, directrice du Centre des maladies virales émergente de l'OMS qui s'est exprimée sur son compte Twitter 👇.

Aux Pays-Bas, l'incidence, sur sept jours, est supérieure à 700. Mercredi, 23 680 nouvelles infections et 34 décès ont été signalés dans ce pays de 17,4 millions d'habitants.

Le site web n'avait été enregistré que quelques jours auparavant. Le fournisseur, chez qui le site est techniquement hébergé, a répondu aux questions en déclarant être au courant de l'offre et attendre les indications correspondantes de l'autorité de surveillance.

La même idée en Autriche...

En Allemagne, l'offre a d'abord été remarquée par le groupe de recherche @__investigate__. Leur commentaire:

«Darwin Award next level»

Petite référence aux Darwin Awards, des récompenses sont décernées à des personnes étant mortes ou ayant été atteintes dans leur santé par leur comportement particulièrement stupide.

Il y a quelques semaines, un Autrichien, Alexander Ehrlich, avait lui aussi voulu lancer une action intitulée «Steckt uns an» (contaminez-nous).

Interrogé par t-online, il a expliqué qu'il avait en tête des conditions contrôlées et strictes d'infection dans le cadre d'un «programme d'infection scientifiquement encadré et organisé par l'Etat pour lutter contre les épidémies par immunisation naturelle». L'idée n'avait pas trouvé d'écho favorable, même dans les cercles de réflexion dits «transversaux».

Adapté de l'allemand par jah et mndl

Attraper le Covid en étant vacciné? C'est normal et ça s'explique

Plus d'articles sur la loi Covid

Les socialistes au front pour la loi Covid: «Une question de bon sens»

Link zum Artikel

La loi Covid bientôt de retour dans les urnes: mais de quoi on parle?

Link zum Artikel

Les opposants à la loi Covid-19 dénoncent un «apartheid sanitaire»

Link zum Artikel

Qui se cache derrière les slogans de gauche des manifestations anti-mesures Covid?

Link zum Artikel
Un an après son investiture, qu'a fait Joe Biden pour les Américains?
Il y a exactement un an ce jeudi, Joe Biden prêtait serment lors d'une cérémonie d'investiture inédite en raison de la pandémie. Voici le bilan en six points des 365 premiers jours du 46e président des Etats-Unis.

Nous sommes mercredi soir et il est très exactement 16 heures (22 heures en Suisse), à Washington, la capitale des Etats-Unis. Les journalistes ont été conviés dans la East room, un salon prestigieux de la Maison-Blanche. C'est seulement la neuvième conférence de presse du 46e président américain, depuis son investiture, le 20 janvier 2021. Contrairement à son prédécesseur Donald Trump, il n'aime pas cet exercice.

L’article