DE | FR

Vous ne risquez pas de problème cardiovasculaire grave avec les vaccins ARN

Image: sda
Les vaccins à ARN messager contre le Covid-19 n'augmentent pas le risque de problèmes cardiovasculaires graves tels que les infarctus, les AVC ou les embolies pulmonaires.
18.01.2022, 18:4018.01.2022, 18:45

Une bonne nouvelle sur le front des vaccins ARN: la sécurité des sérums des fabricants Pfizer et Moderna est assurée concernant le risque d'événements cardiovasculaires.

Une étude publiée mardi par l'agence française du médicament a permis de s'en assurer. Conclusion? Dans les trois semaines suivant l'injection d'un vaccin à ARNm ou à adénovirus, le risque d'événement cardiovasculaire grave (hors myocardite et péricardite) est faible.

Sur qui portait l'étude?

Cette étude a porté sur l'ensemble des adultes âgés de 18 à 74 ans vaccinés ou non, admis à l'hôpital en France entre le 27 décembre 2020 et le 20 juillet 2021 pour un infarctus aigu du myocarde, un accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique, ou une embolie pulmonaire.

«C'est pour nous un résultat majeur qui confirme la sécurité des vaccins à ARN messager chez les moins de 75 ans»
Rosemary Dray-Spira, épidémiologiste

Elle a été menée dans le cadre du dispositif de surveillance renforcée des vaccins, Epi-Phare, une structure associant l'Assurance maladie (Cnam) et l'Agence du médicament (ANSM).

Les résultats de cette enquête corroborent ceux d'autres études internationales. L'une d'elles a déjà démontré que chez les personnes de 75 ans ou plus, il n'y a pas eu d'augmentation du risque cardiovasculaire après chacune des deux doses du vaccin de Pfizer non plus.

Moins de certitudes concernant AstraZeneca et Janssen

Toutefois, concernant le risque de problème cardiovasculaire, les vaccins à adénovirus d'AstraZeneca et Janssen semblent pour leur part un peu moins sûrs.

Ils ont en effet été «associés à une légère augmentation du risque d'infarctus du myocarde et d'embolie pulmonaire chez les adultes, dans les deux semaines suivant l'injection».

Tout risque n'est pas écarté

Si le danger d'un problème cardiovasculaire a été écarté pour les vaccins à ARN de Pfizer et Moderna, certains risques de complication n'ont pas été totalement écartés.

Une étude précédente d'Epi-Phare portant sur les personnes âgées de 12 à 50 ans a montré que les vaccins Pfizer, et surtout Moderna, augmentent le risque de survenue de myocardite ou péricardite, dans les sept jours suivant la vaccination. Le plus souvent, chez des hommes de moins de 30 ans.

La maladie du Covid-19 est elle-même fortement associée à un risque de complications cardiovasculaires, tient aussi à rappeler l'ANSM. (mbr/ats)

Rien à voir avec le Covid, mais voici une fouine qui a semé la pagaille dans un supermarché

Bon, et si vous êtes vraiment amateur de Covid...

Injecter une 4e dose de vaccin? Pourquoi «ce n'est pas une bonne idée»

Link zum Artikel

5 points pour comprendre pourquoi l'OMS désavoue les vaccins Covid

Link zum Artikel

Faut-il lever les mesures Covid et prendre la vague de plein fouet?

Link zum Artikel

Pas de rappel, pas de piqûre et pas d'infection? Le vaccin nasal fait rêver

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Occident a un plan pour empêcher la Russie de causer une famine mondiale
Le blocus maritime imposé par la Russie en Mer Noire empêche l'Ukraine de livrer ses céréales aux pays qui en sont dépendants. Pour éviter une crise alimentaire, l'Occident cherche des solutions pour ouvrir un passage.

Le blocus organisé par la Russie en Mer Noire pourrait causer une famine mondiale. Les bateaux militaires de Poutine, au large d'Odessa, empêchent l'Ukraine d'exporter ses céréales. Celles-ci sont pourtant capitales pour certains pays. A titre d'exemple, l'Erythrée, la Somalie, l'Egypte ou encore le Liban en sont si dépendants que la survie de leur approvisionnement en nourriture et donc de leur population en dépend.

L’article