DE | FR

Les hackers de Poutine sont nuls et Anonymous le prouve

Des activistes du net ont piraté le groupe de hackers pro-russes Killnet. Leurs objectifs? «Discréditer les hackers fidèles au Kremlin et de perturber leurs activités», écrivent les hacktivistes d'Anonymous sur Twitter.
25.05.2022, 10:2125.05.2022, 11:44
Olivier Wietlisbach

La cyberguerre des hackers prend une nouvelle tournure: le collectif international d'hacktivistes (activistes hackers) Anonymous s'est lancé à la poursuite du groupe de hackers Killnet, fidèle au Kremlin. Ces derniers sont notamment connus pour leurs cyberattaques contre les institutions gouvernementales de différents pays de l'Otan.

Les services de renseignement occidentaux avaient émis une mise en garde contre le groupe Killnet en avril dernier. Ce réseau de pirates informatiques a récemment fait les gros titres, notamment en tentant de manipuler les votes de l'Eurovision qui se tenait à Rome. La cyberattaque contre le concours a finalement été déjouée par plus de 100 spécialistes cybercriminalité de la police italienne.

Ce n'est pas la première fois que les hackers de Killnet s'attaquent à l'Italie. Le groupe avait déjà paralysé plusieurs sites internet des autorités italiennes, dont celui du ministère des Affaires étrangères a confirmé la police vendredi.

Les activistes de Killnet se vantent sur Telegram:  «L'Italie a été achevée comme un moustique».
Les activistes de Killnet se vantent sur Telegram: «L'Italie a été achevée comme un moustique».screenshot: cybernews

Samedi, Anonymous a, à son tour, déclaré une cyberguerre à l'encontre de Killnet en publiant les données personnelles des pirates russes sur Internet.

Les hackers d'Anonymous ont, selon leur propre déclaration, piraté Killnet et publié sur le web les données d'accès aux e-mails de près de 150 membres.
Les hackers d'Anonymous ont, selon leur propre déclaration, piraté Killnet et publié sur le web les données d'accès aux e-mails de près de 150 membres.

Selon ces informations, les adresses électroniques ainsi que les mots de passe de 146 hackers pro-russes ont été divulgués. Ces derniers doivent désormais s'attendre à ce que leurs autres comptes soient également compromis.

Twitter s'en est mêlé également en suspendant plusieurs comptes Anonymous qui avaient publié ces données. Les hackers pro-russes, quant à eux, nient le piratage sur Telegram.

«Des gens simples de toute la Russie qui défendent leur pays»

Killnet est le pendant russe d'Anonymous, c'est-à-dire une association de pirates informatiques qui s'organise via la messagerie Telegram, particulièrement populaire en Russie.

Contrairement aux hackers russes d'élite soutenus par l'Etat, Killnet devrait être composé en premier lieu de jeunes unis par la haine de l'Otan, voire de l'Occident.

Les pirates amateurs misent en premier lieu sur de simples attaques DDoS pour paralyser les sites web des autorités ou des entreprises occidentales. Les attaques plus complexes avec leurs propres logiciels malveillants, qui pourraient par exemple détruire complètement des infrastructures critiques, ne font pas partie du répertoire de Killnet.

Pause! Si vous ne comprenez rien à tout ce jargon informatique 🤯👇
DDoS: attaque informatique ayant pour but de rendre indisponible un service.

Dans une interview accordée à la chaîne de propagande russe RT (anciennement Russia Today), les membres de Killnet se sont décrits comme «des gens simples de toute la Russie qui ont défendu leur pays».

La semaine dernière, le service allemand de protection de la Constitution a mis en garde contre les hackers pro-Poutine, comme le rapporte le Spiegel.

«Les hacktivistes avaient posté dans leur canal sur le service de messagerie Telegram une longue liste avec les adresses web de différentes cibles allemandes – apparemment comme un appel à leur entourage à les cibler davantage.»
spiegel.de

Selon les informations du média allemand, les sites web du Bundestag, du ministère fédéral de la Défense et le site web du SPD du chancelier Olaf Scholz ont également été visés par des attaques.

Traduit et adapté de l'allemand par sia.

L'armée russe laminée après avoir tenté de traverser une rivière

Plus d'articles sur l'Otan

Combien de temps la Suisse résistera-t-elle avant d'intégrer l'Otan?

Link zum Artikel

Pourquoi les Turcs ne veulent ni la Finlande ni la Suède dans l'Otan

Link zum Artikel

La Russie est-elle en train de pousser la Suisse dans les bras de l’Otan?

Link zum Artikel

Pourquoi la Finlande veut soudain rejoindre l'Otan

Link zum Artikel

Adhésion à l'Otan: «La Finlande se sent menacée dans son existence»

Link zum Artikel

Voici pourquoi l'Otan n'envoie pas de troupes pour aider l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Qui est la «cryptoqueen», femme la plus recherchée par le FBI?
Ruja Ignatova figure sur la liste des 10 personnes les plus recherchées par les autorités fédérales américaines. Elle a arnaqué des millions de personnes grâce à un concept de cryptomonnaies. Qui est cette mystérieuse femme? Explications.

Ruja Ignatova fait partie des 10 personnes les plus recherchées par le FBI depuis jeudi 30 juin. 11ème femme à figurer sur cette liste, elle est accusée d'avoir organisé l'une des arnaques crypto les plus lucratives de la fin des années 2010. Elle est encore en liberté, probablement en Europe, comme l'annonce le magazine américain Forbes. Que s'est-il passé? Et qui est cette mystérieuse femme? Explications.

L’article