DE | FR

Le FBI tente encore de se dédouaner pour l'attaque du Capitole

capitole assaut washington

Le 6 janvier dernier, 10'000 partisans du président Trump ont violemment attaqué le Congrès américain Image: Shutterstock

Devant le Sénat américain, le chef du FBI a défendu la «procédure normale» qu'aurait suivie ses équipes, avant l'assaut du Capitole, par des manifestants pro-Trump.



«La veille de l'attaque, un rapport du bureau local du FBI avait bien alerté sur des appels à se battre», a assuré le directeur de la police fédérale américaine. «Mais le document, transmis dans la soirée à la police du Capitole, n'avait pas circulé en interne» a-t-il ajouté.

Le chef du FBI a également affirmé que ce «rapport de situation» a été «rapidement» transmis «à nos partenaires, dont la police du Capitole, et la police de Washington».

Que s'est-il passé au Capitole?

Le 6 janvier dernier, environ 10'000 partisans de l'ex-président américain, Donald Trump, se sont massés aux abords du Congrès, où les élus certifiaient la victoire de Joe Biden. Face à des effectifs de police trop peu nombreux, environ 800 manifestants, avaient réussi à s'introduire dans le Capitole, provoquant le chaos et une polémique sur le manque d'anticipation des forces de sécurité. Cinq personnes, dont un policier, sont mortes lors de ce coup de force, et plus de 270 personnes sont poursuivies à des degrés divers pour leur participation à cette attaque.

En revanche, pour les responsables de la sécurité du Capitole, les services de renseignement américains ont sous-estimé les risques, si bien que le dispositif de sécurité n'était pas adapté pour contrer «des criminels prêts pour la guerre».

Le directeur du FBI a conclu son témoignage avec ces mots: «Nous sommes très concentrés sur la façon d'obtenir de meilleures sources, de meilleures informations, de meilleures analyses, pour nous assurer que ce qui est arrivé le 6 janvier n'arrive plus jamais». (ats/afp)

Plus d'articles «Actu»

Biden appelle le Congrès à réguler la vente d'armes

Link zum Artikel

Le Prince Philip, consort de la Reine, décède à l'âge de 99 ans

Link zum Artikel

Fuite de données Facebook: 3 raisons pour ne pas les prendre à la légère

Link zum Artikel

La Suisse «inondée de drapeaux arc-en-ciel» pour le mariage pour tous

Link zum Artikel

La Jordanie empêche la visite de Netanyahou aux Emirats arabes unis

Benjamin Netanyahou devait rencontrer le prince héritier du pays du golfe, à l'occasion d'une première visite historique. Une tension diplomatique avec la Jordanie l'en empêche.

Le chef de l'état hébreu devait rencontrer le prince héritier d'Abou Dhabi, ce jeudi. Le déplacement a été annulé «en raison de difficultés de coordination de son vol à travers l'espace aérien de la Jordanie» selon le gouvernement israélien. Une raison qui cacherait une tension diplomatique toute autre, survenue cette semaine entre la Jordanie et Israël.

Le prince jordanien devait visiter une mosquée de Jerusalem, située dans le secteur palestinien de la Ville sainte, annexé par l'Etat …

Lire l’article
Link zum Artikel