International
Donald Trump

Pourquoi Joe Biden attaque désormais frontalement Donald Trump

Image

«Semi-fasciste»: pourquoi Biden attaque désormais frontalement Trump

Le président américain qualifie son prédécesseur de «danger pour la démocratie» et le mouvement «Make America Great Again» de «semi-fasciste».
03.09.2022, 11:1703.09.2022, 16:38
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Suivez-moi
Plus de «International»

Dans son discours d'investiture, Joe Biden s'est présenté comme le grand guérisseur de la nation. Il voulait combler les fossés creusés par Donald Trump dans la société américaine et réunifier le pays. C'est pourquoi il n'a pratiquement jamais mentionné son prédécesseur, et quand il le faisait, il parlait du «former guy», l'ancien gars.

C'était un vœu pieux; dans la réalité, c'est exactement le contraire qui s'est produit. Trump fait la une des journaux comme en mai, et les Etats-Unis sont plus divisés que jamais. Le président Biden a maintenant réagi. Il y a quelques jours déjà, il a qualifié le mouvement MAGA (du slogan «Make America Great Again») des républicains de «semi-fasciste». Hier, il a attaqué frontalement son prédécesseur dans un discours de fond.

President Joe Biden arrives with first lady Jill Biden to speak outside Independence Hall, Thursday, Sept. 1, 2022, in Philadelphia. (AP Photo/Evan Vucci)
Joe Biden
Le président et son épouse à Philadelphia.keystone

«Donald Trump et les républicains du MAGA représentent un type d'extrémisme qui menace les fondements de notre république», a déclaré Biden, flanqué de soldats de la marine.

«Et il ne fait aucun doute que le parti républicain est poussé et dominé par Donald Trump et le mouvement MAGA. C'est devenu une menace sérieuse pour le pays»
Joe Biden

Le changement de stratégie de Biden a de bonnes raisons. Il a jadis cité les émeutes de Charlottesville, menées par des néonazis en 2017, comme raison de sa candidature à la présidence. Depuis, le danger fasciste a augmenté de manière exponentielle et a atteint son point culminant provisoire lors de l'assaut du Capitole.

Trump lui-même s'est entre-temps transformé en une caricature de Mussolini. Sur sa plateforme Truth Social, il publie toutes les dix minutes des mensonges et des théories de conspiration QAnon. Il qualifie les casseurs du 6 janvier de patriotes et leur promet, s'il est réélu, non seulement une amnistie générale, mais aussi des excuses par-dessus le marché.

Un danger réel

Dans le même temps, Trump a soutenu lors des primaires des candidats qu'il ne faut pas seulement qualifier de «semi-», mais de «100% fascistes». Doug Mastriano, par exemple, qui veut devenir gouverneur de Pennsylvanie et qui n'a pas seulement participé activement à la prise du Capitole, mais qui, en tant que nationaliste chrétien, veut ramener la société au Moyen Age.

Pennsylvania GOP gubernatorial nominee Doug Mastriano gestures as he rallies with Florida Governor Ron DeSantis, not pictured, in Pittsburgh, Friday, Aug. 19, 2022. (Steven M. Falk/The Philadelphia In ...
100% fasciste: Doug Mastriano.keystone

En Arizona, Kari Lake émet le même genre de propos. Elle veut également devenir gouverneur et a également été soutenue par Trump. Dans le même Etat, Blake Masters se montre encore plus extrême. Il veut être élu au Sénat et a non seulement Trump derrière lui, mais aussi le soutien financier du milliardaire Peter Thiel.

Pendant ce temps, l'homme de main de Trump, Lindsey Graham, sénateur de Caroline du Sud, met en garde contre des «émeutes sanglantes» si l'ex-président est inculpé, alimentant ainsi les fantasmes de guerre civile des nationalistes d'extrême droite. Il ne fait donc aucun doute que le danger pour la démocratie contre lequel Biden met en garde n'est pas un coup de publicité, il est bien réel.

Les démocrates reprennent la tête

Sur le plan politique aussi, le calcul de Biden est juste. Il a gagné son duel contre Trump il y a deux ans. A l'approche des élections de mi-mandat, les démocrates ont donc tout intérêt à ce que cela se reproduise. Un sondage du Wall Street Journal leur donne raison. Il révèle que Biden est en tête de la comparaison directe avec 50 contre 44 points de pourcentage. Dans le même temps, la cote de popularité du président s'est redressée après avoir atteint son niveau le plus bas.

Kari Lake, Republican candidate for Arizona governor, speaks to supporters at her election night party Tuesday, Aug. 2, 2022, in Scottsdale, Ariz. (AP Photo/Ross D. Franklin)
Encore plus extrême que Trump: Kari Lake.keystone

Le même sondage montre également que les chances des démocrates de pouvoir défendre leur majorité au Congrès se sont nettement améliorées. 47 pour cent des Américains donnent actuellement leur préférence aux démocrates, contre 44 pour cent seulement aux républicains. En mars, les républicains avaient encore 5 points d'avance. C'est surtout chez les électeurs indépendants, qui jouent un rôle décisif, qu'un changement d'opinion s'est produit. Alors que les républicains étaient encore en tête de ce groupe d'électeurs en mars avec 12 points de pourcentage, le rapport est désormais de 38 à 35 pour cent en faveur des démocrates.

En ce qui concerne les contenus, un changement notable s'est également produit. La menace pour la démocratie a supplanté la peur de l'inflation en tête du baromètre des préoccupations américaines. C'est ce qu'a récemment révélé un sondage de la chaîne de télévision NBC.

Pendant longtemps, les républicains ont eu l'habitude de justifier leur politique conservatrice par la «majorité silencieuse». Cela ne leur suffit plus. «Aujourd'hui, les électeurs blancs, chrétiens, ruraux et conservateurs sont en minorité», constate l'historien Max Boot dans le Washington Post. Il poursuit:

«C'est aussi la raison pour laquelle les républicains du MAGA sont si hystériques. Ils savent que les tendances économiques et démographiques se sont retournées contre eux»

«Les républicains du MAGA veulent ramener l'Amérique au passé, un passé où les gens n'avaient pas de libre choix, pas de vie privée, pas de contraception et pas le droit d'épouser la personne qu'ils aiment», a averti Biden dans son discours de politique générale. Il a ainsi enfoncé le clou – moralement et politiquement.

45office.com le site web de Donald Trump, en images
1 / 7
45office.com le site web de Donald Trump, en images
Donald Trump en train de serrer la main à Kim Jong-Un
source: 45office.com / 45office.com
partager sur Facebookpartager sur X
«Envoyez fighter au 5-12345»: le clip promotionnel du futur Donald Trump
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le plus grand incendie de l'année fait rage en Californie
La Californie subit depuis samedi son plus grand incendie de l'année, faisant craindre un été dangereux. Deux années très pluvieuses ont étoffé une végétation désormais susceptible d'agir comme combustible, selon les spécialistes.

Le «Post Fire» s'est déclaré dans la région rurale de Gorman, à un peu plus d'une heure de route au nord-ouest de Los Angeles. Il a brûlé plus de 5900 hectares en deux jours et entraîné l'évacuation de 1200 personnes, selon les autorités. Lundi matin, il n'était contenu qu'à 8%, malgré les efforts de 1150 pompiers, selon le dernier bulletin des autorités.

L’article