DE | FR

Amazon continue de détruire des produits neufs, à grande échelle

Dans les centres logistiques d'Amazon, des milliers et des milliers de produits initialement emballés sont préparés pour être éliminés. Parmi eux, des ordinateurs portables, des livres et des masques faciaux, comme le montre une récente enquête en provenance du Royaume-Uni.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
23.06.2021, 21:0924.06.2021, 15:46
Daniel Schurter
Daniel Schurter
Daniel Schurter
Suivez-moi

La dernière enquête sur les «stations de destruction» nous vient du Royaume-Uni: Là-bas, le géant en ligne Amazon détruit chaque année des millions d'invendus, dont beaucoup sont neufs et inutilisés.

Les images recueillies par ITV News montrent un «gaspillage à un niveau stupéfiant». Et ce, malgré le fait que les vidéos enregistrées secrètement proviennent d'un seul des 24 centres logistiques du pays.

Des images tournées sous couverture à l'intérieur de l'entrepôt d'Amazon à Dunfermline, en Écosse, illustrent l'ampleur de la marchandise détruite: téléviseurs intelligents, ordinateurs portables, drones, sèche-cheveux, écouteurs haut de gamme, lecteurs d'ordinateurs, livres à profusion, milliers de masques de protection scellés - tous triés dans des boîtes étiquetées «Destroy».

Un ancien employé a déclaré que leur objectif était de «détruire en moyenne 130 000 articles par semaine».

À 40 miles au sud-ouest de Dunfermline se trouve Glasgow, où le Royaume-Uni accueillera en novembre la plus grande conférence mondiale sur le changement climatique, poursuit le rapport de divulgation. Et pourtant, Amazon produit «d'énormes quantités de déchets environnementaux juste en haut de la route».

«Les dirigeants devraient appeler le plus grand détaillant en ligne du monde à montrer l'exemple»
Richard Pallot, Reporter, ITV News

L'approche d'Amazon est-elle nouvelle?

Non.

Après que Greenpeace a pointé à plusieurs reprises des abus, watson a fait un rapport en 2019 sur les «destroy goods» - le terme interne d'Amazon pour les produits tiers qui sont stockés dans les centres logistiques et doivent être détruits.

S'adressant à des journalistes allemands, l'économiste suisse Stefan Schaltegger, professeur de gestion de la durabilité, a déclaré que le problème touche tous les détaillants en ligne, mais aussi le «commerce stationnaire». Il pourrait arriver à toutes ces entreprises d'avoir des produits en stock qui doivent ensuite être «détruits».

Le problème est que l'offre est trop importante par rapport à la demande. Il en résulte des produits superflus, qui sont ensuite éliminés.

Le fait que la destruction de biens neufs ou à l'état neuf se poursuivant sans relâche a été démontré tout récemment par les enquêtes de journalistes allemands en mai de cette année.

Grève des femmes du 14 juin 2021

1 / 13
Grève des femmes du 14 juin 2021
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Manifestation des soignants à Lausanne

Plus d'articles sur les «GAFAM»

Vol de données Facebook: 23% des lecteurs de watson concernés

Link zum Artikel

Jeff Bezos VS les syndicats: dernier round du combat contre Amazon

Link zum Artikel

500 millions de données sur le Net, Facebook accusé de «négligence absolue»

Link zum Artikel

Facebook, Twitter et Google (encore) face à la menace de la désinformation

Link zum Artikel

La droite appelle le PS à stopper l'initiative contre les F-35

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi la Russie ressort des chars vieux de 60 ans
Le char T-62, datant de l'époque de la Guerre froide, aurait été aperçu en Ukraine. Pourquoi l'armée russe a-t-elle recours à ces vieilleries? Réponse en trois points.

D'après une information parue notamment dans le média The Drive, la Russie aurait recours à des chars T-62 datant de l'ère de la Guerre froide. Où et comment sont utilisés ces chars en Ukraine?

L’article