DE | FR

Le G7 pressé de renflouer les caisses mondiales vidées par la pandémie

epa09178519 British Foreign Secretary Dominic Raab awaits the arrivals of delegates to the G7 Foreign Ministers meeting at Lancaster House in London, Britain, 05 May 2021. Foreign Ministers from the world's richest nations are meeting in London 04-05 May.  EPA/ANDY RAIN / POOL

Image: sda

Vendredi et samedi, le G7 se réunit afin de négocier un impôt minimal sur les sociétés, qui pourra renflouer les caisses des Etats, misent à mal par la pandémie.



Les ministres des sept pays les plus industrialisés du monde (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni), ainsi que le FMI (Fonds mondial international) vont se réunir en fin de semaine, afin de trouver un accord sur la taxation des sociétés à l'international.

La réunion abordera également les sujets suivants:

Les enjeux

Les enjeux sont importants, selon une étude publiée mardi par l'Observatoire européen de la fiscalité:

  1. Si l'UE appliquait un taux de 25%, elle collecterait 170 milliards d'euros de recettes fiscales supplémentaires en 2021.
  2. Soit, 50% de plus qu'actuellement.
  3. Si le taux retenu n'était que de 15%, le gain ne serait plus que de 50 milliards.

Augmenter les impôts des Gafam

Le Royaume-Uni veut que l'accord stipule que la taxation des entreprises doit se faire là où elles réalisent leur chiffre d'affaires, et non seulement là où elles sont enregistrées.

Ceci éviterait que les multinationales, surtout les Gafam (Google Amazon, Facebook, Apple et Microsoft), comme Amazon, qui ont largement bénéficié de la pandémie et des confinements, paient des impôts dérisoires comparés à leurs revenus.

L'Irlande, qui affiche un des taux d'impôt minimum sur les sociétés, parmi les plus bas au monde, incitant ainsi nombre de multinationales à y installer leur siège social européen, s'y est, toutefois, opposée.

Renflouer les caisses au plus vite

La nécessité de renflouer les caisses des Etats, vidées par les plans de relance anti-Covid, et le retour des Etats-Unis, jusque-là hostiles à toute taxation des multinationales, ont donné un coup de fouet aux négociations.

«Le plan va effectivement forcer des pays plus petits à s'aligner. Si un pays comme l'Irlande ne relève pas son taux, il renonce à des recettes fiscales.»

Arun Advani, professeur d'économie à l'université de Warwick

Si les multinationales sont tenues de payer un taux plus élevé dans le pays où elles réalisent leurs recettes, «alors les paradis fiscaux auront au final intérêt à également relever leur taux», ajoute encore Arun Advani, professeur d'économie à l'université de Warwick. (ats)

Incendie à bord d'un cargo au Sri Lanka

1 / 12
Incendie à bord d'un cargo, au Sri Lanka
source: sda / sri lankan air force media hando
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Hitler, c'est qui? On a demandé à des gymnasiens

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Renault mis en examen pour avoir trompé les contrôles antipollution

Le constructeur automobile français est accusé d’avoir installé un logiciel sur ses voitures diesel pour tromper les contrôles antipollution, tout comme Volkswagen en 2015.

Le «Dieselgate» s'étend à la France. Mardi 8 juin, Renault a été mis en examen pour tromperie: le constructeur est accusé d’avoir installé un logiciel sur certaines de ses voitures diesel pour tromper les contrôles antipollution.

Il s'agit de tous les véhicules de la génération Euro 5 (2009-2011) et Euro 6B (2013-2017). Renault nie toute accusation et rappelle que ses voitures ne sont «pas équipées de logiciels de fraude aux dispositifs de dépollution».

La justice a demandé au constructeur de …

Lire l’article
Link zum Artikel