DE | FR

Après H&M, Nike dans le viseur de la Chine

Bild

Après H&M, Nike subit les foudres de la Chine après le boycott du coton du Xinjiang, sur fond d'allégations de «travail forcé» des Ouïghours.



La Chine, de plus en plus offensive face aux accusations de violation des droits de sa minorité ouïghoure, a pris des mesures de rétorsion contre le géant américain Nike un jour après celui du prêt-à-porter suédois H&M. Les deux entreprises avaient décidé, l'an dernier, d'arrêter d'utiliser du coton en provenance du Xinjiang, province peuplée d'Ouïghours. Des ambassadeurs de la marque Nike dans l'Empire du Milieu ont coupé leurs liens avec l'équipementier sportif américain jeudi.

Les produits H&M ont disparu mercredi de la plateforme Taobao, propriété du géant Alibaba, tandis que deux acteurs populaires ont coupé leurs liens avec le groupe suédois et que les médias d'Etat chinois ont critiqué le groupe.

La marque est désormais boycotée dans le pays.

Les médias d'Etat ont ainsi parlé de «mensonges» et «d'intentions cachées», la chaîne CCTV accusant H&M de «manger le riz chinois tout en cassant le bol» et de chercher à «détruire le développement des entreprises et des travailleurs chinois».

L'actrice et chanteuse chinoise Victoria Song, qui a collaboré l'an dernier avec H&M sur une collection, a publié un communiqué indiquant qu'elle coupait ses liens avec le groupe et que «les intérêts du pays passaient avant tout».

(ats/afp)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La situation s'envenime entre l'UE et Pékin autour des Ouïghours

Les Européens et les Chinois se sanctionnent les uns les autres depuis lundi, autour de la persécution des musulmans Ouïghours dans la région du Xinjiang.

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont approuvé l'inscription de quatre dirigeants et d'une entité de la région chinoise du Xinjiang sur la liste des sanctions pour les violation des droits de l'homme créée en décembre 2020.

Les sanctions européennes consistent en une interdiction de se rendre dans l'UE et un gel des avoirs détenus dans l'Union européenne.

Le Royaume-Uni et le Canada ont adopté les mêmes mesures que l'UE. Les Etats-Unis ont sanctionné deux des quatre responsables …

Lire l’article
Link zum Artikel