DE | FR

4 raisons pour lesquelles l'avenir du Bitcoin sera très difficile à prédire en 2022

Quel avenir pour le Bitcoin en 2022? Après avoir vu son prix décupler au cours de l'année écoulée, le comportement de la fameuse cryptomonnaie semble toutefois nettement plus difficile à prévoir pour les prochains mois.
30.12.2021, 08:5030.12.2021, 11:09
Suivez-moi

Dopé en 2021 par l'appétit de la finance traditionnelle pour un tout nouveau type d'investissement, le Bitcoin semble toutefois avoir perdu un peu de son éclat. Les spécialistes des cryptomonnaies peinent à prévoir comment ce secteur volatil va se comporter en 2022.

Sa valeur a joué aux montagnes russes

La performance du Bitcoin a été survoltée cette année. Elle a profité notamment de l'intérêt de grands noms des nouvelles technologies et de la finance, qui se tenaient jusqu'alors éloignés de cette technologie toute récente (pour rappel, elle n'existe que depuis 2008).

Entre décembre et avril, la cryptomonnaie a enchaîné les plus hauts historiques et plongeons tout aussi spectaculaires.

  • Elle est passée de moins de 20 000 dollars (18 320 francs)...
  • ...a plus de 60 000 dollars.
  • Pour évoluer à moins de 50 000 dollars en décembre.

Cette performance des prix très variables, «agitée et sans direction», a une conséquence non négligeable:

«Elle pourrait se traduire par une nouvelle baisse à court terme et rendre le marché très incertain»
Loukas Lagoudis, du fonds d'investissement en cryptomonnaies ARK36

D'ailleurs, le marché s'assagit gentiment

Le spécialiste veut encore croire dans une poussée du marché l'année prochaine, grâce à «l'adoption des actifs numériques par les investisseurs institutionnels et leur intégration dans le système financier traditionnel».

C'est en effet ce qui a dopé le prix du Bitcoin depuis fin 2020: les annonces liées aux cryptomonnaies se sont multipliées au fil des mois, de la part des grands noms de la finance traditionnelle, en passant par ceux des nouvelles technologies.

Les amateurs de cryptomonnaies voient en tout cas dans ces évènements, des signes que le marché commence à s'apaiser:

  • Outre l'adoption du Bitcoin comme monnaie officielle par le Salvador, qui a marqué les esprits.
  • L'appétit de Wall Street pour cette cryptomonnaie et l'introduction en bourse de la plateforme d'échanges et d'achats de cryptomonnaie Coinbase.
  • Le record atteint en octobre par le Bitcoin, avec l'approbation par le régulateur de produits indiciels liés.

Il est guetté par une régulation

Toutefois, un risque réel pèse sur la cryptomonnaie: celle de l'action d'un ou plusieurs régulateurs.

En Europe et aux Etats-Unis, ils sont nombreux à se pencher de plus en plus sur ce réseau décentralisé, très difficile à encadrer. Quant à la Chine, elle a interdit les transactions en cryptomonnaies fin septembre.

«Il n'y a jamais de certitude en ce qui concerne la crypto, et encore moins la régulation. Mais une chose est certaine, les voix qui appellent à plus de régulation des cryptomonnaies vont être de plus en plus fortes.»
Huong Hauduc, de la plateforme d'échange Bequant.

Créé dans le sillage de la crise financière pour ne pas dépendre des banques centrales, la consommation d'électricité du Bitcoin est très élevée est souvent remise en question. Mais pour l'instant, ces critiques n'empêchent pas certains des hommes les plus riches du monde de s'y intéresser.

C'est notamment le cas d'Elon Musk. Le patron de Tesla a régulièrement fait bouger le marché, notamment en annonçant avoir investi une partie de la trésorerie de son groupe en bitcoins.

Le Bitcoin est concurrencé par d'autres monnaies

Outre la régulation, le Bitcoin risque aussi et surtout la concurrence d'autres cryptomonnaies.

Par exemple, le milliardaire Jack Dorsey a quitté la direction de Twitter pour se focaliser sur sa société de paiement numérique, Square, récemment renommée Block. Et il compte bien développer ses activités liées aux cryptomonnaies.

Selon le site spécialisé CoinGecko, il existe actuellement plus de 12 000 sortes de cryptomonnaies dans le monde.

Ce marché représente 2360 milliards de dollars, dont plus de 900 milliards pour le bitcoin uniquement. Mais sa part a diminué au fil de l'année. Le numéro deux, l'Ethereum, s'apprête à tenter de faire évoluer son modèle.

Certains se demandent si la décentralisation qui rend virtuellement impossible l'évolution du Bitcoin, ne causera pas sa perte:

«La réticence du Bitcoin à changer son modèle est, selon nous, une des caractéristiques qui la rend stable et cohérente, ce qui est nécessaire pour une réelle monnaie mondiale»
Frank Downing, analyste chez ARK

Alors, prêt à investir dans le bitcoin en 2022? Pour ma part, j'attends l'aval de ma boule de cristal.

La folle histoire du Finlandais qui a fait exploser sa Tesla

Et pour tout savoir de l'actu économique...

Apple est prêt à payer cher pour empêcher ses ingénieurs d'aller chez Meta

Link zum Artikel

Le concurrent de Tesla va construire la première giga-usine en Europe

Link zum Artikel

Grâce au Covid les hautes mers ont leurs propres «Foir'fouille»

Link zum Artikel

Le WEF aura bien lieu, mais cet été et pas à Singapour

Link zum Artikel
Journées mondiales: Quand câlins, femmes et zones humides sont mis à égalité
Ce 21 janvier, c'est la Journée internationale des câlins. Dans trois jours, ce sera celle du sport féminin. Et le 2 février, celle des zones humides. Etc. etc. Et si un jour, justement, on en finissait avec ces ridiculeries?

«Y a pas de quoi en faire un foin», m'a dit un collègue ce lundi 17 janvier quand j'ai relevé, taquin, que cette journée qui s'ouvrait était le «Blue Monday», soit le jour le plus déprimant de l'année, et que les médias, heureusement, nous en avaient informés. Comme ils n'ont pas manqué ensuite de nous indiquer que le 21 janvier, aujourd'hui, est la Journée mondiale des câlins. Et ainsi de suite. Toute l'année. Les gens de bonne volonté qui n'arrivent jamais à obtenir ne serait-ce qu'un accusé de réception quand ils envoient leur actualité originale à la presse en sont sans doute ravis.

L’article