DE | FR

Deux ex-premiers ministres espagnols nient tout financement illégal

shutterstock
Actuellement en procès, deux anciens premiers ministres espagnols nient l'existence d'un financement illicite de leur parti.
24.03.2021, 20:1925.03.2021, 17:33

Mariano Rajoy et José Maria Aznar, tous deux anciens premiers ministres de l'Espagne, ont nié mercredi l'existence d'un financement illicite de leur formation, le Parti Populaire (PP). Et ce malgré les déclarations contraires d'un ancien trésorier, lors du procès qui se tient actuellement près de Madrid.

Répondant via vidéo-conférence aux questions du tribunal de l'Audience nationale, Mariano Rajoy, à la tête du gouvernement de 2011 à 2018, et José Maria Aznar, qui l'a été de 1996 à 2004, ont de nouveau nié catégoriquement l'existence d'une comptabilité parallèle au sein de leur formation.

Cette affaire a pour protagoniste Luis Barcenas, un ancien trésorier de la formation. Cet homme – qui avait pour habitude de tenir cette comptabilité scrupuleusement sur papier – a accusé Mariano Rajoy d'avoir reçu des fonds d'origine illégale avant de prendre la tête du gouvernement.

La condamnation du PP et de plusieurs de ses cadres dans ce procès tentaculaire avait entraîné un séisme politique en Espagne. L'actuel président du PP, Pablo Casado, tente de prendre ses distances avec ces scandales et a même décidé de déménager le siège du parti. (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une mobilisation secrète? Poutine cherche désespérément des soldats
Sa guerre contre l'Ukraine est loin de se dérouler comme prévu, mais Vladimir Poutine a jusqu'à présent refusé une mobilisation générale. L'armée russe fait désormais appel à des vétérans et des réservistes.

Poutine ne pourra pas gagner sa guerre contre l'Ukraine avec des garçons de 18 ans inexpérimentés et il semble en être conscient. Au lieu d'enrôler de jeunes recrues dans le cadre d'une mobilisation générale, l'armée russe mise désormais sur les réservistes et les vétérans. Les indices d'une mobilisation secrète se multiplient.

L’article