DE | FR

A Madrid, une campagne d'élections régionales sous haute tension

Madrid haute tension élections régionales Espagne

Image: Shutterstock

La campagne des régionales, qui a lieu actuellement à Madrid, la capitale espagnole, est en train de devenir un théâtre de coups bas et de menaces en tous genres. On vous explique.



Des lettres, contenant des balles ou un couteau, électrisent la campagne des régionales du 4 mai à Madrid, où la gauche, à la traîne dans les sondages, a placé le combat contre l'extrême droite au coeur du scrutin.

Des menaces à gauche comme à droite

La ministre du Tourisme du gouvernement de Pedro Sanchez, Reyes Maroto, a reçu lundi une enveloppe contenant un «couteau ensanglanté», a révélé la présidente du groupe socialiste au parlement espagnol, Adriana Lastra.

Et en fin de semaine dernière, le chef du parti de gauche radicale Podemos, Pablo Iglesias, le ministre de l'Intérieur et la cheffe de la Garde civile avaient reçu des lettres contenant des balles d'un fusil d'assaut, utilisé par l'armée espagnole entre les années 1960 et 1980.

«Ta femme, tes parents et toi êtes condamnés à la peine capitale, tes heures sont comptées», était-il écrit sur la lettre reçue par Pablo Iglesias. Celui-ci a démissionné le mois dernier de son poste de vice-président du gouvernement de Pedro Sanchez pour se lancer dans la bataille des régionales à Madrid.

Le premier ministre en a marre et appel au calme

Montant au créneau, le premier ministre socialiste Pedro Sanchez a martelé «Assez!», lundi, sur son compte Twitter. «Nous n'allons pas laisser passer ça. Nous n'allons pas accepter que la haine s'empare du vivre ensemble en Espagne», a-t-il poursuivi. Grande favorite du scrutin, la présidente de droite de la région Isabel Ayuso a dénoncé l'utilisation politique que fait, selon elle, la gauche de ces menaces et parlé de «cirque».

Selon l'ensemble des médias espagnols, une personne souffrant d'une maladie mentale a été identifiée comme étant l'expéditeur de la lettre contenant le couteau. Une porte-parole de la police a confirmé que l'expéditeur de ce courrier avait été identifié, mais a refusé de donner des détails.

Des débats annulés

Ces lettres de menaces ont fortement secoué une campagne à la portée nationale, jusqu'ici dominée par la question de la gestion de la pandémie. Vendredi, Pablo Iglesias, mettant en cause «l'impunité et le blanchiment médiatique de l'ultradroite», avait quitté un débat à la radio, lorsque la candidate du parti d'extrême droite Vox, Rocio Monasterio, a émis des doutes sur l'authenticité de ces menaces.

Le refus des autres candidats de gauche de continuer à débattre avec Vox a entraîné l'annulation de ce débat et d'un autre prévu jeudi à la télévision publique. Et dimanche, Pedro Sanchez a tenu un discours très offensif contre Vox, tentant de mobiliser les électeurs de gauche, en brandissant la «menace» représentée, selon lui, par l'extrême droite.

«Il ne s'agit pas seulement de Madrid mais de notre démocratie»

Pedro Sanchez, premier ministre socialiste de l'Espagne.

Et les sondages dans tout ça?

Selon les sondages, les partis de gauche - PSOE, Podemos et Mas Madrid, une scission de Podemos - ne sont pas en mesure de remporter ensemble une majorité de sièges à l'assemblée régionale de Madrid, nécessaire pour espérer détrôner la droite, qui dirige la région depuis 25 ans.

Troisième force politique du pays depuis son irruption, lors des législatives de 2019, Vox soutient le gouvernement régional de droite d'Isabel Diaz Ayuso. Cette formation, qui soutient aussi notamment la droite à la mairie de Madrid ou dans les régions de Murcie (sud-est) et d'Andalousie (sud), pourrait encore jouer les faiseurs de rois. Cela arriverait si la responsable du parti ne parvient pas, comme l'indiquent les sondages, à conquérir la majorité absolue. Cette dernière n'a pas exclu d'être de nouveau soutenue par Vox. (ats)

Le popo c'est rigolo! Voici le nouveau challenge trop cute de TikTok

Vidéo: watson

The Josh Fight

1 / 8
The Josh Fight
source: keystone / keystone
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Harry règle ses comptes avec son père

Link zum Artikel

On a enfin une date pour le nouvel épisode de «Friends»!

Link zum Artikel

Voici pourquoi les Allemands se ruent sur l'Astrazeneca

Link zum Artikel

L'Afrique du sud veut attaquer des réseaux sociaux en justice

Link zum Artikel

Plus d'articles «Actu»

Harry règle ses comptes avec son père

Link zum Artikel

On a enfin une date pour le nouvel épisode de «Friends»!

Link zum Artikel

Voici pourquoi les Allemands se ruent sur l'Astrazeneca

Link zum Artikel

L'Afrique du sud veut attaquer des réseaux sociaux en justice

Link zum Artikel

La Chine change son système électoral à Hong Kong, contre l'opposition

Le président chinois a promulgué une réforme du système électoral à Hong Kong. Cette décision devrait entraîner une marginalisation de l'opposition dans le territoire semi-autonome.

Le comité permanent du parlement chinois a voté, «à l'unanimité», des amendements pour que les mouvements de l'opposition à Hong Kong soient marginalisés. Cette réforme a été imposée par Pékin sans que le Parlement hongkongais n'ait son mot à dire. Elle s'inscrit dans le cadre de la reprise en main musclée de l'ex-colonie britannique engagée par Pékin après l'immense mouvement de contestation de 2019.

Dans une brève dépêche, Chine nouvelle se contente d'indiquer que le «président Xi Jinping …

Lire l’article
Link zum Artikel