ciel couvert
DE | FR
4
International
Etats-Unis

San Francisco veut des robots policiers avec un «permis de tuer»

epa10092067 WA Police Commissioner Col Blanch and WA Minister for Police, Paul Papalia attend a press conference with 'Spot' the robot, a multi-purpose robotics platform to be used by the WA Police Ta ...
Voici à quoi ressemblent les robots policiers australiens.image: keystone

San Francisco veut des robots policiers avec un «permis de tuer»

Les robots peuvent-ils être utilisés pour tuer des êtres humains? C'est précisément la question dont débat actuellement le conseil d'administration de la ville de San Francisco. Le département de la police est d'avis que oui.
25.11.2022, 05:5125.11.2022, 06:17
Tobias Esser

Des robots qui tuent des humains. Cela provoque une vision d'horreur digne d'un film de science-fiction comme Terminator. Dans la grande ville américaine de San Francisco (Californie), ce scénario pourrait bientôt devenir réalité. Le San Francisco Police Department (SFPD) a déposé une demande auprès du conseil de surveillance compétent qui, une fois acceptée, permettrait de faire tuer des suspects par des robots. C'est ce qu'a rapporté le journal britannique Guardian.

Le SFPD limiterait tout de même ce «permis de tuer» pour les robots: les machines ne doivent être utilisées que s'il existe un danger immédiat pour la vie des forces de l'ordre. Malgré cela, les membres du conseil de surveillance de la ville de San Francisco critiquent vivement la demande.

Le président du conseil, Aaron Peskin, prévoyait à l'origine d'interdire explicitement l'homicide par des robots: la phrase «les robots ne doivent pas exercer de violence contre les humains» a toutefois été supprimée de la requête du SFPD.

Ce chien robot de combat est terrifiant

Vidéo: watson

Au lieu de l'interdiction explicite, une autre phrase figure désormais dans la motion de la police:

«Les robots ne doivent tuer que si la vie des policiers est en danger et que toute autre possibilité a été jugée insuffisante»

«Nous vivons dans un monde dystopique»

La demande de la police est critiquée par des avocats et des initiatives de défense des droits civils. «Si nous discutons de la possibilité pour la police de tuer des personnes sans procès et à l'aide de robots, c'est que nous vivons dans un monde dystopique», a déclaré l'avocate des droits civils Tifanei Moyer au site d'information Mission Local. Selon elle, il n'est pas normal de discuter de la violence meurtrière exercée par des robots.

Par le passé, la police américaine a déjà tué une personne au moyen d'un robot. En 2016, un tireur d'élite a tué cinq policiers dans la ville de Dallas, au Texas. Les négociations avec l'auteur des tirs n'ayant pas abouti, la police a équipé un robot d'une charge explosive, normalement utilisé pour désamorcer les bombes. Ils ont dirigé le robot à distance vers le sniper et ont fait exploser la charge explosive, le sniper est mort.

Un robot intelligent brise le doigt d'un enfant en jouant aux échecs

Vidéo: watson

La demande controversée sera discutée la semaine prochaine par le conseil de surveillance de la ville de San Francisco. Les robots existent déjà dans l'arsenal du SFPD, mais jusqu'à présent, l'agence ne les utilise que pour la reconnaissance du terrain et le désamorçage des bombes.

Traduit et adapté de l'allemand par Tanja Maeder

Voici le «necrobot»: une araignée mort-vivante qui fascine la toile

Video: watson
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Pékin cède face aux manifestants en colère (mais ne l'admettra jamais)
En Chine, une «nouvelle étape» de la pandémie a commencé. Les premières villes lèvent les mesures strictes prises contre le Covid. Tout doit désormais aller très vite. Une réaction directe aux protestations, même si le gouvernement ne l'admettra jamais.

«Notre lutte contre la pandémie se trouve dans une nouvelle phase et implique de nouvelles mesures», c'est ainsi que Sun Chunlan, vice-premier ministre de Chine, a conclu sa déclaration mercredi. Elle, qui est à l'origine des nombreux confinements dans le pays, a justifié sa décision par le fait que «la variante Omicron est devenue moins pathogène, davantage de personnes sont vaccinées et nous avons plus d'expérience dans la gestion de la prévention du virus». Un changement de cap pour le moins inattendu.

L’article