International
Etats-Unis

Washington et Séoul affichent leur unité face à Pyongyang

President Joe Biden and South Korea's President Yoon Suk Yeol shake hands after a news conference in the Rose Garden of the White House Wednesday, April 26, 2023, in Washington. (AP Photo/Andrew  ...
Le président sud-coréen Yoon Suk Yeol et le président américain Joe Biden se serrent la main.Image: sda

Washington et Séoul affichent leur unité face à Pyongyang

Les deux dirigeants, qui se sont rencontrés à la Maison Blanche, ont multiplié les avertissements adressés au voisin du Nord.
27.04.2023, 05:1427.04.2023, 12:54
Plus de «International»

Le président américain Joe Biden et son homologue sud-coréen Yoon Suk Yeol ont lancé mercredi une mise en garde solennelle à l'adresse de la Corée du Nord contre toute attaque nucléaire. Un tel scenario provoquerait la «fin» du régime à Pyongyang, ont-ils prévenu.

Ils ont mis en exergue le renforcement de leurs moyens de dissuasion et leur «alliance indéfectible», «forgée en temps de guerre et qui a prospéré en temps de paix»:

«Une attaque nucléaire de la Corée du Nord contre les Etats-Unis ou ses alliés ou partenaires est inacceptable et provoquera la fin du régime qui déciderait d'entreprendre une telle action»
Joe Biden

La paix en montrant sa force

«Nous pouvons obtenir la paix par une force supérieure écrasante, et non une paix factice fondée sur une bonne volonté de l'autre partie», a déclaré, pour sa part, le président sud-coréen. Il a souligné que les Etats-Unis répondraient à toute attaque nucléaire nord-coréenne avec des armes atomiques.

Washington et Séoul ont ainsi convenu dans une déclaration adoptée mercredi de renforcer considérablement leur coopération en matière de défense y compris nucléaire par le biais de «consultations» plus étroites:

«Nos deux pays se sont mis d'accord pour lancer des consultations bilatérales immédiates en cas d'attaque nucléaire nord-coréenne et promis d'y répondre promptement et de façon décisive en employant toute la force de notre alliance, y compris les armes nucléaires des Etats-Unis»

Parapluie sécuritaire

Il s'agit ainsi pour le gouvernement américain de renforcer son parapluie sécuritaire et de rassurer son allié, la Corée du Nord ayant procédé cette année à un niveau record de tirs de missiles balistiques. Le message s'adresse aussi à la Chine que Washington juge comme étant son principal défi stratégique des prochaines décennies.

Il intervient alors que les Etats-Unis ont récemment renforcé de façon significative leurs relations de défense avec l'Australie, le Japon et les Philippines.

Le dirigeant sud-coréen effectue une visite d'Etat de six jours aux Etats-Unis. Il s'agit seulement de la deuxième visite d'Etat d'un dirigeant étranger sous la présidence de Joe Biden, après celle du président français Emmanuel Macron en décembre dernier.

Sous-marin nucléaire

Parmi les mesures décidées dans le cadre de cette «Déclaration de Washington» figure l'escale d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins en Corée du Sud pour la première fois depuis quatre décennies. Le déploiement de ce sous-marin équipé de missiles balistiques à tête nucléaire doit cependant rester «occasionnel».

Par ailleurs, la déclaration met en place un mécanisme de consultation et d'échange d'informations avec Séoul sur la dissuasion nucléaire.

«Les Etats-Unis n'ont pas pris de telles mesures, vraiment, depuis le temps de la Guerre froide avec une poignée de nos plus proches alliés en Europe»
Un responsable, sous couvert d'anonymat

Pour autant, les Etats-Unis n'ont aucunement l'intention de déployer durablement des armes nucléaires en Corée du Sud et Séoul réaffirme son engagement à ne pas chercher à se doter de son propre arsenal.

Plus «visible»

Pour le gouvernement des Etats-Unis, il s'agit de rendre «notre dispositif de dissuasion plus visible à travers le déploiement à intervalles réguliers de moyens stratégiques», a dit le responsable:

«Outre les sous-marins, il y aura une cadence régulière de visites de bombardiers et de porte-avions. Mais il n'y aura pas de déploiement permanent de ces moyens ni d'armes nucléaires.»

Les autorités américaines en avaient averti la Chine au préalable afin de leur expliquer «le raisonnement» derrière ces mesures, alors que Pékin risque fort de dénoncer une nouvelle escalade dans la région.

Le président Yoon doit s'adresser jeudi aux deux chambres du Congrès et participer à un déjeuner avec la vice-présidente Kamala Harris et le secrétaire d'Etat Antony Blinken. Vendredi, il se rendra à Boston pour visiter les prestigieuses universités du MIT et de Harvard, avant de rentrer dans son pays samedi. (ats/jch)

La machine qui fabrique des millions de chalets suisses
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Inondations: Dubaï a-t-elle joué avec la météo?
Les Emirats arabes unis ont connu des pluies record et des inondations majeures. La cause d'un tel déluge reste un mystère et suscite de nombreuses spéculations: Dubaï est en effet connu pour ses tentatives de manipulation de la météo.

Cela faisait longtemps que Dubaï n'avait pas connu une telle pluie. En l'espace de 24 heures, il est tombé mardi autant de précipitations que d'habitude en deux ans: 254 millimètres (contre environ 120 par an). Rapidement, les experts et autres observateurs se sont disputés sur la cause. Certains ont suggéré que les Emirats eux-mêmes y étaient pour quelque chose: ils auraient artificiellement fait pleuvoir. D'autres contestent cette hypothèse.

L’article