International
Etats-Unis

Attentats du 11-Septembre: Biden prône l'unité nationale

22 ans après le 11-Septembre, Joe Biden appelle à l'unité nationale

Joe Biden s'est exprimé à l'occasion du 22e anniversaire des attentats djihadistes du 11 septembre.
Joe Biden s'est exprimé à l'occasion du 22e anniversaire des attentats djihadistes du 11 septembre.Keystone
A l'occasion du 22e anniversaire des attentats du 11-Septembre, le président américain a lancé lundi un appel à «l'unité nationale», dans un pays politiquement à couteaux tirés.
12.09.2023, 05:2412.09.2023, 17:17
Plus de «International»

Le locataire de la Maison Blanche a honoré la mémoire des près de 3000 morts dans les attaques des commandos d'Al-Qaïda, qui avaient précipité en ce funeste 11 septembre 2001 quatre avions sur New York, le Pentagone près de Washington, et en Pennsylvanie. Les attentats les plus meurtriers de l'Histoire ont fait au total 2977 morts (dont 2753 au World Trade Cender) et près de 6300 blessés, selon un bilan officiel. Deux nouvelles victimes ont été identifiées vendredi dernier.

Une femme et un homme tués dans les tours jumelles ont pu être identifiés grâce à l'ADN, a annoncé vendredi la médecine légale de New York, ce qui porte à 1649 le nombre de personnes identifiées mortes dans les tours. En outre, des milliers d'autres sont mortes de maladie des années après, certains de cancers provoqués par les fumées toxiques de l'effondrement des tours jumelles.

Joe Biden a prononcé son discours sur une base en Alaska, devant un immense drapeau américain.
Joe Biden a prononcé son discours sur une base en Alaska, devant un immense drapeau américain.getty
«Nous ne devons jamais perdre notre sens de l'unité nationale, faisons-en la cause commune de notre époque»
Joe Biden.

De retour d'une tournée en Inde et au Vietnam, l'actuel président américain a prononcé un discours devant un immense drapeau américain, lors d'une escale sur une base militaire en Alaska. Il a martelé que «le terrorisme, y compris la violence politique et idéologique, est à l'opposé de tout ce qui fait de nous une nation».

Silence et chants de sirènes

A New York, le dirigeant démocrate âgé de 80 ans était représenté par sa vice-présidente Kamala Harris, aux côtés de l'actuel et d'anciens maires de la mégapole, au milieu de la foule près de l'imposant musée-mémorial sur la pointe sud de Manhattan. Ils ont observé plusieurs minutes de silence, marquant les moments précis où quatre avions piratés par des commandos islamistes s'étaient écrasés, et où les deux tours du World Trade Center (WTC) s'étaient effondrées dans un déluge d'acier et de poussière.

Comme chaque année, les noms des 2753 personnes mortes dans les tours jumelles ont été lus toute la matinée par des membres de leurs familles, dont des jeunes, qui n'étaient pas nés il y a 22 ans.

Au Pentagone, à quelques encablures de la capitale fédérale Washington, où des pirates avaient précipité un avion de ligne sur une partie du bâtiment du ministère de la Défense, la marine a fait retentir une sirène pour honorer les 184 personnes tuées. De même en Pennsylvanie, des sirènes ont sonné pour le crash d'un quatrième avion qui a tué 40 passagers et membres d'équipage.

«Le 11 septembre a fait de l'Amérique une nation en guerre et des centaines de milliers de personnes se sont mobilisées pour servir en uniforme notre pays», a lancé de son côté le ministre de la Défense Lloyd Austin, en allusion aux guerres d'Afghanistan et d'Irak lancées en octobre 2001 et mars 2003 par le président d'alors, George W. Bush. (ats/jch/mbr)

Pourquoi se souvient-on de ce qu'on faisait le 11 septembre 2001?
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Speech de Joe Biden: vexé et fragile, il ne digère pas sa mise à mort
Pendant 11 minutes, le verbe sombre, le geste frêle et le prompteur visible en arrière-plan, l'ex-candidat et le président Biden se sont tiré la bourre, cette nuit, pour évoquer le choc de son abandon et la carrière d'un «enfant bègue de milieu modeste». Une allocution ambigüe, touchante, historique.

On l'a prié de tirer la prise, il a fini par s'exécuter. Si le contexte dans lequel Joe Biden a annoncé son retrait de la campagne présidentielle, dimanche soir, ne laissait que peu de doutes quant à son véritable consentement, le discours prononcé cette nuit confirme la présence d'une méchante boule dans la gorge. Humilié par la violente fronde déployée par son propre parti, l'homme de 81 ans ne digère pas sa mise à mort.

L’article