DE | FR
Virginia Thomas, l'épouse du juge Clarence Thomas, met son mari dans l'embarras et la Cour suprême dans le déshonneur.
Virginia Thomas, l'épouse du juge Clarence Thomas, met son mari dans l'embarras et la Cour suprême dans le déshonneur.image: keystone

La femme d'un juge à la Cour suprême est fan de Trump et c'est un problème

Il n'y a pas de conflit d'intérêts entre le juge Clarence Thomas, membre conservateur de la Cour suprême américaine, et l'activisme flagrant de sa femme, Virginia «Ginni» Thomas. Et c'est bien ça le problème.
30.03.2022, 06:1330.03.2022, 09:20
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Suivez-moi

«Don't ask, don't tell» était la formule par laquelle l'armée américaine acceptait tacitement les soldats homosexuels (réd: «Ne demandez pas, ne dites rien»). Aujourd'hui, la question se pose à nouveau aux Etats-Unis: est-ce que cette formule pourrait également s'appliquer à un membre de la Cour suprême? Toute l'histoire en 6 points👇

Un membre controversé

Membre de la Cour suprême depuis 1991, Clarence Thomas, catholique et extrêmement conservateur, a été accusé de harcèlement sexuel par une ancienne collègue.

A l'époque, l'avocate Anita Hill avait déclaré que celui-ci l'avait harcelée sexuellement lorsqu'il était président de la Commission pour l'égalité des chances en matière d'emploi et qu'elle y travaillait en tant que conseillère.

Dans quelle mesure sa femme l'a-t-elle influencé ?
Dans quelle mesure sa femme l'a-t-elle influencé ?Bild: keystone

Des documents liés à l'assaut du capitole

Donald Trump voulait à tout prix empêcher que les archives de la Maison Blanche ne publient des documents relatifs à la «Tempête du Capitol». Il a poursuivi son action en justice jusqu'à ce que la Cour suprême soit appelée à trancher.

En janvier 2022, la Cour suprême a rejeté la tentative de l'ancien président Donald Trump de bloquer la communication de certains documents présidentiels à la commission d'enquête. Seul Clarence Thomas a voté contre, montrant ainsi son approbation pour cette tentative.

Dans un premier temps, cela n'a pas vraiment attiré l'attention, car les convictions de Clarence Thomas étaient connues de tous. Mais aujourd'hui, Bob Woodward et Robert Costa ont révélé dans le Washington Post les messages explosifs que la femme de Thomas aurait envoyés à Mark Meadows, l'ancien chef de cabinet de Trump.

Des messages explosifs

Virginia «Ginni» Thomas est une figure connue des milieux de droite. Depuis des décennies, elle fait du lobbying pour des causes conservatrices et collecte des fonds en leur faveur. Si elle a bien participé au rassemblement du 6 janvier 2020, elle a insisté sur le fait qu'elle n'avait joué «aucun rôle avec ceux qui planifiaient et dirigeaient les événements du 6 janvier.»

Quelques jours plus tard, elle aurait envoyé toute une série de messages explosifs à Mark Meadows, l'ancien chef du cabinet de Donald Trump.

Elle aurait, entre autre, parlé des Biden comme une «famille de criminels» qui devrait être envoyée à Guantanamo. Elle aurait également répété les mensonges de Trump sur la falsification des élections et la théorie du complot de QAnon, selon laquelle les vrais bulletins de vote auraient été protégés par des filigranes.

Mark Meadows, ancien chef de cabinet de Donald Trump.
Mark Meadows, ancien chef de cabinet de Donald Trump.Bild: keystone

Elle aurait également explicitement demandé au chef de cabinet de tout faire pour que Trump reste à la Maison Blanche, en parlant sur un ton apocalyptique du destin des Etats-Unis:

«Nous vivons ce qui ressemble à la fin de l'Amérique»

Le tout aurait culminé dans une déclaration dramatique: «Biden et la gauche sont sur le point de réaliser le plus grand hold-up de notre histoire.»

Une remise en question de l'intégrité du juge

Les messages de Virginia «Ginni» Thomas ont d'abord été envoyés par Mark Meadows au comité chargé de faire la lumière sur les événements du 6 janvier.

Aujourd'hui, le Washington Post les a rendus publics, remettant ainsi en question l'intégrité du juge Clarence Thomas: Dans quelle mesure s'est-il laissé influencer par sa femme? Doit-il, à l'avenir, se récuser lors de jugements concernant Trump? Doit-il même démissionner?

Le couple Thomas jure certes qu'il n'y a aucune discussion entre eux lorsqu'il s'agit de questions relatives à la Cour suprême. Mais personne n'y croit vraiment. Des juristes éminents déclarent donc que Clarence Thomas doit au moins se récuser à l'avenir lorsqu'il s'agit de Trump et de ses intérêts.

Selon les experts, il devrait s'abstenir de participer aux décisions concernant la prise du capitole. C'est en tout cas ce que Stephen Millers, professeur de droit à l'université de New York soutient. Pour lui, «Ginni a franchi une ligne rouge» a-t-il déclaré au New Yorker. Pendant ce temps, dans le New York Times, Jesse Wegman demande déjà la démission de Thomas.

«A l'avenir, Clarence Thomas ne doit plus participer aux décisions concernant la prise du Capitole ou le travail de la commission du 6 janvie»
Stephen Millers, professeur de droit à l'université de New York.

Ni Thomas ni sa femme ne se sont encore exprimés sur ce fait. Le juge, âgé de 74 ans, se remet actuellement d'une maladie qui ne serait, toutefois, pas mortelle.

Une politisation de la Cour suprême qui pose problème

L'affaire de «Ginni Thomas» témoigne de la politisation de la plus haute cour des Etats-Unis. Si cette instance devrait travailler de manière strictement non partisane, ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Une politisation qui a commencé avec Robert Borke. Ce juge extrêmement conservateur, nommé par le président de l'époque Ronald Reagan, s'est vu refuser en 1987 l'accès à la Cour suprême par une majorité de démocrates.

Il s'est vengé en devenant le père spirituel de la «federal society» un club de juristes conservateurs. Aujourd'hui, la «federal society» a une grande influence sur le choix des juges proposés par les républicains.

Mais c'est Mitch McConnell qui a déclenché la véritable bataille. En tant que chef de la majorité au Sénat, il a empêché la nomination de Merrick Garland, proposé par Barack Obama. Garland est, depuis, devenu ministre de la Justice.

Plus tard, dans les dernières semaines de l'ère Trump, McConnell a fait passer Amy Coney Barrett à la vitesse de l'éclair, aidant ainsi les républicains à obtenir une majorité de six contre trois.

L'appel de Ketanji Brown Jackson est actuellement en cours d'examen au Sénat. Bien que les compétences de cette juge noire soient au-dessus de tout soupçon, les républicains ont transformé la procédure d'audition en une comédie de pacotille et ont attribué à Jackson une prétendue clémence envers la pornographie enfantine.

Une réforme d'urgence?

Contrairement aux hommes politiques, les membres de la Cour suprême ont longtemps joui d'un grand respect au sein de la population américaine. La politisation croissante a presque entièrement détruit ce respect. La Cour suprême est devenue, comme presque tout aux Etats-Unis, le jouet des partis - et l'on se rend de plus en plus compte qu'une réforme fondamentale est devenue urgente.

29 photos de mannequins beaucoup trop creepy

1 / 32
29 photos de mannequins beaucoup trop creepy
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Will Smith en pleurs en recevant son Oscar

Plus d'articles sur le drame de Montreux

Drame de Montreux: le profil des deux femmes se précise

Link zum Artikel

Drame de Montreux: «Nous n'avons jamais eu le moindre signalement sur cette famille»

Link zum Artikel

Drame de Montreux: «Je me suis levé, j'ai bu un café, j'ai vu les corps»

Link zum Artikel

Drame de Montreux: «Les gendarmes ont frappé pendant une demi-heure»

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
En France, le suspens règne encore sur l'identité du nouveau premier ministre
Alors que le premier ministre Jean Castex a déjà bouclé ses valises, on ignore encore qui prendra sa place à Matignon. Fidèle à son habitude, Emmanuel Macron nous fait languir.

Alors qu'il affirme déjà connaître le nom de son prochain premier ministre, le président fraîchement élu n'en finit pas d'attendre pour le dévoiler – une «tactique», selon franceinfo qui est allé prendre la température auprès de son entourage. Si certains estiment que Macron tente de «décaler le bénéfice de la victoire», ou de s'éviter un scandale en nommant quelqu'un trop vite, d'autres pensent qu'attendre le dernier moment lui permettra aussi d'élargir son vivier de recrutement.

L’article