DE | FR
Mémorial en hommage à Ahmaud Arbery, le 23 février 2021.
Mémorial en hommage à Ahmaud Arbery, le 23 février 2021.lImage: keystone

Procès historique des tueurs d'Ahmaud Arbery: Quels sont les enjeux?

Les trois meurtriers présumés d'Ahmaud Arbery sont sur le point d'être jugés, ce lundi 18 octobre, dans l'Etat de Géorgie. La mort de cet Afro-américain, abattu pendant son jogging, avait choqué le monde entier.
18.10.2021, 15:3519.10.2021, 18:21
Suivez-moi

Ce lundi, trois hommes vont devoir répondre d'un crime qui avait scandalisé l'opinion publique: le meurtre d'un jeune Noir de 25 ans, Ahmaud Arbery, froidement exécuté par des Blancs alors qu'il était en train de courir, en février 2020.

Les faits

Vous vous souvenez peut-être de cette vidéo qui avait fait le tour du monde. On y voit une silhouette encapuchonnée, courant sur le bord de la route, interpellée brutalement par deux hommes blancs dans un pick-up. L'un d'eux est armé d'un fusil de chasse.

Sur la vidéo, on ne voit pas beaucoup plus de détails sur l'altercation. Quelques instants plus tard, le jeune homme, Ahmaud Arbery, est abattu par trois balles tirées à bout portant.

Les accusés

Aujourd'hui, trois hommes comparaissent pour ce meurtre:

  • Gregory McMichael, 65 ans.
  • Travis McMichael, son fils, 35 ans.
  • William Bryan, l'un de leur voisins, 52 ans.
De gauche à droite: Travis McMichael, Gregory McMichael et William "Roddie" Bryan.
De gauche à droite: Travis McMichael, Gregory McMichael et William "Roddie" Bryan.

Gregory et Travis McMichael sont accusés d'avoir poursuivi Ahmaud Arbery, tandis que William Bryan les suivait en filmant la scène avec son portable, raconte USA Today. Travis aurait ensuite tiré sur le jeune homme avec son fusil de chasse. Tous trois nient le meurtre.

Leur version? Ils soupçonnaient le joggeur d'être un cambrioleur et auraient agi en état de légitime défense.

La victime

L'affaire a bien failli passer inaperçue. Durant les deux mois qui suivent le meurtre, les suspects continuent à se balader librement, sans être interpellés.

Jusqu'à ce que la vidéo soit diffusée sur le web et devienne virale en mai 2020. Elle provoque alors un véritable tollé aux Etats-Unis et dans le monde. Le bureau d'enquête reprend l'affaire en main, et les McMichael sont arrêtées dans la foulée.

Pour Lee Merritt, un des avocats de la famille d'Arbery, ce délai ahurissant de plusieurs semaines, avant d'arrêter des personnes accusées de meurtre, prouve la disparité raciale du système judiciaire.

«Cette affaire montre clairement que tous les citoyens noirs du sud de la Géorgie ne bénéficient pas de la même protection, car si vous tirez sur quelqu'un dans la rue en plein jour, juste en général, vous vous attendez au moins à une arrestation. Il n'y a eu aucune arrestation».
Lee Merritt, avocat de la famille d'Arbery

Les défis du procès

Dans les prochains jours, une douzaine de jurés de la petite ville côtière de Brunswick, en Géorgie, seront appelés à juger les actions des trois suspects (c'est par là 👇).

Un procès qui s'annonce déjà très compliqué. Former un jury impartiel au sein de cette petite communauté où tout le monde se connait constitue déjà un défi. Suspects et victime vivaient à moins de trois kilomètres les uns des autres.

Autre défi? La vidéo, qui sera au coeur du procès, selon le New York Times. Filmée par William Bryan, persuadé de pouvoir l’utiliser pour se disculper, elle pourrait finalement mener à sa condamnation.

Seul problème: même si les images semblent accablantes, il manque plusieurs moments-clés. Bien que la vidéo soit très «préjudiciable» à la défense, ces lacunes «permettront à chaque partie de présenter son propre récit» de la confrontation. Cité par USA Today, Ronald Carlson, professeur de droit à l'université de Géorgie, ajoute:

«Les procureurs se retrouvent sans témoin direct (...), sans la possibilité de répondre avec des preuves directes de ce qui se passait au moment de ces écarts.»
Ronald Carlson

Le procès s'étirera durant au moins deux semaines, rapporte le Guardian.

Le contexte

La question raciale sera l'enjeu majeur du procès. Les accusés nient toute incitation raciste, contrairement à ce qu'affirme la famille de la victime. Leurs avocats, Lee Merritt et Benjamin Crump, ont évoqué à ABC News un «lynchage moderne».

Une chose est sûre: la mort d'Ahmaud Arbery fait déjà partie des affaires emblématiques du mouvement «Black Lives Matter», parmi lesquelles on compte notamment:

  • Le meurtre de George Floyd par un policier blanc à Minneapolis, dans le Minnesota, le 25 mai 2020.
  • La mort de Breonna Taylor lors d'une descente de police à son domicile à Louisville, dans le Kentucky, le 13 mars 2020.

La Géorgie est encore très marquée par son passé ségrégationniste. Au moment de l'affaire Arbery, elle faisait partie des cinq derniers états des Etats-Unis à ne posséder aucun dispositif légal pour prendre en compte les mobiles racistes.

Pendant ce temps, à New York... des chiens dans le métro.

1 / 14
Les chiens dans le métro de New York
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

C'est quoi un homme déconstruit? On vous explique tout en vidéo.

Pour d'autres articles sur Black Lives Matter, c'est ici!

22,5 ans de prison pour Derek Chauvin, le meurtrier de George Floyd

Link zum Artikel

La femme qui a filmé le meurtre de George Floyd récompensée par un Pulitzer

Link zum Artikel

Un an après la mort de George Floyd, les tirs continuent

Link zum Artikel

Homicide involontaire pour la policière de Minneapolis

Link zum Artikel

Une militante de Black Lives Matter blessée par balle à Londres

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
La Chine a «inventé» un biologiste suisse et ça fait réagir Facebook
Le groupe Meta a supprimé des centaines de comptes Facebook liés à Wilson Edwards, un biologiste bernois inventé de toutes pièces pour mener une campagne de propagande en Chine.

C'est une histoire très particulière qui avait fait surface ce mois d'août: un dénommé Wilson Edwards, prétendu biologiste suisse, affirmait sur Facebook que les Etats-Unis faisaient pression sur les travaux de l’OMS sur l’origine du virus. Ses propos avaient été repris par les médias d'Etat chinois, ce qui avait poussé l'ambassade suisse à Pékin à réagir: elle avait découvert que cette personne n'existait pas.

L’article