International
Etats-Unis

«Du semi-fascisme»: Joe Biden critique les Républicains extrêmes

«C'est du semi-fascisme»: Joe Biden très virulent avec ses adversaires républicains

epa10139132 US President Joe Biden participates in a rally for the Democratic National Committee at Richard Montgomery High School, in Rockville, Maryland, USA, 25 August 2022. EPA/Yuri Gripas / POOL
Le président américain Joe Biden lors d'un rallye pour le parti démocrate dans le Maryland, le 25 août 2022.Image: sda
Requinqué par des sondages en hausse, le président Joe Biden a appelé jeudi les Américains à voter en masse pour «sauver la démocratie» et faire barrage au «semi-fascisme» des républicains les plus radicaux.
26.08.2022, 07:3826.08.2022, 08:03
Plus de «International»

«Semi-fascisme»: les mots ont été lâchés lors d'un événement dans une résidence privée cossue de Washington, destiné à lever des fonds, par le président américain de 79 ans. Lequel a durement critiqué la frange la plus extrême du camp conservateur et sa «philosophie MAGA extrême».

L'acronyme MAGA fait référence au slogan emblématique de l'ancien président Donald Trump, «Make America Great Again».

«Ce à quoi nous assistons aujourd'hui, c'est soit à la naissance, soit au glas d'une philosophie MAGA extrême. Ce n'est pas seulement Trump, c'est toute une philosophie [...] C'est comme du semi-fascisme», a déclaré Joe Biden.

Plus tard, s'adressant à un rassemblement de campagne du parti démocrate non loin de là, il a lancé:

«Vous devez voter pour littéralement sauver à nouveau la démocratie»

Sondages plus favorables

En tout cas, les voyants sont au vert pour le président américain démocrate... ou plutôt, au bleu. En effet, on est loin de la «vague rouge» (la couleur du parti conservateur) envisagée au début de l'été, lorsque la forte inflation semblait réduire à néant les chances du président et de son parti.

Désormais, même si les enquêtes d'opinion sont toujours à prendre avec des pincettes, la tendance qui se dégage depuis un mois environ en faveur du camp démocrate semble franche. Par exemple, selon le site FiveThirtyEight, spécialiste des sondages de toutes sortes, les électeurs désireux d'une victoire démocrate aux élections de mi-mandat étaient même un tout petit peu plus nombreux (44%) que ceux espérant un succès des républicains (43,6%), le 24 août. Une rareté: normalement, le parti du président perd ces élections qui renouvellent tous les sièges de la chambre des représentants et 35 des 100 sièges du Sénat.

La victoire mardi d'un démocrate dans un district très disputé de l'Etat de New York a été vue comme un indice supplémentaire du retournement de tendance.

Facteur le plus important dans ce nouvel élan? La fin du droit constitutionnel à l'avortement, décidée à la fin juin par une cour suprême très conservatrice façonnée par Donald Trump. Alors qu'une majorité des Américains est favorable au droit à l'IVG, les démocrates sont décidés à faire de cette question un enjeu central du scrutin. (mbr/ats)

Joe Biden galère à enfiler sa veste: la vidéo gênante
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un général de l'Otan dégomme l'UDC Roger Köppel
Lorsque Roger Köppel (UDC) parle de la guerre en Ukraine, le résultat choque Erhard Bühler, ancien général de l'Otan. Ce dernier n'a donc pas manqué de pointer les erreurs dans les propos de l'UDC.

Erhard Bühler reste fidèle à lui-même. Semaine après semaine, l'ancien général de l'Otan démonte la propagande et la désinformation qui circulent dans les médias.

L’article