DE | FR

La fusillade ou la chaise pour les condamnés à mort en Caroline du Sud

FILE -  This March 2019, file photo, provided by the South Carolina Department of Corrections shows the state's electric chair in Columbia, S.C. South Carolina Gov. Henry McMaster signed into law last week a bill that would essentially restart the state's stalled death penalty after a lack of lethal injection drugs has delayed several executions. The new law would let condemned inmates choose between the electric chair or a newly formed firing squad. (Kinard Lisbon/South Carolina Department of Corrections via AP, File)

Image: sda

La peine de mort va être appliquée en Caroline du Sud, après dix ans d'absence. Les condamnés peuvent choisir entre se faire fusiller ou se faire électrocuter sur une chaise électrique.



Après une pause de dix ans, le peloton d'exécution (la peine de mort) a été instauré en Caroline du Sud pour appliquer la peine capitale, a annoncé lundi le gouverneur de cet Etat du sud des Etats-Unis. Les condamnés à mort peuvent cependant choisir la chaise électrique.

«Ce week-end, j'ai ratifié une loi qui va permettre à l'Etat d'appliquer la peine de mort. Les familles et les proches des victimes sont en droit de faire leur deuil et d'obtenir justice grâce à la loi. Maintenant, nous pouvons le faire», a expliqué le gouverneur républicain Henry McMaster sur Twitter:

La raison

L'élément déclencheur de cette nouvelle loi: une pénurie de substances utilisées dans les injections létales. La loi, signée vendredi, fait de la chaise électrique le premier choix d'un condamné à mort à la place de l'injection létale et autorise la formation d'un peloton d'exécution, qui devient la seconde option.

L'exécution par injection redeviendra l'option prioritaire quand les substances nécessaires seront à nouveau disponibles, selon le texte. Jusqu'ici, un condamné à mort devait choisir entre la chaise électrique et l'injection, cette dernière option étant automatique s'il refusait de choisir.

Les ONG choquées

L'organisation d'aide aux prisonniers Incarcerated Outreach Network, basée en Caroline du Sud, a dénoncé sur Twitter une décision «effroyable, choquante et abominable»:

Pour le représentant local de la grande organisation de défense des droits civiques ACLU, l'Etat a «trouvé un nouveau moyen de redémarrer les exécutions au sein d'un système raciste, arbitraire et sujet aux erreurs».

Pas le seul Etat à autoriser la peine capitale

La Caroline du Sud est le quatrième Etat américain à autoriser l'application de la peine capitale par un peloton d'exécution, avec le Mississippi, l'Oklahoma et l'Utah, selon le centre d'information sur la peine de mort. Seuls trois condamnés sont morts devant un peloton d'exécution, tous dans l'Utah, depuis le rétablissement de la peine capitale par la cour suprême en 1976. (ats)

Le peuple brésilien révolté face au racisme, en images

1 / 12
Le peuple brésilien révolté face au racisme, en images
source: sda / eraldo peres
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Ces gens passent une plus mauvaise journée que vous

Plus d'articles «Actu»

L’ultimatum d’Extinction Rebellion: la vérité ou Zurich sombre dans le chaos

Link zum Artikel

Le mariage pour tous, version helvétique, c'est quoi et pour qui?

Link zum Artikel

Viola Amherd pourrait choisir le F-35 comme nouvel avion de l'Armée suisse

Link zum Artikel

Les Philippins menacés de prison s'ils ne se vaccinent pas

Link zum Artikel

Des prisonniers vont sortir de Guantanamo

Trois des 40 prisonniers encore détenus sur la base militaire américaine de Guantanamo ont vu leur libération approuvée par une commission de la Maison-Blanche.

Parmi les trois détenus figure le Pakistanais Saifullah Paracha qui, à 73 ans, est le plus vieux prisonnier actuel de Guantanamo. Il était en prison depuis 2003, après la mise en détention par les États-Unis de centaines de suspects dans le sillage des attaques du 11 septembre 2001.

Les deux autres prisonniers sont Abdul Rabbani, 54 ans, également de nationalité pakistanaise, et Uthman Abdul al-Rahim Uthman, 40 ans et originaire du Yémen.

Selon elle, leur libération n'interviendra pas avant 30 …

Lire l’article
Link zum Artikel