DE | FR

Le «Make America great again», à la sauce Joe Biden ça donne quoi?

President Joe Biden delivers a speech on infrastructure spending at Carpenters Pittsburgh Training Center, Wednesday, March 31, 2021, in Pittsburgh. (AP Photo/Evan Vucci)
Joe Biden

Image: sda

Le président américain Joe Biden, a proposé, mercredi, au Congrès, d'investir 2000 milliards de dollars dans des infrastructures qui pourraient créer des millions d'emplois.



2000 milliards de dollars (l'équivalent en francs suisses) d'investissement dans les infrastructures, c'est la proposition que Joe Biden a faite devant le Congrès américain. L'objectif affiché du président des Etats-Unis est de créer des millions d'emplois, de tenir tête à la Chine et de lutter contre le changement climatique.

«C'est ambitieux! C'est audacieux! Et nous pouvons le faire!»

Le président américain, Joe Biden

Le mégaprojet du locataire actuel de la Maison-Blanche pourrait rappeler celui de Donald Trump, son prédécesseur, intitulé «Make America great again» («rendre sa grandeur à l'Amérique»), mais en utilisant une autre méthode, que voici.

Un plan en trois phases

  1. Réaliser des investissements qui seraient étalés sur huit ans et financés par une hausse de l'impôt sur les sociétés.
  2. Moderniser plus de 32 000 kilomètres de routes et autoroutes, et de réparer quelque 10 000 ponts, tout en les rendant plus résistants au changement climatique.
  3. Augmenter le nombre de voitures électriques, avec le passage à l'électrique des célèbres bus jaunes de ramassage scolaire.

Les premières réactions

Ce vaste plan n'est que le point de départ d'une grande bataille au Congrès, dont l'issue est incertaine. La majorité démocrate y est en effet étroite et les tractations s'annoncent redoutables. Plusieurs personnalités et institutions ont déjà réagi, avec des inquiétudes autant du côté des Démocrates que de celui des Républicains:

Un bénéfice pour la Suisse?

Pour la faîtière des entreprises helvétiques, Economiesuisse, un tel projet aurait un impact positif sur les sociétés suisses. Il se traduirait non seulement par une croissance de la demande pour les produits helvétiques, mais aurait également d'importants effets indirects.

«Les entreprises américaines seront bien entendu les premières sur la liste, mais les sociétés suisses pourraient être leurs sous-traitants»

John Plassard, Directeur-adjoint banque mirabaud

(ats/jch)

Plus d'articles «Actu»

Un parc éolien va pouvoir pousser en terres vaudoises, une première

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile dès cet été

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel

Les 6 questions posées par le duel Rochebin/Le Temps

Link zum Artikel

Au Capitole, les émeutiers «étaient prêts pour la guerre»

Le 6 janvier, lors de l'assaut du Capitole de Washington, la sécurité a été déficiente pour contrer «des criminels prêts pour la guerre», ont admis, mardi, de hauts responsables. L'enquête avance.

Ils n’étaient pas préparés face à «des criminels prêts pour la guerre». Devant une commission du Sénat, mardi, trois ex-responsables de la sécurité du Capitole ont assuré que les services de renseignement avaient sous-estimé la menace des supporteurs de Donald Trump, le 6 janvier. Au cours d’une audition de près de quatre heures, ils se sont également rejeté la responsabilité du retard du déploiement de la garde nationale.

Un rapport du Pentagone daté de trois jours avant l’assaut du Capitole …

Lire l’article
Link zum Artikel