DE | FR

La Californie veut une loi pour des rayons de jouets «non genrés»

epa02697758 (FILES) A picture made available on 28 August 2008 shows (L) a Bratz doll franchise produced by children's toys manufacturer MGA Entertainment and (R) a Barbie doll marketed by competitor Mattel Inc. Barbie's owner has lost the latest round in a near-decade-long court battle over who owns the rights to her biggest rival, the Bratz doll. A Santa Ana, California federal court on 21 April 2011 ruled that Barbie manufacturer Mattel owns neither the sketches nor the idea behind Bratz, the blockbuster multi-ethnic doll with attitude. EPA/CARL ROBBINS UK & IRELAND OUT

Image: EPA

La loi devrait s'appliquer à tous les magasins californiens employant plus de 500 salariés. Les contrevenants s'exposeraient à des amendes.



Le sénat de Californie a adopté, mercredi, une proposition de loi qui obligerait les grands magasins de cet Etat de l'ouest des Etats-Unis à créer des rayons jouets «neutres», sans référence explicite à un public de garçons ou filles.

«Nous devons arrêter de stigmatiser les enfants et de les mettre dans des cases en leur disant ce qu'ils devraient aimer en vertu de stéréotypes de genre d'un autre âge»

Evan Low, l'élu à l'origine de la proposition de loi.

Le texte, qui doit encore être voté par la Chambre des représentants californienne avant d'être soumis au gouverneur Gavin Newsom, n'interdira pas l'existence de sections dédiées aux filles ou aux garçons mais prévoit la création de rayons où camions de pompiers et poupées-princesses pourront cohabiter sans être assignés à un genre en particulier.

L'histoire à l'origine de l'idée de cette loi

Des espaces pour enfants «non genrés» depuis 2015

Les partisans de cette loi relèvent que les produits destinés aux petites filles sont souvent plus chers que ceux destinés aux garçons même si les produits sont identiques. Les adversaires de la mesure invoquent, quant à eux, la liberté des commerces de choisir comment présenter leurs produits et l'éventuel désarroi de parents confrontés à des marchandises qui ne seraient pas clairement étiquetées pour un genre ou un autre.

De nombreux fabricants de jouets ont déjà pris des mesures pour produire des jouets «non genrés» et la grande chaîne américaine de magasins Target a décidé en 2015 de créer des espaces non-genrés pour les enfants et les articles pour la maison. (ats/jch)

En parlant de supermarché: Copin comme cochon: «Marketplace c'est le Disneyland des casse-couilles»

Plus d'articles Actu

Un géant de l'immobilier vacille en Chine et les marchés mondiaux chutent

Link zum Artikel

La rentrée universitaire a commencé! Fâchés, des étudiants résistent

Link zum Artikel

«Un jour, ces molosses vont tuer quelqu'un du village»

Link zum Artikel

Vous planifiez vos vacances d'automne? Ce que vous devez savoir

Link zum Artikel

Le jour où Lionel Messi a refusé de laisser sa place

Link zum Artikel

Entrer en Suisse devient plus compliqué, 15 choses à savoir à ce propos

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Benjamin s'interroge

Comment occuper les enfants pendant l'été?

En été, les enfants ont trop de vacances. Pas «trop» dans l'absolu, mais trop par rapport aux parents. Alors que faire de tous ces mômes pendant tout ce temps?

Tous les enfants de Suisse sont désormais en vacances. Il ne manquait que les Zurichois, qui avaient encore des cours jusqu'à vendredi (Pouah les NULS!). Mais ce n'est pas le cas de tous les parents. Et «il faut bien que quelqu'un bosse pour te le payer, ce jouet qui t'amusera sans te conditionner et te cloisonner dans un cliché de genre, Alix.»

En Suisse romande, les écoles sont plutôt généreuses puisqu'elles offrent entre six et huit semaines de vacances estivales, selon les cantons. Ce qui …

Lire l’article
Link zum Artikel