DE | FR
Bild

Le président américain a été critiqué autant par des personnalités politiques que par des médias généralistes. Image: sda

Joe Biden taclé de toutes parts pour la débâcle en Afghanistan

Le président américain est sous le feu des critiques après avoir évacué ses diplomates d'Afghanistan en urgence. Donald Trump l'accuse notamment d'avoir précipité la crise.



Alors que les Etats-Unis évacuent en catastrophe leurs ressortissants d'Afghanistan, en envoyant des milliers de soldats à Kaboul, Joe Biden fait face à de vives critiques. Il est accusé d'être à l'origine de la situation de chaos dans le pays.

Critiques des Républicains

Donald Trump, qui avait lancé le retrait lors de son mandat, accuse le démocrate d'avoir précipité la crise en «bâclant» cette opération. «Si j’étais président actuellement, le monde saurait que notre retrait d’Afghanistan était soumis à des conditions», a-t-il déclaré.

Le gouvernement Biden a «livré, comme c'était prévisible, un pays entier aux terroristes», a tonné de son côté le chef des républicains à la Chambre des représentants Kevin McCarthy. Il a toutefois reconnu à demi-mot que le retrait avait été lancé d'abord par Donald Trump, après vingt ans de guerre.

Les médias pas tendres non plus

Les critiques pleuvent aussi du côté de médias généralistes, d'ordinaire plus bienveillants avec Joe Biden. «La probabilité que les talibans prennent complètement le contrôle et dirigent le pays en entier est très improbable»: sur CNN, les images de cette déclaration présidentielle, datant du début juillet, tournent en boucle.

«Les vies afghanes détruites ou perdues resteront inscrites dans l'héritage»

Edito du Washington Post

«Les vies afghanes détruites ou perdues resteront inscrites dans l'héritage» politique du démocrate, a asséné le Washington Post dans un éditorial jeudi.

Retrait achevé le 31 août

Les talibans ont lancé leur offensive en mai, quand le président américain Joe Biden a confirmé le départ des dernières troupes étrangères du pays, 20 ans après leur intervention, pour chasser les talibans du pouvoir. Ce retrait doit être achevé d'ici le 31 août.

Joe Biden a depuis affirmé ne pas regretter sa décision. Même si la rapidité avec laquelle l'armée afghane s'est désintégrée a surpris et déçu les Américains, qui ont dépensé plus de 1000 milliards de dollars pour la former et l'équiper.

(hkr/ats)

Le sommet Biden-Poutine à Genève

1 / 22
Le sommet Biden-Poutine à Genève
source: sda / saul loeb
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «International»:

Pour les talibans, «c'est la victoire de l'héroïne, pas de l'islamisme»

Link zum Artikel

L'Europe est en feu. Une bonne partie des incendies sont dus à l'homme

Link zum Artikel

Bataclan, 11 septembre, pourquoi est-ce si compliqué de juger les attentats?

Link zum Artikel

De la minijupe à la burqa, les femmes en Afghanistan

Link zum Artikel

Les incendies en Europe sont d'ampleur historique. La preuve en chiffres

Link zum Artikel

«Vivre à Paris après les attentats? Impossible. On est rentré en Suisse»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le ministre vaudois PLR Pascal Broulis renonce à un cinquième mandat

Le chef du Département des finances et des relations extérieures (DFIRE) a annoncé son retrait pour juin 2022. Sa décision était très attendue.

Le conseiller d'Etat vaudois Pascal Broulis a mis fin à un long suspense. Le ministre PLR des finances a annoncé dans la presse qu'il ne se représentera pas aux élections cantonales de mars prochain. Il quittera ainsi le gouvernement après 20 ans de fonction.

Le chef du Département des finances et des relations extérieures (DFIRE) a annoncé en exclusivité au journal du Nord vaudois La Région sa décision de ne pas solliciter un 5e mandat au Conseil d'Etat, cité dans un article, publié …

Lire l’article
Link zum Artikel