DE | FR

Sofagate: «Je ne permettrai pas qu'une telle situation se reproduise»

Bild

Charles Michel, président du Conseil européen, avait tenté vainement à plusieurs reprises de contacter Ursula von der Leyen. Lundi, il y est parvenu et la dame lui a remis les pendules à l'heure.



La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a reçu lundi le président du Conseil européen Charles Michel pour la première fois depuis l'incident du «Sofagate» à Ankara. Elle l'a averti qu'elle «ne permettra pas qu'une telle situation se reproduise».

«Les présidents von der Leyen et Michel ont tenu leur réunion hebdomadaire habituelle et ont discuté d'une série de questions d'actualité», a expliqué le porte-parole de la Commission européenne à l'issue de la rencontre.

L'entretien s'est déroulé au Berlaymont, siège de la Commission européenne et a duré près de deux heures. Ursula von der Leyen «a clairement indiqué qu'elle ne permettra jamais qu'une telle situation se reproduise», a précisé une source à la Commission.

Charles Michel a pour sa part réitéré «ses profonds regrets» pour l'incident d'Ankara et a assuré «qu'un tel incident ne doit pas se reproduire», a indiqué son porte-parole. Il a également insisté sur la nécessité de «ne laisser personne diviser l'UE». (ats/afp)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Svetlana Tikhanovskaïa: «Bien sûr, je crains pour ma vie, mais c'est mon destin»

La dirigeante en exil de l'opposition démocratique de Biélorussie est en Suisse, invitée du FIFDH avant Berne mardi, où elle ne sera pas reçue par le Conseil fédéral. Interview sur fond de répression féroce à Minsk.

Où en est la révolution en Biélorussie ? On a l'impression que, sept mois après le début du mouvement suite à l'élection truquée du 9 août 2020, la vague de contestation s'éteint au fur et à mesure que la répression du dictateur Loukachenko s'accentue.Svetlana Tikhanovskaïa: Le régime a jeté des milliers de personnes en prison, dans l'arbitraire le plus absolu. Je vais vous donner une anecdote. Vous savez ce que font les gens, quand ils sortent de chez eux le matin ? Ils emportent …

Lire l’article
Link zum Artikel