DE | FR

«C'est un cauchemar»: une femme a donné naissance au mauvais enfant

Daphna Cardinale a mis au monde sa deuxième fille en 2019. Mais quelque chose clochait: le nouveau-né avait une couleur de peau et de cheveux complètement différents de ceux de la famille.
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
09.11.2021, 10:5509.11.2021, 18:33
Salome Woerlen
Salome Woerlen
Salome Woerlen
Suivez-moi

L'insoutenable soupçon, puis la choquante certitude

Le bonheur semblait parfait. Après une fécondation in vitro (FIV) réussie réalisée dans une clinique de Los Angeles, Daphna Cardinale a pu donner naissance à une petite fille en septembre 2019. Avant cela, elle avait essayé de tomber enceinte à maintes reprises durant trois ans, sans succès. Lorsque celle-ci a finalement pu tenir son enfant dans les bras, elle a remarqué que quelque chose n'allait pas: sa fille avait une peau beaucoup plus foncée qu'elle et des cheveux noirs, a décrit le père à la presse lundi. Pendant des semaines, bien que cela n'ait jamais fait défaut à leur joie de désormais avoir une seconde progéniture, les parents n'ont jamais pu se débarrasser des doutes tenaces entourant les gènes de celle-ci. C'est alors près de deux mois plus tard qu'un test génétique est venu éclaircir la situation – et confirmer le pire des soupçons: la petite fille n'était pas leur enfant biologique.

Alexander et Daphna Cardinale dans leur vidéo «Peiffer Wolf - Cardinale Embryon Mix Up» publiée sur Youtube le 8 novembre 2021.
Alexander et Daphna Cardinale dans leur vidéo «Peiffer Wolf - Cardinale Embryon Mix Up» publiée sur Youtube le 8 novembre 2021.Image: capture d'écran youtube

Ce qu'ils ne savaient pas à l'époque c'est que l'embryon avait été victime d'un échange. Daphna Cardinale et son mari ont alors appris la naissance de leur véritable enfant lorsque ce dernier était âgé de trois mois. Lequel est venu au monde tout juste une semaine après la naissance du bébé non biologique.

De précieux mois partis en fumée

Pour les parents, cette révélation a été un véritable choc. «On m'a volé la possibilité de porter mon propre enfant», déclare la mère bouleversée dans une vidéo sur Youtube. Elle explique regretter de ne pas avoir eu la chance de suivre les premiers mois de la vie de sa fille biologique.

«Je n'ai jamais été témoin de la grossesse ou de la naissance de mon enfant. Nous avons manqué toute la période "nouveau-né" de celui-ci, nous n'avons jamais vu notre bébé venir au monde, nous n'avons jamais pu ne serait-ce que le câliner durant les premières secondes de sa vie. Ce sont pourtant des moments dont les parents se doivent de se souvenir pour le restant de leur vie.»
Daphna et Alexander Cardinale durant leurs jours heureux.
Daphna et Alexander Cardinale durant leurs jours heureux.Image: keystone

Un échange difficile

En décembre 2019, les deux couples victimes de l'erreur médicale se sont rencontrés pour la première fois. C'était aussi la première fois que chacun voyait son bébé biologique respectif.

Alexander Cardinale embrassant sa fille biologique pour la première fois.
Alexander Cardinale embrassant sa fille biologique pour la première fois.Image: capture d'écran youtube

Dans les semaines qui ont suivi, les quatre parents ont continué de se voir quotidiennement, afin de faire connaissance avec leurs propres bébés biologiques. En janvier 2020, les deux filles ont enfin pu partir vivre avec leurs vrais parents. Pour officialiser l'échange, les deux couples ont dû faire appel à un tribunal. Ce n'est qu'ensuite qu'ils ont obtenu la garde de leur enfant.

Le moment de l'échange a été une expérience extrêmement difficile, explique la mère en larmes sur Youtube:

«J'ai donné naissance à ce bébé qui n'était pas le mien. Je l'ai soigné et aimé, puis j'ai dû le donner»

Une décision qui a, plus d'un an plus tard, encore des conséquences émotionnelles et psychologiques sur l'ensemble des victimes. Les deux mères déclarent lutter contre leur sentiment de culpabilité après avoir «donné» leur bébé.

Cette situation a également été traumatisante pour la fille aînée de Daphna Cardinale, alors âgée de cinq ans. Elle a, elle aussi, dû soudainement abandonner sa petite sœur pour un autre bébé. «C'est un cauchemar qui va hanter notre famille pour toute une vie», a déclaré son père.

Une plainte contre la clinique

Aujourd'hui, le couple poursuit en justice la clinique de fertilité responsable. En intentant cette action en justice, les deux Californiens veulent attirer l'attention sur les dangers tus et pourtant fréquents – comme la négligence et le manque de contrôle – dans le secteur de l'insémination artificielle, a affirmé leur avocat Adam Wolf.

Adam Wolf insiste sur les dommages et intérêts liés au traumatisme émotionnel de cette erreur. Il demande, ainsi, une compensation des dépenses financières liées à la procédure médicale. Le second couple touché souhaiterait, également, porter plainte, a déclaré l'avocat Adam Wolf.

Dans l'attente du procès, les deux couples tiennent à rester en contact afin de «former une plus grande famille». Car le lien avec les filles non biologiques subsiste, souligne Alexander Cardinale: «les autres parents ont autant aimé notre fille biologique que nous avons aimé la leur.»

Adapté de l'allemand par mndl

En parlant d'enfants...

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

La Russie ne paye plus ses dettes, est-elle ruinée? Explications

Link zum Artikel

Ces stars réagissent à la révocation du droit à l'avortement par la Cour suprême

Link zum Artikel

De plus en plus de pédophiles achètent des viols d'enfants sur Internet

Link zum Artikel

Terrorisme islamiste et mercenaires russes: que se passe-t-il au Mali?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Macron à Poutine: «Je ne sais pas où ton juriste a fait son droit»
Quelques jours avant la guerre en Ukraine, Macron a téléphoné à Vladimir Poutine. Comment s'est déroulée la conversation au milieu des tensions? Des extraits le montrent: elle a oscillé entre colère et apaisement.

Une chaîne d'information française a publié une conversation téléphonique entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron. Cet entretien a eu lieu quatre jours seulement avant le début de l'invasion russe en Ukraine. Il est plutôt inhabituel que des conversations entre chefs d'Etat et de gouvernement soient rendues publiques mot pour mot. Dans ce cas, le président français avait autorisé le journaliste Guy Lagache à enregistrer la rencontre téléphonique.

L’article