DE | FR

Comment des femmes ont fini à l'asile pour avoir refusé de faire le ménage

Une leçon clinique à l'hôpital psychiatrique la Salpêtrière par le peintre André Brouillet
Une leçon clinique à l'hôpital psychiatrique la Salpêtrière par le peintre André Brouilletimage: flickr
Les femmes ont longtemps été internées à l'hôpital psychiatrique au motif qu'elles étaient seulement un peu plus émancipées que la norme. Qu'en est-il aujourd'hui? Une chercheuse a mené l'enquête.
22.01.2022, 17:06
Hélène Pagesy / slate
Un article de Slate
Slate

Temps de lecture: 7 min

Paris, 1885. Eugénie, une jeune femme caractérielle issue d'une famille bourgeoise, affirme pouvoir communiquer avec les esprits. Pour éviter que cela s'ébruite et entache la réputation de la famille, son père décide de la traîner de force à l'hôpital Salpêtrière, où elle est internée plusieurs semaines. C'est dans cet établissement du XIIIe arrondissement de Paris que les femmes jugées atteintes de folie étaient claustrées pendant des années, parfois leur vie entière, et ce le plus souvent -sinon exclusivement- à la demande d'un homme.

Cette scène, issue du Bal des folles, un livre de Victoria Mas sorti en 2019 et récemment adapté en film par Mélanie Laurent, rappelle le traitement qui a été infligé à des milliers de femmes au XIXe siècle. À un détail près: il était impossible qu'un père puisse interner sa fille du jour au lendemain sans que plusieurs médecins attestent de la maladie mentale de la jeune femme. «Dès 1838, tout ceci était très encadré», insiste Yannick Ripa, professeure en histoire des femmes et du genre à l'Université Paris 8.

C'est quoi au juste, la Salpêtrière?

En 1656 est construit l'Hôpital Général, une institution chargée d'interner de gré ou de force les mendiants, les marginaux, les vagabonds... Toute personne susceptible de perturber l'ordre et la vie de Paris.

L'établissement est constitué de cinq maisons, dont le Bicêtre, où l'on enferme les hommes, et la Salpêtrière, destinée aux femmes. C'est ici que seront aussi détenues:

  • Les prostituées.
  • Les voleuses.
  • Les blasphématrices.
  • Les sorcières.
  • Les «folles», ou celles jugées comme telles.

Au fil du temps, la Salpêtrière ressemble de plus en plus à un bagne où les femmes sont contraintes pendant des années à des travaux forcés, souffrent de problèmes d'hygiène et sont victimes de châtiments. Quant aux femmes atteintes de pathologies mentales, la plupart y entrent pour y rester à vie.

La naissance de l'hôpital psychiatrique

Il faut attendre la Révolution française et notamment l'arrivée en 1794 à la Salpêtrière de Philippe Pinel, fondateur de la psychiatrie, pour que les personnes atteintes de maladie mentale commencent à être correctement prises en charge. «Il libère les malades de leurs chaînes et fait basculer la folie dans le champ de la curabilité. À l'époque, c'est un immense projet», explique Yannick Ripa.

En 1838, une loi décrète l'ouverture dans chaque département d'un «hôpital spécial», qu'on appelle aujourd'hui hôpital psychiatrique, pour permettre aux personnes souffrant de pathologies mentales d'être prises en charge par des médecins compétents.

Les personnes sont soit hospitalisées d'office (sur ordre de la police ou du préfet), soit «volontairement». «Un mot très mal choisi, souligne Yannick Ripa, car c'est toujours par la volonté d'un tiers.»

La loi de 1838, dite «loi des aliénés», exige aussi que chaque hospitalisation soit appuyée par un certificat médical extérieur à l'hôpital, validée ensuite par un médecin de l'hôpital, puis, en principe, régulièrement contrôlée par un autre médecin, pour juger la progression de la guérison.

«La loi de 1838 n'est pas une mauvaise chose en soi, relève Yannick Ripa. Le souci, c'est comment cette loi est appliquée: est-ce une loi thérapeutique pour protéger les malades, ou est-elle détournée à des fins policières et morales?»

S'il n'y a pas de statistiques globales datant du XIXe siècle, il ne semble pas qu'il y ait eu davantage de femmes que d'hommes placés en asile. Ce qui diffère, ce sont les causes d'internements.

L'internement pour refuser de faire le ménage

«Mauvaises fréquentations», «agitation politique», «refus de devoir conjugal», «refus de faire le ménage», «lecture de romans»? Des milliers de femmes ont été internées pour ces motifs. S'ils peuvent nous sembler aujourd'hui invraisemblables, les certificats médicaux appliquent pourtant les normes de l'époque.

«Une femme qui veut faire de la politique au XIXe siècle n'est pas considérée comme normale, remarque Yannick Ripa. Nous sommes dans une société patriarcale qui interdit aux femmes d'être des génies. Le génie, l'art, la politique, l'armée sont réservés aux hommes.»

«Le refus de faire le ménage n'est pas vu comme une révolte ou une volonté d'émancipation, mais comme un signe de folie»
Yannick Ripa, professeure en histoire des femmes et du genre

Parmi les femmes ayant été internées pour cause d'ambition un peu trop élevée, l'historienne cite l'exemple de Hersilie Rouy, à qui elle a consacré un livre. La pianiste a subi un internement abusif pendant quinze ans à la demande de son demi-frère, car elle «prétendait être musicienne», peut-on lire dans son dossier. Il y a aussi l'exemple d'une cuisinière qui écrivait de la poésie et qui a fini ses jours à la Salpêtrière, internée à la demande de son patron.

La faute aux normes sociales?

«Aujourd'hui, on dirait qu'il y a un genre de l'internement. La majorité des internements était sans doute liée à de vraies pathologies, mais il y a aussi une lecture des comportements en fonction des normes sociales. C'est ce qui nous empêche de juger si ces femmes étaient vraiment atteintes de folie ou non», ajoute Ripa. On laisse à ces femmes la possibilité de porter plainte pour internement abusif, mais il est rare que la police donne suite.

Elles peuvent aussi faire les démarches pour interner un homme -la masturbation pratiquée de façon active conduit à un internement des deux sexes, par exemple-, mais cela arrive beaucoup moins souvent. «Ce n'est pas dans la mentalité des femmes de l'époque. La société ne leur permet pas de développer leurs capacités: l'épouse est encore considérée comme une mineure juridique aux yeux du code civil», note encore Ripa.

Des conditions de traitement inhumaines

Dans son reportage clandestin publié en 1886 réalisé à l'hôpital psychiatrique de Roosevelt Island, où elle s'est infiltrée pendant dix jours en se faisant passer pour folle, la journaliste Nellie Bly écrit:

«Je conseille à ces mêmes experts qui m'ont envoyée à l'asile d'enfermer n'importe quelle femme en bonne santé et saine d'esprit, de la forcer à rester assise sur des bancs à dossier droit de six heures du matin à huit heures du soir, de la priver de lecture et d'accès au monde extérieur, de lui donner pour toute récompense des coups et une nourriture infecte, et de voir combien de temps cela prendra pour qu'elle devienne folle. Deux mois de ces mauvais traitements suffiraient à la transformer en loque humaine.»

À la Salpêtrière, les conditions de détention et les traitements dits de guérison sont tout aussi inhumains.

Le livre de Victoria Mas évoque:

  • Le quartier d'hydrothérapie, «où l'on vous balançait des seaux d'eau froide pendant des heures pour calmer votre esprit», détaille Yannick Ripa.
  • Ainsi que les séances d'hypnose hebdomadaires et ouvertes au public de Jean-Martin Charcot, au cours desquelles on déclenchait des crises d'hystérie chez des patientes instrumentalisées.
  • Le neurologue pratiquait aussi les décharges électriques et la compression ovarienne, car à l'époque, c'est l'utérus des femmes et ce que l'on croit être ses déplacements vers le cerveau qui sont jugés à l'origine de la folie. «Néanmoins, c'est Charcot qui a permis de reconnaître que l'hystérie ne concernait pas uniquement les femmes mais pouvait aussi toucher les hommes. Il n'y a pas eu que du négatif», nuance Yannick Ripa.

Où en est la psychiatrie aujourd'hui?

La découverte des anxiolytiques et des antidépresseurs après la Seconde Guerre mondiale a permis une réelle avancée dans la prise en charge des malades. Mais qu'en est-il des internements forcés?

«Beaucoup de femmes sont aujourd'hui internées dans le cadre de violences conjugales ou intrafamiliales. Certaines ont subi des viols et souffrent de troubles psychotraumatiques importants, mais qui sont rarement désignés comme tels par les médecins: on parle de bouffées délirantes, de troubles de l'humeur?»
Muriel Salmona, psychiatre

Si ces internements ne se font pas sous la contrainte, mais ont lieu à la suite de traumatismes, la psychiatre pointe des dysfonctionnements qui peuvent persister dans la prise en charge par certains praticiens.

Pour le psychiatre et psychanalyste de la Pitié-Salpêtrière Serge Hefez:

«Il n'y a pas un psychiatre aujourd'hui qui ne saurait pas faire un diagnostique avec discernement. Il est vrai qu'il y a bien souvent un passé traumatique chez les patientes, mais une fois que ces troubles sont installés, la personne peut devenir incapable d'affronter le quotidien. Ce n'est pas parce que c'est une victime qu'on ne peut pas lui donner les soins nécessaires, d'autant plus que certaines hospitalisations sont faites à la demande de la patiente elle-même».

«On est très loin de la psychiatrie des XIXe et XXe siècles qui avait comme vocation de mettre les gens à l'écart en les enfermant à vie dans des asiles, poursuit le psychiatre. Aujourd'hui, l'internement n'est qu'une toute petite partie de la psychiatrie et les gens sortent très vite, parfois trop vite: il n'y a pas le temps, ni le personnel pour mettre en place les soins appropriés. J'entends plus de difficultés d'internements que des soucis d'internements abusifs.»

Ce manque de moyens dans les hôpitaux psychiatriques se traduit aussi par un recours de plus en plus fréquent à des chambres d'isolement et des mises sous contention abusives, alors que la loi l'interdit.

Ces conditions font l'objet d'enquêtes régulières de la part du préfet, et les patientes ont le droit de les contester, «mais encore faut-il que ces personnes aient connaissance de leurs droits», relève Muriel Salmona. «Et que les services visés par ces enquêtes aient les moyens d'améliorer la qualité de leurs soins», ajoute Serge Hefez.

Cet article a été publié initialement sur Slate. Watson a changé le titre et les sous-titres. Cliquez ici pour lire l'article original

Et pour plus d'Histoire avec un grand H, voici le sous-marin «mésoscaphe» d'Auguste Piccard

1 / 9
Le sous-marin «mésoscaphe» Auguste Piccard
source: musée suisse des transports
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

D'autres articles sur la violence contre les femmes

Comment rentrer safe à la maison? Une app mise sur la sororité

Link zum Artikel

La France va répertorier les auteurs de violences conjugales

Link zum Artikel

Première en France: une famille porte plainte pour «suicide forcé»

Link zum Artikel

La nouvelle définition suisse du viol, jugée «trop légère»?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ces militants dégoûtés par leur héros Eric Zemmour et son parti
«Reconquête!», le parti d'Eric Zemmour, désormais candidat aux législatives (qui auront lieu à la mi-juin), compte des déçus parmi ses jeunes militants. En cause, un manque de reconnaissance crasse.

Le parti de celui qui voulait rompre avec les partis politiques traditionnels semble finalement être un parti comme les autres. Avec les mêmes hiérarchies, les mêmes tromperies, les mêmes machines à désillusion. Le Monde a recueilli les témoignages de jeunes militants dont le désenchantement est à la mesure de leur engagement – non récompensé – pour Eric Zemmour et la cause qu'il porte désormais dans le cadre des élections législatives, comme candidat dans le Var.

L’article