International
grève

La technique des grévistes suisses pour tenir sans salaire

Demonstrators take part to a protest march against plans to push back France's retirement age, in Strasbourg, eastern France, Tuesday, Jan. 31, 2023. Labor unions aimed to mobilize more than 1 mi ...
Grève nationale contre la réforme des retraites le 31 janvier 2023 en FranceImage: AP

Comment les grévistes tiennent sans salaire?

Plus d'un million de personnes ont manifesté contre la réforme des retraites en France mardi 31 janvier. A Lausanne, ce sont 5000 fonctionnaires qui ont battu le pavé le même jour pour exiger l'indexation complète de leur salaire. Mais comment font les grévistes pour tenir sans être payés?
02.02.2023, 05:5602.02.2023, 09:44
Suivez-moi
Plus de «International»

«L'argent est le nerf de la guerre» dit-on. Est-il aussi le nerf de la mobilisation sociale? Après la grève générale en France, qui a réuni entre 1,2 et 2,8 millions de personnes, nous nous sommes intéressés à ce qu'on appelle le «fonds de grève», un outil syndical jouant un rôle capital dans le maintien de la mobilisation. En France, comme en Suisse. A quoi sert-il? Comment est-il alimenté ? Existe-t-il d'autres moyens pour financer les mouvements sociaux? On vous explique tout ça.

Manifester ça coûte

Vous n'êtes pas sans savoir qu'un gréviste est une personne qui ne va pas travailler le jour de la mobilisation. Pas de travail, pas de salaire complet (ou pas de salaire du tout). Alors comment fait-elle pour tenir plusieurs jours, voire plusieurs semaines, sans revenu? Eh bien, le syndicat auquel l'employé est affilié le soutient financièrement en lui versant une indemnité journalière. C'est ce qu'on appelle le fonds de grève.

«Le fonds de grève est un des piliers du syndicalisme, il a toujours existé»
Agostino Soldini, secrétaire central au syndicat des services publics (SSP) en Suisse.

Les syndicats utilisent les cotisations de ses membres pour, notamment, les dédommager durant les grèves. Mais à combien se monte ce «trésor de guerre» accumulé depuis des dizaines d'années? En France, c'est la CFDT qui pointe en haut du classement avec 141 millions d'euros de réserve. Cette tirelire comme l'appelle Radio France a été mise en place en 1973. «Ça fait 50 ans, en gros, qu'on met de côté», explique Jean-Michel Rousseau, secrétaire confédéral en charge de la caisse nationale d'action syndicale. Cet argent n'est pas uniquement destiné à indemniser les grévistes. Il prend aussi en charge les actions juridiques des membres, précise-t-il à Franceinfo.

Des employes du canton de Vaud brandissent des pancartes devant le siege du gouvernement vaudois, le chateau Saint-Maire, lors d'un rassemblement pendant la journee d'actions et de greve de  ...
Des employés du canton de Vaud brandissent des pancartes devant le siège du gouvernement vaudoisImage: KEYSTONE

Et chez nous? Interrogés sur le montant total du fonds de grève, Unia, Syndicom et le syndicat des services publics (SSP) ne souhaitent pas donner le montant total de leur fonds de grève, mais affirment pouvoir tenir sur la durée.

«Globalement, chez SSP, nous sommes en mesure d'organiser des grèves de longue durée, car nous disposons de suffisamment de ressources»
Agostino Soldini, secrétaire central au syndicat des services publics (SSP)

Pas un salaire

Nous n'en saurons pas plus sur le montant total accumulé par les fonds de grève, mais certains syndicalistes sont un peu plus loquaces à propos des indemnités que perçoivent les grévistes. Montant fixe chez Syndicom et 80% de la retenue salariale au syndicat de la fonction publique (SSP), chacun a sa méthode pour calculer les indemnités, mais tous ont comme point commun l'indemnisation à la journée.

«Ce montant doit couvrir une partie de la perte salariale de la personne qui se mobilise. Pour la grève de Tamedia en 2018, l'indemnité fixe était de 150 francs par jour»
Matteo Antonini, directeur du secteur logistique à Syndicom

Chez nos voisins français, les membres de la CFDT touchent 7,50 euros de l'heure, avec une carence de déclenchement de 7 heures. «L'objectif, c'est d'avoir de quoi payer 35 heures de grève pour tous les adhérents, soit 600 000 personnes» explique Jean-Michel Rousseau, en charge de la Caisse nationale d'action syndicale de la CFDT à Franceinfo. Attention toutefois à ne pas confondre indemnités et salaire, précise Gabriel Rosenman à 20minutes.fr.

«Aucune caisse de grève n’a pour ambition de remplacer le salaire»
Gabriel Rosenman, ancien cheminot20minutes.fr

Le fonds de grève ne se substitue donc pas au salaire, mais sa raison d'être, pour Matteo Antonini de Syndicom, est d'«éviter que les gens ne se mobilisent plus à cause des pertes financières».

Cagnottes et repas

Outre l'indemnisation par les syndicats, le soutien des grévistes provient aussi des particuliers et des privés. Stéphane Sirot, spécialiste de l'histoire des grèves, raconte à 20minutes.fr qu'avant les soutiens financiers que nous connaissons aujourd'hui, les secours de grève étaient donnés en nature. Une soupe chaude servie par le parti communiste français dans l'entre-deux-guerre ou des cagnottes organisées par des artistes. Le soutien aux grévistes est pluriel. En Suisse, Matteo Antonini se souvient de la mobilisation de la population locale, après l'annonce du démantèlement des Officine à Bellinzone en 2008. (Les ateliers de maintenance des Chemins de fer fédéraux.)

«La société civile avait organisé une cagnotte pour soutenir les ouvriers, la grève a duré plusieurs semaines»
Matteo Antonini, Syndicom

Le soutien des particuliers avait aussi marqué Lucas Dubuis, porte-parole d'Unia, notamment durant la grève des employés de Swissmetal Boillat en 2006. «Lorsqu'une mobilisation touche toute une région, il n'est pas rare de voir les privés faire des collectes et organiser des comités de soutien», ajoute le syndicaliste.

Le nerf de la guerre vraiment?

Vous l'aurez compris, le soutien financier à la grève est un atout pour mobiliser les travailleurs syndiqués. Mais est-il pour autant un élément décisif ? Selon Agostino Soldini de SSP, c'est un critère significatif, mais pas décisif pour les employés.

«La couverture de la perte de salaire est évidemment nécessaire, mais ce n’est pas le seul élément qui détermine la participation à une grève»
Agostino Soldini, secrétaire central SSP

Au syndicaliste d'ajouter que les grévistes français prennent plus de risques que les Suisses au niveau salarial, notamment à cause de leur délai de carence. «En France, les pertes salariales pour les grévistes peuvent être considérables, mais si l'objectif du retrait de la réforme des retraites est atteint, ce risque en vaut la peine

La première grève féministe de Suisse le 14 juin 1991
1 / 12
La première grève féministe de Suisse le 14 juin 1991
La première grève des femmes* de Suisse avait impliqué plus de 500 000 femmes à travers le pays.
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur X
Manifestation du personnel soignant du CHUV à Lausanne
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Kendji Girac: une enquête pour tentative d'homicide ouverte
Le chanteur français a été blessé par balle à la poitrine dans la nuit de dimanche à lundi. Il a été hospitalisé et son pronostic vital n'est plus engagé. L’incident serait la conséquence d’une mauvaise manipulation de l’arme de sa part. Une enquête a été ouverte pour tentative d'homicide volontaire.

Le chanteur Kendji Girac s'est fait tirer dessus dans la nuit de dimanche à lundi dans la ville de Biscarosse, sur la côte atlantique, dans le Sud-Ouest de la France, selon BFMTV. Les faits ont eu lieu «sur une aire de communauté de gens du voyage».

L’article